Daft Punk et le set de 2005 de Technologic © Daft Trax

On a visité l’expo événement “Electro, de Kraftwerk à Daft Punk” de la Philharmonie de Paris

Deux immenses pho­tos de foule qui danse, bras en l’air et mine réjouie… Dès les pre­miers mètres du par­cours d’Elec­tro, l’exposition dédiée aux musiques élec­tron­iques de la Phil­har­monie de Paris que Tsu­gi a pu vis­iter en avant‐première, le ton est don­né : ici, l’idée est de s’immerger dans ces fêtes, ces images et ces danseurs qui font le sel de la cul­ture élec­tro. “Il s’agit de clichés réal­isés par Andreas Gursky, un pho­tographe con­tem­po­rain alle­mand, fan de musiques élec­tron­iques, ami proche de Kraftwerk et qui a fait des expos avec Plas­tik­man”, explique Jean‐Yves Leloup, jour­nal­iste spé­cial­isé dans les musiques élec­tron­iques et com­mis­saire de l’expo. “Il est très loin de n’illustrer que la scène tech­no mais il a pris son inspi­ra­tion dans les raves de May­day par exem­ple, ces raves alle­man­des des années 90. Ces deux grands for­mats mon­trent l’aspect esthé­tique de cette expo, qui n’est pas his­torique ou didac­tique, mais qui se veut belle, pop, robo­t­ique, hyp­no­tique”.

Le ARP 2500 de Jean‐Michel Jarre, Pho­to Éric Cor­nic

Des sen­sa­tions, des images, de la musique… Avec Elec­tro, Jean‐Yves Leloup et l’équipe de la Phil­har­monie ne s’embarquent pas dans un cours d’histoire rébar­batif – et si les machines bardées de câbles des pio­nniers du son élec­tron­ique sont bien sûr exposées, c’est pour leur beauté, pas pour expli­quer ce qu’est une onde car­rée. “On s’intéresse aux codes, cul­tures, esthé­tiques et surtout aux sen­sa­tions liés à ces musiques élec­tron­iques avant de vouloir faire des chronolo­gies ou de par­ler de tout le monde, de toutes les villes, de toutes les scènes — ce qui serait de toute façon impos­si­ble et pas tou­jours souhaitable dans un for­mat expo­si­tion. Une expo, ce n’est pas un livre, c’est surtout quelque chose à vivre.” Et des choses à vivre, il y en a : au milieu d’une scéno­gra­phie imag­inée par 1024 archi­tec­ture (déjà à l’œuvre sur le fameux Cube d’Etienne de Cré­cy), rap­pelant les entrelacs métalliques des scènes de fes­ti­val, se nichent des dia­pos et vidéos à décou­vrir au casque (dis­tribué à l’entrée), une micro‐salle de ciné 3D dédiée à Kraftwerk, une instal­la­tion en réal­ité virtuelle inspirée de l’album polaire -22,7° de Mol­e­cule, un Phono­chose 2 par Jacques, une pièce top secrète par Daft Punk ou encore une immense instal­la­tion lumineuse et hyp­no­tique réagis­sant à la musique. Car de la musique, il y en a évidem­ment. Onze mix­es, con­coc­tés par Lau­rent Gar­nier, dif­fusés con­stam­ment et qui retra­cent onze gen­res et épo­ques dif­férentes (tech­no, french touch, bass music…etc), pour habiller les qua­tre temps forts du par­cours – grosso modo : les précurseurs, le dance­floor, les DJs et remix­es, et l’aspect utopique de cette cul­ture.

C’est une expo­si­tion qui devrait plaire aux gens qui d’habitude n’aiment pas les expos sur la musique. On se rap­procherait plus de la rétro­spec­tive Bowie qui avait été imag­inée en Angleterre mais énor­mé­ment enrichie ici, et qui s’intéressait à son imag­i­naire, avec ses cos­tumes, ses albums ou des instal­la­tions, avec un vrai angle esthé­tique”. Pas de fétichisme, de veste ayant appartenu à unetelle ou de mégot récupéré dans le cen­dri­er d’untel : “Il n’y a qua­si­ment pas d’objets de mem­o­ra­bil­ia, à part un vieux flight­case de Jeff Mills très abîmé”, pré­cise Jean‐Yves Leloup. “Ce n’était pas l’idée, et de toute façon ça aurait été très com­pliqué à faire. Quand j’ai demandé à Jeff Mills s’il avait des objets fétich­es à expos­er, il était assez éton­né : il ne garde rien. Ce n’est pas comme dans une expo sur le rock où tu peux voir la veste en cuir que tel gui­tariste a porté dans les années 60. On par­le d’une cul­ture bien plus récente. Ce serait très ennuyeux de ‘muséi­fi­er’ cette musique qui vit pour­tant encore”.

Ellen Allien par Jacob Khrist, Name Fes­ti­val 2017

Résul­tat : presque 800 mètres car­rés pour pro­pos­er une expéri­ence sen­sorielle aux ini­tiés, tout en sor­tant les néo­phytes du cliché “boum boum dans les oreilles”. Un fan incon­di­tion­nel de house sera ain­si curieux de voir de belles pho­tos de Frankie Knuck­les ou cer­tains fly­ers his­toriques. Mais celui qui ne con­naît pas du tout le style appren­dra, via un cor­ner dédié et des textes muraux courts et sim­ple­ment écrits, que Chica­go a été une ville impor­tante dans le développe­ment de ce genre. L’amateur de pho­tos, lui, sera comblé tout du long, vu le nom­bre de clichés exposés, qu’ils racon­tent les col­orées fêtes du Studio54 ou les moites nuits du Peri­pate. Sans oubli­er un cer­tain engage­ment, touchant le com­bat actuel de ces musiques : la meilleure représen­ta­tion et inclu­sion des femmes dans le milieu. “L’expo par­le bien sûr des pio­nnières ayant con­tribué au développe­ment de machines, mais on a aus­si fait atten­tion à garder un cer­tain équili­bre homme‐femme, notam­ment sur les pho­tos de danseurs. On a aus­si relancé un tum­blr appelé Vis­i­bil­i­ty, qui avait été créé par AGF et female :pres­sure, et qui par­le de la vis­i­bil­ité des femmes en stu­dio : elles se pho­togra­phient avec des machines, attrib­uts mas­culins par excel­lence, pour mon­tr­er qu’un femme tra­vail­lant dans un stu­dio ça existe, que c’est pos­si­ble, qu’elles sont présentes même si peu pro­gram­mées”. Des por­traits pro­jetés sur les murs de l’exposition, et un work in progress : DJs, ingénieures du son ou musi­ci­ennes sont invitées à envoy­er leurs images. Parce qu’elles ont beau ren­tr­er au musée, les musiques élec­tron­iques con­tin­u­ent à évoluer et se mou­voir vers une cer­taine utopie. Et ce n’est pas près de s’arrêter.

Elec­tro, de Kraftwerk à Daft Punk, du 9 avril au 11 août à la Phil­har­monie de Paris.

(Vis­ité 7 894 fois)