Paul Seul remixe Mathilde Fernandez dans un mélange improbable de gabber et de chanson française

Cer­tains mélanges, hasardeux sur le papi­er, peu­vent finale­ment se révéler red­outa­bles d’efficacité. C’est le cas de ce remix de Paul Seul pour Mathilde Fer­nan­dez. Pour resituer, Mathilde est une artiste du sud de la France, issue du milieu des arts visuels. Influ­encée par Nina Hagen, Kate Bush et Mylène Farmer, la jeune femme a mod­elé un univers baroque et élé­gant, à la lisière de la dark fan­ta­sy. Après des col­lab­o­ra­tions avec La Ten­dre Meute et La Femme, elle accouche début novem­bre d’Hyper­sti­tion, un EP à cheval entre cold wave et chan­son française. Le maxi s’ouvre sur “Oubli­ette”, où voix réver­bérées et piano mélan­col­ique se répon­dent dans un clip hyper styl­isé fait de chaînes, d’épée et de damiers. Le morceau pou­vait tout à fait se prêter à l’exercice du remix, mais dif­fi­cile d’imaginer que ça aille aus­si loin. Paul Seul, fon­da­teur du col­lec­tif Casu­al Gab­berz, à qui l’on doit la nou­velle vague gab­ber parisi­enne, remanie la chan­son à sa façon toute par­ti­c­ulière. Le titre orig­i­nal, lent et funèbre, gagne alors une énergie club survi­t­a­m­inée. La cold wave syn­thé­tique se tord sous les kicks sourds tan­dis que résonne en boucle la com­plainte hyp­no­tique : “Elle aimait tant déplaire”. Pari gag­nant pour les deux artistes.

Mathilde Fer­nan­dez se pro­duira au Silen­cio le 30 novem­bre pour la release par­ty de son nou­v­el EP.

Pour écouter l’EP de Mathilde Fer­nan­dez, c’est par ici :

Et si vous êtes plutôt Spo­ti­fy :

(Vis­ité 930 fois)