© Peter Wurst

Pionnier du krautrock, la légende Klaus Schulze est décédé à 74 ans

La musique élec­tron­ique est en deuil de l’un de ses pio­nniers. Klaus Schulze est décédé ce 26 avril à l’âge de 74 ans ont annon­cé ses proches sur Face­book. Avec plus de 100 albums à son act­if et de nom­breuses col­lab­o­ra­tions, ce précurseur du syn­thé­tiseur a façon­né l’élec­tron­ique d’aujourd’hui. 

Klaus Schulze se fait d’abord remar­quer à ses débuts auprès de Tan­ger­ine Dream et Ash Ra Tem­ple. Deux groupes de rock pro­gres­sif et psy­ché d’Alle­magne de l’ouest dans les années 1960, fig­ures de proue du krautrock. D’ailleurs, l’im­pli­ca­tion de Schulze dans ce genre se traduira par un usage tou­jours plus inven­tif et précurseur du syn­thé­tiseur qui fini­ra par tomber dans les oreilles d’un cer­tain groupe nom­mé Kraftwerk… avant d’in­flu­encer sa musique.

 

À lire également
Hors-série Kraftwerk : la chronique de Radio-Activity (1975)

 

Cer­tains des albums solo de Klaus Schulze restent encore aujour­d’hui des références de la musique élec­tron­ique, comme l’ex­cel­lent Irrlicht (1972) sor­ti un an après ses débuts en solo, Black­dance (1974) et Moon­dawn (1976), deux très bons albums ambi­ent ou encore Trance­fer (1981) et En=trance (1988), mar­qués par l’u­til­i­sa­tion de séquenceurs et de sam­ples. Après ces albums, Schulze entam­era une péri­ode tournée vers le jazz et la musique clas­sique. Il tra­vaillera aux côtés de Lisa Ger­rard pour des presta­tions et enreg­istrements en pub­lic à par­tir de juin 2008. Finale­ment, à tra­vers le krautrock, prémices de la général­i­sa­tion des syn­thé­tiseurs dans la musique, le très pro­duc­tif Klaus Schulze (plus de 100 albums sans compter les col­lab­o­ra­tions) restera à jamais un des pio­nniers et inven­teurs de la musique élec­tron­ique d’aujourd’hui.

(Vis­ité 575 fois)