Un soir à la Station... Crédit : Marie Rouge

Plan B, la soirée qui fait tomber les barrières entre musiques contemporaines et musiques électroniques

Truc d’intello”, “pub­lic coincé”, “ennuyant et com­pliqué”… La musique con­tem­po­raine ou la musique répéti­tive, par­fois bizarrement nom­mé “musiques savantes”, n’a pas for­cé­ment l’image la plus funky du spec­tre des gen­res musi­caux. Mais qu’est-ce qui pour­rait empêch­er un fan de Steve Reich, le pape du genre, d’aimer égale­ment aller danser sur de la tech­no ? Pas grand-chose, si ce n’est le fait que peu de soirées et fes­ti­vals osent le mélange des gen­res. Déjà repérée par les mélo­manes qui aiment explos­er les chapelles, il y a la soirée Marathon, se ten­ant chaque année à la Gaîté Lyrique. L’année dernière, Carl Craig et Francesco Tris­tano y présen­taient leur col­lab­o­ra­tion “Ver­sus”, où un ensem­ble de syn­thé­tiseurs repren­nent à la manière d’un orchestre les plus grands morceaux tech­no de Craig. La pro­duc­trice Chloé et la joueuse de marim­ba Vas­sile­na Ser­afi­mo­va y repre­naient Steve Reich, un tra­vail présen­té pour la pre­mière fois devant les caméras de Sour­dor­eille il y a deux ans. Et au milieu de tout ça se logeait la tech­no de Fab­rizio Rat et de Bam­bounou. Grand écart, vous avez dit ? “Les musiques répéti­tives ou con­tem­po­raines sont rarement pro­gram­mées en même temps que de la musique élec­tron­ique. Beau­coup de pro­gram­ma­teurs par­tent du principe que ce n’est pas le même pub­lic. J’ai eu envie d’inverser les clichés. Je viens moi-même de la musique clas­sique, un milieu par­fois un peu coincé. Puis je me suis mis à écouter de la musique con­tem­po­raine, pour ensuite avoir envie de faire la fête… Pourquoi choisir donc ?”, racon­te Lau­rent Jacquier, le pro­gram­ma­teur de Marathon. Il lance aujourd’hui Plan B, une deux­ième soirée prévue pour le 9 juin, cette fois à la Sta­tion, anci­enne friche SNCF d’Aubervilliers réha­bil­itée par le col­lec­tif MU. “La Sta­tion, pour moi, c’est un des lieux les plus cools de Paris et d’Île-de-France. Il y a un espace extérieur, ce qui n’est pas si courant et tou­jours agréable, et on par­le la même langue côté musique avec leurs équipes. On pro­gramme tou­jours de la musique répéti­tive et élec­tron­ique, mais dans une ambiance plus déten­due, plus fes­tive, avec moins de têtes d’affiche et des prix plus bas (la prévente est à 12 euros, ndlr.). Ça dur­era plus longtemps aus­si, et il n’y aura pas que de la musique, avec notam­ment une instal­la­tion de feu sur les toits, et des numéros de cirque. On a voulu met­tre en place une scéno­gra­phie, pro­pos­er de la musique non-stop de 16 heures à 2 heures du matin, pas ‘juste’ une soirée de con­certs”.

Ce 9 juin, on crois­era donc à la Sta­tion Dud­mode, Ambeyance, Le Comte (auteur du très beau “Eva” en vidéo ci-dessous), Renart en live ou Clé­ment Bazin en DJ-set. Et puis des pro­jets plus hybrides, comme la pièce “In C” du com­pos­i­teur con­tem­po­rain améri­cain Ter­ry Riley reprise par 13 musi­ciens, suiv­ie du live de Cabaret Con­tem­po­rain (un groupe capa­ble de jouer de l’”électro” avec des instru­ments acous­tiques, à voir absol­u­ment !) puis d’un set tech­no de The Dri­ver aka Manu Le Malin” C’est rare dans notre scène de musiques actuelles qu’on laisse la place à ce genre de pro­jets. Je suis tou­jours sur­pris de voir qu’à Con­crete ou Nuits Sonores, on ne croise pas de pièces de Steve Reich ou Philip Glass. Pour­tant, ce n’est pas for­cé­ment chi­ant comme musique ! Mais les deux mon­des ne se con­nais­sent pas, musi­cale­ment ou humaine­ment. Je ne suis pas sûr que les 13 musi­ciens qui repren­nent ‘In C’ sachent vrai­ment qui est Manu Le Malin. Ils vien­nent de la musique con­tem­po­raine ou impro­visée, ont été for­més au con­ser­va­toire… L’idée de Plan B est aus­si de faire en sorte que tout ce petit monde se ren­con­tre ! Et puis on peut avoir ten­dance à pren­dre le pub­lic pour plus con qu’il ne l’est réelle­ment, en imag­i­nant que per­son­ne ne vien­dra si on pro­pose un line-up dif­férent. Sur une soirée Marathon, les gens vont peut-être venir essen­tielle­ment pour Carl Craig… Mais une fois qu’ils se retrou­vent devant Chloé et Vas­sile­na Ser­afi­mo­va reprenant Steve Reich, ils appré­cient”, se rap­pelle Lau­rent Jacquier. C’est tout le mal qu’on leur souhaite.

Event Face­book

(Vis­ité 482 fois)