Playlist NOUVEAUX FUTURS : ce qui sort aujourd’hui, ce qui s’écoutera demain

par Tsugi

NOUVEAUX FUTURS”, ce qui sort aujour­d’hui, ce qui s’é­coutera demain. La playlist multi-plateformes de Tsu­gi sur le thème des musiques con­tem­po­raines et d’avenir, accueille comme chaque ven­dre­di une nou­velle clique de morceaux tout neufs et de tous hori­zons, curatée par Jon Beige.

Chaque ven­dre­di, je regarde ce qu’il y aura la semaine suiv­ante, et la plu­part du temps, j’en salive d’avance. Mais pour aujourd’hui, je n’étais pas spé­ciale­ment con­fi­ant. Peu de sor­ties qui atti­raient mon regard, beau­coup de sin­gles d’artistes con­nus, mais pas ter­ri­ble (j’y reviendrai). Je craig­nais, une fois de plus, que la playlist soit un peu mai­gre. Mais finale­ment, comme lorsqu’on dit « non, ce soir je ren­tre tôt », je me retrou­ve avec plus de trente morceaux sur les bras.

Le +

Un peu de douceur pour com­mencer, comme tou­jours, avec les très beaux sin­gles de Shabazz Palaces, Ian Isa­iah ou Jessy Lan­za (a pri­ori le dernier avant l’album dans deux semaines). Un peu de ter­giver­sa­tions ambi­ent et mys­tiques ensuite, avec Julian­na Bar­wick, Kait­lyn Aure­lia Smith, le dalaï-lama (encore lui), et Jonathan Fitous­si. Beau­coup de musiques de basse après ça, notam­ment le nou­veau The Streets, ou le pro­jet solo de la moitié de Essaie Pas, Feu St. Antoine. Puis, un peu de rock pour finir, avec cette sor­tie très costaud de Dul­ly sur ESP Insti­tute, le shoegaze mod­erne de Peel Dream Mag­a­zine, la folk con­tem­po­raine de Suf­jan Stevens, la coun­try du vétéran Willie Nel­son, le remix de Beck par Khru­ang­bin pour les 50 ans du pre­mier, et enfin deux superbes réédi­tions signées Habibi Funk et Born Bad.

Le club

Pour ce qui est de la sélec­tion club, madame est servie : un truc russe que je ne sais pas pronon­cer, sur le label moscovite Incom­pe­tence ; un remix de Ace­Mo­Ma trop classe qui sauve l’EP de Galch­er Lust­werk, qui fait la même musique depuis ses débuts ; la dernière sor­tie Wis­dom Teeth signée Shield­ing, avec un EP nom­mé Col­lect­ing Sea­weed, qui aide à se pro­jeter dans un mood ; un remix cav­erneux et mys­térieux de Decha par Khid­ja sur Mal­ka Tuti ; le pre­mier extrait du prochain Mat­mos qui s’annonce très exci­tant ; un petit Pow­ell bien placé ; un EP qui tue de Rhyw sur Fever AM ; un énième tube de Pear­son Sound sur Hessle Audio ; le pre­mier extrait du prochain Var­i­ous de Hound­stooth, Alter­i­ty, sur lequel fig­ureront Slik­back, Ama­zon­dot­com, Oshey­ack ou Deena Abdel­wa­hed ; un très bon Crys­tallmess ; une incar­tade dnb par Vanes­sa Worm sur son album estampil­lé Opti­mo ; et une grosse balle sur l’excellent VA War Child 4 du label Craigie Knowes (qu’on pre­miérait sur Sound­Cloud).

Le -

Enfin, par­mi ces nou­velles sor­ties du ven­dre­di, vous remar­querez que cer­taines de ses plus célèbres (comme par exem­ple le James Blake) n’y fig­urent pas : faut-il con­stam­ment faire fig­ur­er ce qui sera playlisté partout ailleurs, même si la qual­ité n’est pas tou­jours au rendez-vous ? La réponse sera “non”.

Ain­si, alors que j’avais été très agréable­ment sur­pris par son virage pop-trap de l’année dernière, je trou­ve les sin­gles de 2020 mol­las­sons, trop mielleux. Serait-ce l’amour qui te fasse ça, James ? Il y a égale­ment ces deux nou­veaux morceau de John Car­pen­ter, qui son­nent comme un mec qui fait son pre­mier morceau en essayant de copi­er John Car­pen­ter. La col­lab­o­ra­tion entre Tiga et Hud­son Mohawke qui n’a pas “le truc”, tout comme l’album de Prins Thomas dont le titre des morceaux (15 fois le même) lais­sait envis­ager leur éclec­tisme (15 fois le même). Déçu aus­si par ce super-band, Din­ner Par­ty, for­mé par les pontes de ce qu’on pour­rait appel­er le new-jazz, à savoir Ter­race Mar­tin, Robert GlasperKamasi Wash­ing­ton et 9th Won­der. Radio Slave ne s’est pas trop foulé non plus sur son dernier EP. La ren­con­tre Kid Cudi/Eminem est ren­trée par une oreille et ressor­tie aus­sitôt. Le sin­gle de Future Islands, groupe que j’appréciais beau­coup à l’époque, ne m’a pas spé­ciale­ment ému. Mais sûre­ment que d’autres ne seront pas du même avis que moi !

Le mot du curateur Jon Beige

J’aimerais vous par­ler de 100 gecs, groupe de Los Ange­les com­posé de deux mem­bres, qui a fait beau­coup de bruit l’année dernière. Je me sou­viens avoir écouté et trou­vé ça hor­ri­ble. Aujourd’hui est sor­ti un album de remix­es de leur album, où fig­urent notam­ment A.G. Cook (boss de PC Music) ou Fall Out Boy (!). Je n’ai pas trou­vé ça top, mais je me suis dit que tout ça était extrême­ment bien bar­ré. J’ai réé­couté en diag­o­nal leur album précé­dent, un peu moins bruyant (c’est relatif), et je crois que je com­mence à capter le délire. J’ai donc mis cet espèce d’interlude de trente sec­on­des, qui con­cen­tre selon moi tout l’esprit du groupe en trois fois rien. Des instru­men­taux de dessins ani­més, entre­coupés de rires sataniques sat­urés. On est dans un épisode de Hap­py Tree Friends, ou dans cet épisode de Rick & Morty où un enfant, devenu vieux, cop­ule avec des créa­tures fan­tas­tiques, pour créer des êtres idiots, car con­san­guins, mi-humain mi-licorne. En voilà un, de nou­veau futur.

(Vis­ité 13 244 fois)