Skip to main content
Flore ©Philippe Pace
19 janvier 2021

🔊 Playlist NOUVEAUX FUTURS par Flore : ce qui sort aujourd’hui, ce qui s’écoutera demain

par Tsugi

NOUVEAUX FUTURS, ce qui sort aujourd’hui, ce qui s’écoutera demain. La playlist multi-plateformes de Tsugi sur le thĂšme des musiques contemporaines et d’avenir, curatĂ©e et commentĂ©e tour Ă  tour par les artistes. Aujourd’hui, c’est la productrice et DJ lyonnaise Flore, prĂȘtresse française de la bass music et boss du label POLAAR, qui se prĂȘte brillamment Ă  l’exercice.

Eve Maret et les nouvelles formes de pop song

J’ai dĂ©couvert le track « Synthesizer Hearts » dans l’une des excellentes Ă©missions de la BBC et depuis il tourne en boucle chez moi. C’est Ă©tonnant car c’est disco, et aprĂšs en avoir beaucoup Ă©coutĂ© il y a longtemps, c’est un style qui a tendance Ă  me fatiguer trĂšs rapidement. Mais ce morceau est magique car il est « Ă  cotĂ© ». La structure est toute pĂ©tĂ©e, le refrain n’en est pas un, on est Ă  cheval entre Laurie Anderson et Cerrone, et ça marche effrontĂ©ment bien ! Eve Maret est une artiste issue de la scĂšne alternative de Nashville, on peut sentir une trĂšs claire envie d’exploser les codes, et son usage de la voix est aussi extrĂȘmement intĂ©ressante. Comme dans les albums de Kaitlyn Aurelia Smith, Rose Bonica, Lyra Pramuk ou Yaeji, tous sortis cette annĂ©e, et dont j’ai mis quelques morceaux dans cette playlist. On sent que ces femmes produisent elles-mĂȘmes leur musique, qu’elles viennent d’un background oĂč leur voix fait partie des nombreux outils dont elles disposent. L’écriture reste pop, mais dans une version trĂšs dĂ©complexĂ©e.

À lire Ă©galement
NOUVEAUX FUTURS : 10 artistes qui vont faire 2021

 

Hyph11e et le footwork 3.0

« 160 est le nouveau 120 bpm », me disait un de nos artistes, SNKLS il y a peu. Je valide. Hyph11e fait partie du label ultra hype SVBKVLT, un label basĂ© Ă  Shanghai qui insufflent depuis quelques annĂ©es un vent de fraĂźcheur et de sauvagerie sur la scĂšne club internationale. Dans la bande, il y a 33EMYBW, Zaliva-D, Osheyack, Prettybwoy (un artiste que nous partageons avec POLAAR) ou encore Gabber Modus Operandi. On y pratique des bpm Ă©levĂ©s, entre 150 et 180. Hyph11e ne dĂ©roge pas Ă  la rĂšgle, avec un penchant trĂšs marquĂ© pour le footwork et les breakbeats anglais, avec cependant une approche trĂšs diffĂ©rente des pionniers amĂ©ricains et UK. C’est expĂ©rimental dans les sons et hybride dans la forme. Historiquement, le footwork est un style qui tire ses racines de la ghetto house, et les lĂ©gendes du genre (DJ Rashad, DJ Spinn) ont posĂ© les codes du genre, alimentant cette musique de samples issus du hip-hop et de la funk, tout ça mĂ©langĂ© Ă  l’incontournable son des TR-808 et 909. J’aime la façon dont certains artistes (comme Rian Treanor et EXAEL dans la playlist) cassent les habitudes du genre pour y incorporer des sons plus synthĂ©tiques. Pas Ă©tonnant que des labels tels que Planet Mu ou Berlin Atonal s’intĂ©ressent Ă  eux ! En France, la bande de Paradoxe Club est bien dans ce genre de recherche aussi. J’aime beaucoup et il y a fort Ă  parier que ces exemples vont se multiplier.

S

Lurka et le cyber dancehall

Ce n’est un mystĂšre pour personne que je suis une grande fan de dancehall. Il y en a dans chacun de mes albums, c’est selon moi le groove le plus sexy qui existe. Pendant trop longtemps, le genre a Ă©tĂ© mĂ©prisĂ© par la scĂšne Ă©lectronique (trop de Sean Paul peut-ĂȘtre ?), mais depuis quelques annĂ©es, il s’installe, grĂące notamment au groupe jamaĂŻcain Equiknoxx qui a creusĂ© le sillon d’une nouvelle forme plus instrumentale du style, minimaliste et audacieuse. Cette annĂ©e, il y a eu des tueries qui poussent le genre encore plus loin. J’ai Ă©coutĂ© l’EP Rhythm Hi-Tek de Lurka en boucle cet Ă©tĂ©. C’est ciselĂ©, futuriste, mais ça parle aux fesses, c’est d’une radicalitĂ© que j’affectionne tout particuliĂšrement, c’est vraiment un morceau que j’ai hĂąte de jouer sur un sound system ! Dans le mĂȘme genre, on retrouve les Français de Maquis Son System, Laksa ou Time Cow.

Sophia Loizou et l’ambient rave

Si vous ne connaissez pas Sophia Loizou, c’est une grave erreur ! C’est probablement l’artiste que j’ai le plus Ă©coutĂ© ces derniĂšres annĂ©es, notamment son tout premier album Singulacra, sorti en 2016, qui est une pure merveille et qui fut mon compagnon de route (au casque, dans le train, c’est addictif !) À l’époque, l’ambient n’était pas encore vraiment de retour, pas plus que le breakbeat anglais. Sophia aura donc l’audace en 2016 de mĂ©langer ces deux genres diamĂ©tralement opposĂ©s, allant piocher dans les classiques du happy hardcore pour y rĂ©vĂ©ler autre chose que son aspect dancefloor. Ce premier essai est purement magistral, coup de maĂźtre reconduit cette annĂ©e encore avec la sortie sur Houndstooth de Untold, son dernier album. Dans une dĂ©marche similaire, l’incroyable « Head Above The Parakeets » de HAAI, sonne pour moi comme un cri d’amour aux raves. Un morceau nostalgique, poĂ©tique et enveloppant, qui m’a fait beaucoup de bien cette annĂ©e. Au dĂ©but du confinement, alors que tout le monde se demandait si la club music avait encore un sens, cette fusion semblait lui en trouver. Elle est aussi une Ă©niĂšme preuve Ă  mes yeux que la musique club n’est pas qu’une musique « de club » et qu’elle nourrit nos cultures contemporaines, sous plein de formes.

À lire Ă©galement
NOUVEAUX FUTURS : les 10 labels qui vont faire 2021

 

Jay Glass Dubs et le dub

EniĂšme mutation dub, dont Jay Glass Dubs, Forest Drive West, Azu Tiwaline, Toma Kami ou le label Bokeh Version sont les fers de lance. Moi, la Lyonnaise (pour les ignorants, Lyon a eu une influence majeure sur cette scĂšne grĂące notamment au label Jarring Effects), ça ne me laisse forcĂ©ment pas indiffĂ©rente ! J’aime la fraĂźcheur de cette nouvelle approche du son « dub », avec une exploitation trĂšs originale des samples et des effets. Certains morceaux de Jay Glass Dubs sonnent d’ailleurs trĂšs pop. Encore un preuve de l’influence capitale de ce genre sur la musique Ă©lectronique.

ZULI et les autres rageux

J’aime les appeler les « rageux » (ce qui est un compliment dans ma bouche !). On pourrait se demander pourquoi ils sont aussi mĂ©chants ? Mais sincĂšrement, connaissez-vous musique plus libĂ©ratrice en temps de confinement que ces expĂ©rimentations punk ? Pour ma part, ces morceaux m’ont fait un bien fou, c’était la soupape nĂ©cessaire. Je suis fan de la musique de ZULI depuis plusieurs annĂ©es, de la façon dont il dĂ©truit ses rythmiques, sa façon de tout faire partir en flamme. Dans le mĂȘme registre, j’ajouterais Peder Mannerfelt, qui apporte une touche trĂšs punk Ă  la techno (tout en sortant parfois des morceaux ambient on ne peut plus subtils et lĂ©chĂ©s). En France, je pense Ă  Emma DJ bien sĂ»r, et pour les accompagner, j’ajouterais aussi le producteur amĂ©ricain Only Now ou encore Duma, qui a frappĂ© fort cette annĂ©e avec la sortie de son album sur Nyege Nyege Tapes. Des dĂ©marches singuliĂšres, pleine de libertĂ©, qui dĂ©truisent les standards clubs et qui sonnent comme un appel Ă  la rĂ©volte dans mes oreilles.

❏

Écouter l’excellent album de Flore Rituals, sorti sur son label POLAAR en 2020.

 

À lire Ă©galement
On a fait un blind test avec la prĂȘtresse de la bass music Flore

 

Visited 54 times, 1 visit(s) today