Flore ©Philippe Pace

🔊 Playlist NOUVEAUX FUTURS par Flore : ce qui sort aujourd’hui, ce qui s’écoutera demain

par Tsugi

NOUVEAUX FUTURS, ce qui sort aujourd’hui, ce qui s’écoutera demain. La playlist multi-plateformes de Tsu­gi sur le thème des musiques con­tem­po­raines et d’avenir, curatée et com­men­tée tour à tour par les artistes. Aujour­d’hui, c’est la pro­duc­trice et DJ lyon­naise Flo­re, prêtresse française de la bass music et boss du label POLAAR, qui se prête bril­lam­ment à l’exercice.

Eve Maret et les nouvelles formes de pop song

J’ai décou­vert le track « Syn­the­siz­er Hearts » dans l’une des excel­lentes émis­sions de la BBC et depuis il tourne en boucle chez moi. C’est éton­nant car c’est dis­co, et après en avoir beau­coup écouté il y a longtemps, c’est un style qui a ten­dance à me fatiguer très rapi­de­ment. Mais ce morceau est mag­ique car il est « à coté ». La struc­ture est toute pétée, le refrain n’en est pas un, on est à cheval entre Lau­rie Ander­son et Cer­rone, et ça marche effron­té­ment bien ! Eve Maret est une artiste issue de la scène alter­na­tive de Nashville, on peut sen­tir une très claire envie d’exploser les codes, et son usage de la voix est aus­si extrême­ment intéres­sante. Comme dans les albums de Kait­lyn Aure­lia Smith, Rose Bon­i­ca, Lyra Pra­muk ou Yae­ji, tous sor­tis cette année, et dont j’ai mis quelques morceaux dans cette playlist. On sent que ces femmes pro­duisent elles-mêmes leur musique, qu’elles vien­nent d’un back­ground où leur voix fait par­tie des nom­breux out­ils dont elles dis­posent. L’écriture reste pop, mais dans une ver­sion très décomplexée.

Ă€ lire Ă©galement
NOUVEAUX FUTURS : 10 artistes qui vont faire 2021

 

Hyph11e et le footwork 3.0

“160 est le nou­veau 120 bpm”, me dis­ait un de nos artistes, SNKLS il y a peu. Je valide. Hyph11e fait par­tie du label ultra hype SVBKVLT, un label basé à Shang­hai qui insuf­flent depuis quelques années un vent de fraîcheur et de sauvagerie sur la scène club inter­na­tionale. Dans la bande, il y a 33EMYBW, Zaliva‑D, Oshey­ack, Pret­tyb­woy (un artiste que nous parta­geons avec POLAAR) ou encore Gab­ber Modus Operan­di. On y pra­tique des bpm élevés, entre 150 et 180. Hyph11e ne déroge pas à la règle, avec un pen­chant très mar­qué pour le foot­work et les break­beats anglais, avec cepen­dant une approche très dif­férente des pio­nniers améri­cains et UK. C’est expéri­men­tal dans les sons et hybride dans la forme. His­torique­ment, le foot­work est un style qui tire ses racines de la ghet­to house, et les légen­des du genre (DJ Rashad, DJ Spinn) ont posé les codes du genre, ali­men­tant cette musique de sam­ples issus du hip-hop et de la funk, tout ça mélangé à l’incontournable son des TR-808 et 909. J’aime la façon dont cer­tains artistes (comme Rian Tre­anor et EXAEL dans la playlist) cassent les habi­tudes du genre pour y incor­por­er des sons plus syn­thé­tiques. Pas éton­nant que des labels tels que Plan­et Mu ou Berlin Aton­al s’intéressent à eux ! En France, la bande de Para­doxe Club est bien dans ce genre de recherche aus­si. J’aime beau­coup et il y a fort à pari­er que ces exem­ples vont se multiplier.

S

Lurka et le cyber dancehall

Ce n’est un mys­tère pour per­son­ne que je suis une grande fan de dance­hall. Il y en a dans cha­cun de mes albums, c’est selon moi le groove le plus sexy qui existe. Pen­dant trop longtemps, le genre a Ă©tĂ© mĂ©prisĂ© par la scène Ă©lec­tron­ique (trop de Sean Paul peut-ĂŞtre ?), mais depuis quelques annĂ©es, il s’installe, grâce notam­ment au groupe jamaï­cain Equiknoxx qui a creusĂ© le sil­lon d’une nou­velle forme plus instru­men­tale du style, min­i­mal­iste et auda­cieuse. Cette annĂ©e, il y a eu des tueries qui poussent le genre encore plus loin. J’ai Ă©coutĂ© l’EP Rhythm Hi-Tek de Lur­ka en boucle cet Ă©tĂ©. C’est ciselĂ©, futur­iste, mais ça par­le aux fess­es, c’est d’une rad­i­cal­itĂ© que j’affectionne tout par­ti­c­ulière­ment, c’est vrai­ment un morceau que j’ai hâte de jouer sur un sound sys­tem ! Dans le mĂŞme genre, on retrou­ve les Français de Maquis Son Sys­tem, Lak­sa ou Time Cow.

Sophia Loizou et l’ambient rave

Si vous ne con­nais­sez pas Sophia Loizou, c’est une grave erreur ! C’est prob­a­ble­ment l’artiste que j’ai le plus écouté ces dernières années, notam­ment son tout pre­mier album Sin­gu­lacra, sor­ti en 2016, qui est une pure mer­veille et qui fut mon com­pagnon de route (au casque, dans le train, c’est addic­tif !) À l’époque, l’ambient n’était pas encore vrai­ment de retour, pas plus que le break­beat anglais. Sophia aura donc l’audace en 2016 de mélanger ces deux gen­res diamé­trale­ment opposés, allant piocher dans les clas­siques du hap­py hard­core pour y révéler autre chose que son aspect dance­floor. Ce pre­mier essai est pure­ment magis­tral, coup de maître recon­duit cette année encore avec la sor­tie sur Hound­stooth de Untold, son dernier album. Dans une démarche sim­i­laire, l’incroyable « Head Above The Para­keets » de HAAI, sonne pour moi comme un cri d’amour aux raves. Un morceau nos­tal­gique, poé­tique et envelop­pant, qui m’a fait beau­coup de bien cette année. Au début du con­fine­ment, alors que tout le monde se demandait si la club music avait encore un sens, cette fusion sem­blait lui en trou­ver. Elle est aus­si une énième preuve à mes yeux que la musique club n’est pas qu’une musique « de club » et qu’elle nour­rit nos cul­tures con­tem­po­raines, sous plein de formes.

Ă€ lire Ă©galement
NOUVEAUX FUTURS : les 10 labels qui vont faire 2021

 

Jay Glass Dubs et le dub

Enième muta­tion dub, dont Jay Glass Dubs, For­est Dri­ve West, Azu Tiwa­line, Toma Kami ou le label Bokeh Ver­sion sont les fers de lance. Moi, la Lyon­naise (pour les igno­rants, Lyon a eu une influ­ence majeure sur cette scène grâce notam­ment au label Jar­ring Effects), ça ne me laisse for­cé­ment pas indif­férente ! J’aime la fraîcheur de cette nou­velle approche du son « dub », avec une exploita­tion très orig­i­nale des sam­ples et des effets. Cer­tains morceaux de Jay Glass Dubs son­nent d’ailleurs très pop. Encore un preuve de l’influence cap­i­tale de ce genre sur la musique électronique.

ZULI et les autres rageux

J’aime les appel­er les “rageux” (ce qui est un com­pli­ment dans ma bouche !). On pour­rait se deman­der pourquoi ils sont aus­si méchants ? Mais sincère­ment, connaissez-vous musique plus libéra­trice en temps de con­fine­ment que ces expéri­men­ta­tions punk ? Pour ma part, ces morceaux m’ont fait un bien fou, c’était la soupape néces­saire. Je suis fan de la musique de ZULI depuis plusieurs années, de la façon dont il détru­it ses ryth­miques, sa façon de tout faire par­tir en flamme. Dans le même reg­istre, j’ajouterais Ped­er Man­ner­felt, qui apporte une touche très punk à la tech­no (tout en sor­tant par­fois des morceaux ambi­ent on ne peut plus sub­tils et léchés). En France, je pense à Emma DJ bien sûr, et pour les accom­pa­g­n­er, j’ajouterais aus­si le pro­duc­teur améri­cain Only Now ou encore Duma, qui a frap­pé fort cette année avec la sor­tie de son album sur Nyege Nyege Tapes. Des démarch­es sin­gulières, pleine de lib­erté, qui détru­isent les stan­dards clubs et qui son­nent comme un appel à la révolte dans mes oreilles.

❏

Écouter l’ex­cel­lent album de Flo­re Rit­u­als, sor­ti sur son label POLAAR en 2020.

 

Ă€ lire Ă©galement
On a fait un blind test avec la prĂŞtresse de la bass music Flore

 

(Vis­itĂ© 22 305 fois)