©Julia Gunther

🔊 Playlist NOUVEAUX FUTURS par Paula Temple : ceux qui feront l’avenir de l’électro

NOUVEAUX FUTURS, ce qui sort aujourd’hui, ce qui s’écoutera demain. La playlist multi-plateformes de Tsu­gi sur le thĂšme des musiques con­tem­po­raines et d’avenir, curatĂ©e et com­men­tĂ©e tour Ă  tour par les artistes. Cette fois, c’est au tour de la “nois­i­ci­enne” anglaise Paula Tem­ple de partager ses coups de cƓur rĂ©cents, et les artistes qui, selon elle, vont chang­er les choses.

Les 17 et 18 sep­tem­bre, le fes­ti­val Dream Nation fera son retour au Bour­get. Et par­mi une pro­gram­ma­tion Ă©norme, il est tou­jours plaisant de savoir que Paula Tem­ple sera de la par­tie (en B2B avec le mys­tĂ©rieux berli­nois SNTS). La “nois­i­ci­enne” anglaise – comme elle se dĂ©finit – aujour­d’hui basĂ©e Ă  Ams­ter­dam, pro­duit depuis bien­tĂŽt 20 ans une tech­no indus­trielle puis­sante, du genre qui tra­verse de part en part pour ne laiss­er der­riĂšre elle qu’un hĂ©bĂ©te­ment heureux. EngagĂ©e con­tre toutes formes d’op­pres­sion, elle a quit­tĂ© l’in­dus­trie musi­cale durant six ans dans les annĂ©es 2000, dĂ©goĂ»tĂ©e par la misog­y­nie du milieu. AprĂšs avoir enseignĂ© les out­ils de pro­duc­tion et de mix aux enfants dĂ©fa­vorisĂ©s, elle fait son retour en 2012, pub­liant deux EPs sur le label R&S puis celui de Mod­e­se­lek­tor. AprĂšs avoir crĂ©Ă© sa pro­pre struc­ture, Noise Man­i­festo, Ă  mĂȘme d’in­car­n­er le change­ment qu’elle souhaite voir venir, elle pub­lie enfin un pre­mier album en 2019, Edge Of Every­thing, tout en par­tic­i­pant aux meilleurs fes­ti­vals d’Eu­rope. En atten­dant de savoir ce qu’elle rĂ©serve le 17 sep­tem­bre, elle nous dĂ©voile ses espoirs pour l’avenir.

Event FB
Bil­let­terie

Abonnez-vous Ă  la playlist NOUVEAUX FUTURS pour voir automa­tique­ment les playlists des prochains artistes.

 

À lire Ă©galement
Playlist Nouveaux Futurs par Agoria : sur qui il mise pour demain

 

Aho Ssan — Outro

En tant que « nois­i­ci­enne » revendiquĂ©e, et avec un label qui s’appelle Noise Man­i­festo, je pense qu’il est assez Ă©vi­dent que j’aime la noise music. Mais il faut tenir compte du fait que je suis trĂšs exigeante ; le bruit doit sig­ni­fi­er quelque chose, je dois ressen­tir quelque chose de pro­fondé­ment boulever­sant, mĂȘme si c’est un sen­ti­ment trĂšs abstrait. Donc je dĂ©marre cette playlist avec une de mes gross­es dĂ©cou­vertes artis­tiques rĂ©centes : Aho Ssan. Son album Sim­u­lacra est un chef‑d’Ɠuvre. De la belle noise, sen­si­ble, par­fois frontale, puis dĂ©li­cate­ment en retrait l’instant suivant.

Meta — The Yearn­ing Of Ilona

C’est un artiste que j’ai dĂ©cou­vert dans un pod­cast d’Eo­mac. Encore une fois, c’est un morceau de noise si touchant que je voudrais l’écouter mĂȘme aprĂšs ma mort.

Femanyst — CyberSista

Femanyst pro­duit une incroy­able tech­no hardcore/gabber tor­due. Elle a sor­ti un trĂšs bon disque sur notre label Noise Man­i­festo en 2018. Je recom­mande son nou­v­el EP, qui n’est pas sur Spo­ti­fy, inti­t­ulĂ© Cloa­ka. C’est son meilleur maxi Ă  ce jour, il par­le du fait d’ĂȘtre gen­der neu­tral, non binaire et d’androgynie. Allez aus­si voir son label Dark Carousel, qui signe des tas d’artistes pas­sion­nants comme Over­clocked ou Peter Kirn. Femanyst a aus­si fait un super set durant la journĂ©e des Nuits Sonores que je pro­gram­mais en 2018. J’aimerais la voir dans plus d’évĂ©nements français, surtout aprĂšs le dĂ©sas­tre du Covid, et le dan­ger que reprĂ©sente les pro­gram­ma­tions de fes­ti­vals de plus en plus tournĂ©es vers des artistes de tech­no main­stream, sou­vent hĂ©tĂ©ronor­mĂ©s. Notre scĂšne a affichĂ© son sou­tien au mou­ve­ment Black Lives Mat­ter, il s’agit main­tenant de le prou­ver. Pro­gram­mez plus d’artistes noirs !

Ayako Mori — Louder

Elle a un morceau incroy­able Ă  venir sur Gegen Records, fin sep­tem­bre, et je lui ai demandĂ© de sor­tir un disque sur Noise Man­i­festo, l’annĂ©e prochaine j’espĂšre.

Øtta — Holy Jane

Ce titre vient du WOMXN EP (What’s your type?), sor­ti rĂ©cem­ment sur Pos­ses­sion. Elle reprĂ©sente par­faite­ment cette nou­velle vague tal­entueuse de la tech­no, et ce disque est Ă©pique !

Saman­tha Tog­ni — Fate By Dictation

Je joue ce morceau dans tous mes sets, en ce moment. C’est de la tech­no qui cogne, par­faite, avec en plus sa voix punk. J’ai eu la chance de la ren­con­tr­er Ă  la soirĂ©e organ­isĂ©e par Gegen Ă  Lon­dres il y a deux semaines.

Cock­tail Par­ty Effect — Deerhorn

Cock­tail Par­ty Effect est un ami que j’ai ren­con­trĂ© quand je vivais Berlin. C’est sans doute la per­son­ne la plus gen­tille que j’aie jamais ren­con­trĂ©. Je n’aurais jamais imag­inĂ©, il y a huit ans, qu’il pro­duirait un morceau aus­si gĂ©niale­ment fou que « Deer­horn ». De la pure crĂ©ativitĂ©.

Per­era Else­where — Weary (Chi­no Amo­bi Remix)

Un de mes remix­es prĂ©fĂ©rĂ©s de tous les temps (du moins de mes 44 annĂ©es d’existence). Chi­no Amo­bi a remixĂ© l’artiste de doom folk et amie, Per­era Else­where. Ce n’est pas un sim­ple remix, c’est le vĂ©ri­ta­ble chapitre suiv­ant de « Weary ». Les paroles et la voix de Chi­no sont si puis­santes, dans leur cri­tique de la vio­lence colo­niale, si vitale dans cette Ă©poque oĂč les affronts de la part de l’Europe, l’AmĂ©rique, la Chine ou la Russie se pour­suiv­ent. Je recom­mande Ă©gale­ment un morceau plus rĂ©cent de Chi­no Amo­bi, « The Dutch Angle », un titre som­bre, sans beautĂ©, et qui fait rĂ©flĂ©chir. J’ai fait un triste con­stat – mĂȘme pour moi qui ait un pied dans la tech­no under­ground et l’autre dans de gros fes­ti­vals – que l’on reste gĂ©nĂ©rale­ment trop silen­cieux sur le racisme, l’exploitation et l’esclavagisme mod­erne. Face­book et Google nous poussent Ă  don­ner du crĂ©dit Ă  un monde illu­soire de likes dĂ©nuĂ©s de sens alors qu’ils gag­nent une for­tune inso­lente Ă  par­tir de l’argent sale des dis­cours racistes. J’aimerais tant qu’on arrĂȘte d’avoir recours Ă  ces entre­pris­es, et qu’on se penche rĂ©elle­ment sur les vrais prob­lĂšmes. En quoi cela concerne-t-il la tech­no ? Eh bien, il faut ĂȘtre hon­nĂȘte dans notre cri­tique
 Y a‑t-il une rĂ©elle diver­sitĂ© dans la tech­no aujourd’hui, qui per­me­tte Ă  des artistes de vivre ? Je par­le d’une vĂ©ri­ta­ble jus­tice Ă©conomique, pas juste de quo­ta ethnique.

Moor Moth­er — Dead­beat Protest

C’est le pre­mier morceau que j’ai enten­due de Moor Moth­er, il y a plusieurs annĂ©es. Comme elle est une artiste et activiste vitale, je l’ai invitĂ© Ă  Nuits Sonores en 2018. Elle fait tout Ă  la fois : afro-futurisme, noise, jazz, rap, punk
 en plus de faire des col­lab­o­ra­tions incroy­ables avec DJ Haram et Black Quan­tum Futur­ism sous le nom de 700 Bliss. J’attends avec impa­tience son nou­v­el album, Black Ency­clopae­dia of the Air, qui sort le 17 septembre.

Back­xwash — I Live Here Buried With My Rings And Dresses

Bon sang, ce morceau de Back­xwash ! J’adorerais pass­er ses sons dans mes sets d’indus lourde. Peut-ĂȘtre pour la prochaine Ă©di­tion du Kathar­sis. Son album God Has Noth­ing to Do With This Leave Him Out of It vaut Ă©gale­ment le dĂ©tour.

Sen­ti­men­tal Rave — Give Me Pain

Sen­ti­men­tal Rave est une de mes DJs prĂ©fĂ©rĂ©s. « Give Me Pain », avec Nad­sat, reprĂ©sente par­faite­ment son style.

Gab­ber Modus Operan­di — Bal­ap Liar

J’ai vu Gab­ber Modus Operan­di au fes­ti­val Unsound en 2019, ils ont fait le meilleur set haut la main.

Som­ni­ac One — Hard Synths 92

J’ai ren­con­trĂ© Som­ni­ac One pour la pre­miĂšre fois Ă  Rot­ter­dam, et elle m’a envoyĂ© plusieurs morceaux dont « Kill Every­one ». Ils sont tous excel­lents, mais trop durs pour moi. En revanche, j’ai hĂąte de jouer ce titre-lĂ , qui est tout nouveau.

[KRTM] — Popface

Il m’a envoyĂ© son album l’air de rien, et c’est mon­strueux. Il y a prĂšs de 30 pistes, et elles ont toutes un haut niveau d’ex­i­gence, tant en ter­mes de folie pure que de pro­duc­tion tech­no hard­core, en plus d’avoir des traces du gĂ©nie d’Aphex Twin pour les mĂ©lodies et l’humour.

Pour le reste de la playlist, Insect est extrĂȘme ; Ped­er Man­ner­felt est drĂŽle ; SNTS est mon jumeau som­bre ; Killawatt et Man­ni Dee sont un choix par­fait avec « Post Neon Deep Core Arte­fact Â» ; Linn Elis­a­bet a un excel­lent Ă©quili­bre entre tech­no et ambiance. J’ai jouĂ© « Bur­den Of Eter­ni­ty Â» de Kor et « No Time, No Fun Â» de Capon au Kom­pass Open Air en Bel­gique, et les deux morceaux ont une superbe pro­gres­sion. Nigh/t\mare, Noform et Sec­ond Spec­tre sont trois artistes de dark ambi­ent for­mi­da­bles, avec une vision goth­ique et ciné­ma­tique. Je recom­mande Kathar­sis, le nou­v­el album de Nigh/t\mare qui sort le 10 sep­tem­bre. Et je con­clus avec une com­pi­la­tion qui inclut beau­coup d’artistes que j’aime. Elle s’intitule For Beirut: The End Of Cor­rup­tion. C’est ce que j’aime le plus met­tre en avant dans notre musique et notre scĂšne : notre capac­itĂ© Ă  se rĂ©u­nir, surtout dans les moments de grande adversitĂ©.

(Vis­itĂ© 2 881 fois)