Skip to main content
13 octobre 2020

Pourquoi cette campagne du gouvernement anglais pour la cybersécurité est une honte

par Léonie Ruellan

Créée en 2019 et ressortie lundi dernier, la campagne du gouvernement britannique qui promeut la reconversion professionnelle dans la cybersécurité est perçue comme un véritable affront au secteur culturel, mis à mal par la crise sanitaire et déjà discrédité par l’exécutif britannique la semaine dernière. 

campagne UK« Le prochain métier de Fatima pourrait être dans le domaine du cyber (mais elle ne le sait pas encore). » C’est la légende qu’on peut lire sur une photographie d’une danseuse de ballet, suivie du slogan « Repenser. Reconvertir. Redémarrer. » Cette campagne pour le programme Cyber First du gouvernement britannique a suscité un tollé dans le monde de la culture au Royaume-Uni et sur les réseaux sociaux, avant d’être retirée.

Oliver Dowden, le secrétaire d’État anglais au Numérique, à la Culture, aux Médias et au Sport, l’a condamnée et qualifiée de « grossière », assurant qu’il voulait « sauver les emplois dans les arts » – ce qui était à l’ordre du jour ce même lundi, puisque son ministère annonçait allouer 257 millions de livres sterling à 1 300 organisations et lieux culturels.

Pourquoi cette campagne pose-t-elle problème ?

Déjà car le secteur culturel est fortement touché par la situation sanitaire et qu’en septembre, une étude de Musicians’ Union montrait que 47% des musicien·es britanniques avaient été obligés de chercher un emploi ailleurs que dans leur domaine depuis le début de la pandémie. Et cette étude ne comptait que la filière musicale…

 

À lire également
Les géants de la musique anglaise appellent leur gouvernement à réagir

 

Cette campagne pose aussi problème car, la semaine dernière, le ministre des finances Rishi Sunak a « presque » suggéré aux professionnels de la culture de changer de métier lors d’une interview à ITV News. « Presque », car le ministre a plus exactement suggéré à tous les travailleurs en difficulté, dont les artistes, de s’ouvrir à « de nouvelles opportunités » (source : ITV). Ce à quoi Liam Gallagher (Oasis), Boy George ou encore Tim Burgess (The Charlatans) ont vivement réagi sur les réseaux sociaux, ne mâchant pas leurs mots contre le gouvernement.

 

« Donc le truc du gouvernement est de dire aux musiciens et aux artistes de se recycler et de trouver un autre boulot pour devenir des cons finis comme eux. Merci mais non. »

Les artistes britanniques se sentent profondément déconsidérés par le gouvernement, bien que ce dernier a rappelé que le budget du plan de relance accordé à la culture s’élevait à 1.57 milliard de livres sterling, ce qui en fait « un des plus généreux au monde » comme l’affirmait Rishi Sunak dans un tweet. Seulement, « pas un seul penny » aurait encore été versé, selon l’acteur Barnaby Edwards.

On se demande maintenant qui de James Blake, Aphex Twin ou Annie Lennox fera le meilleur agent de cybersécurité.

 


 

Visited 3 times, 1 visit(s) today