Primal Scream — Chaosmosis

Extrait du numéro 90 de Tsu­gi (mars 2016)

En 1992, Michael Ric­cia­r­di a per­du dans un train à des­ti­na­tion de Boston ses notes sur la chaos­mose, une stratégie d’adaptation à la fois physique et men­tale dans un envi­ron­nement en état de flux per­pétuel. On ignore com­ment ce car­net est par­venu jusqu’à Bob­by Gille­spie, mais il a sûre­ment vu dans ce con­cept un résumé de sa car­rière mou­ve­men­tée, d’autant que le néol­o­gisme date des débuts discographiques de Pri­mal Scream. Pour leur onz­ième album, les Écos­sais creusent le même sil­lon que sur l’emballant More Light (2013), embringuant les soeurs Haim dans une nou­velle mise à jour inutile mais réussie de “Movin’ On Up” en ouver­ture. Envie de con­ci­sion ou manque d’inspiration, le disque est plus ramassé que son prédécesseur, sans que les textes soient plus inspirés. Il com­porte étrange­ment plusieurs morceaux qu’on jur­erait échap­pés du dernier New Order, y com­pris l’efficace sin­gle en duo avec Sky Fer­reira (dont l’album à venir intrigue de plus en plus). Sans doute s’agit-il d’une énième pirou­ette du Davy Crock­ett glaswégien, qu’on recon­naît bien der­rière son déguise­ment. (Benoît Repoux)

Chaos­mo­sis (Ignition/PIAS), sor­ti le 18 mars. 

(Vis­ité 62 fois)