Protomartyr — The Agent Intellect

Com­ment se porte le revival post– punk en 2015 ? Il va bien, mer­ci. La preuve avec ce troisième album de Pro­tomar­tyr. Sur ce cru 2015, le groupe natif de Detroit ne renou­velle certes pas son style, mais le raf­fine et en per­fec­tionne tous les aspects : ryth­miques urgentes, son garage, tim­bre de voix mi-fantomatique, mi-colérique à la Mark Burgess (The Chameleons). The Agent Intel­lect démarre pied au planch­er avec un “The Dev­il In His Youth” furieux et mélan­col­ique à la fois. Des morceaux tels que “Cow­ards Starve”, “Boyce Or Boice” et “Dope Cloud” font la part belle à la gui­tare de Greg Ahee et ses riffs acides. Riche et diver­si­fié, l’album sait sur­pren­dre en plusieurs occa­sions, en pro­posant des morceaux plus con­tem­plat­ifs. Avec par exem­ple le superbe “Pon­ti­ac 87”, dont la mélodie aus­si cristalline qu’hypnotique évoque un Joy Divi­sion plus lumineux. “The Her­mit” fusionne avec ingéniosité des influ­ences psy­chédéliques et un esprit punk sans con­ces­sions. S’il se mon­tre moins rugueux que son prédécesseur, The Agent Intel­lect con­serve quelques pas­sages bruitistes et râpeux, comme ce “Why Does It Shake ?” et ses accès de sat­u­ra­tion bour­don­nante. Avis aux ama­teurs de post-punk mod­erne, Inter­pol n’est pas le seul groupe?à avoir du talent ! 

(Vis­ité 193 fois)