Skip to main content
27 mai 2019

Que faire face à des festivals toujours plus polluants ?

par Elie Chanteclair

Les festivals polluent. Beaucoup. Même lorsque cela implique de la bonne musique. D’après un rapport du thinktank Powerful Thinking, les festivals britanniques produisent chaque année 23 500 tonnes de déchets et les festivaliers y consomment 10 millions de bouteilles plastiques. De plus, ces évènements utilisent 5 millions de litres de carburant et émettent annuellement près de 20 000 tonnes de dioxyde de carbone (CO2). Au rythme actuel, on prévoit qu’il y aura plus de plastique que de poissons dans l’océan d’ici 2050.

Ces chiffres inquiétants ont été mis en lumière lors de l’édition 2019 du Sommet international de la musique (IMS Ibiza), où des acteurs importants de l’industrie musicale se sont réunis pour discuter de la réduction des plastiques à usage unique. Jeudi 23 mai, le comité  » Bye Bye Bye To Plastics – How The Music Industry Can Evolve Together For A Greener Future » a cherché des solutions face à cette situation hautement alarmante. Il a notamment mis l’accent sur les artistes de musique électronique ne demandant plus aucun produit plastique lors des événements auxquels ils se produisent, soulignant que chaque petite action est importante pour progresser de manière durable .« Nous voulons retirer les plastiques à usage unique de l’industrie de la musique. Penser à de petites choses qui peuvent donner lieu à des mesures concrètes que nous pouvons faire faire aux gens. ce sont ces petits pas qui nous mèneront à l’étape suivante «  explique Vivie-Ann Bakos, moitié du groupe Blond:ish.

Le sommet ayant eu lieu à Ibiza, la discussion s’est également concentrée sur la façon d’apporter des changements positifs sur l’île elle-même, comme par exemple la mise en place de trois poubelles séparées pour l’élimination des déchets (décharge, recyclage et compostage) et l’arrêt de la consommation de viande bovine pour réduire son empreinte carbone. Sandra Benbeniste, directrice exécutive du Fond de Préservation d’Ibiza, nous encourage : « Ibiza sans plastique est possible. Rejoignez le mouvement et passez le mot. Chaque personne compte et peut avoir une influence positive sur les autres. » Vivre la musique de manière écolo et durable, c’est s’assurer de pouvoir en profiter plus longtemps. Certains festivals français l’ont bien compris, et portent cet état d’esprit depuis plusieurs années : rendez-vous notamment ce week-end pour We Love Green, ou encore en août pour le Cabaret Vert.

Visited 155 times, 1 visit(s) today