💿 Que vaut ‘Hellfire’, le nouvel album de black midi ?

À peine un an aprĂšs l’al­bum Cav­al­cade -qui avait, osons le dire, quelque peu divisĂ© chez Tsugi- les Lon­doniens de black midi revi­en­nent avec une troisiĂšme galette tou­jours Ă©nervĂ©e et gavĂ©e de jazz-rock. Avec ici, quelques Ă©chap­pĂ©es belles vers la comĂ©die musicale.

Chronique à retrou­ver dans le Tsu­gi 152 : Être artiste en 2022 avec Vald, Clara Luciani et Justice

Trem­blez, pau­vres fous, black midi est de retour! Un an Ă  peine aprĂšs Cav­al­cade, voilĂ  que le trio anglais sort son troisiĂšme album. Et il ne s’est franche­ment pas calmĂ© sur l’ambiance jazz rock (la prĂ©sence du trompet­tiste d’Ezra Col­lec­tive vient l’attester). Mais le cĂŽtĂ© Mahav­ish­nu Orches­tra stĂ©roĂŻdĂ© laisse pro­gres­sive­ment place Ă  une autre influ­ence, jusqu’alors plus latente: la comĂ©die musi­cale. Avec une palette vocale de plus en plus large, le chanteur Geordie Greep se la joue rĂ©guliĂšre­ment Sina­tra nĂ©vro­tique. CĂŽtĂ© instru­ments, l’écriture est trĂšs mĂ©lo­dra­ma­tique, cou­plĂ©e Ă  un groove tor­turĂ© et puis­sant. l’aspect kalĂ©i­do­scopique du dĂ©lire s’approfondit lui aus­si, avec des pas­sages fla­men­co, folk ou met­al pro­gres­sif. Pour autant, sans ĂȘtre facile non plus, ce Hell­fire s’avĂšre net­te­ment moins Ă©prou­vant que son prĂ©dĂ©cesseur. Peut-ĂȘtre grĂące Ă  une pro­duc­tion plus claire, ou la prĂ©sence de vĂ©ri­ta­bles moments de res­pi­ra­tion dans cer­tains morceaux. Par con­traste, cela rend d’autant plus impac­tant les moments de folie dĂ©bridĂ©e. Plus large­ment, le groupe sem­ble moins poseur: sans laiss­er tomber son humour grinçant, il laisse paraĂźtre plus d’émotion. Ce qui rend d’autant plus man­i­feste le cĂŽtĂ© exis­ten­tiel de cette musique tour­men­tĂ©e. Car quand black midi chante l’enfer et ses dĂ©mons, il s’agit bien de notre rĂ©alitĂ©.

Chronique à retrou­ver dans le Tsu­gi 152 : Être artiste en 2022 avec Vald, Clara Luciani et Justice

(Vis­itĂ© 530 fois)