Le Rex Club / ©Thomas Smith

Rassemblements de plus de 1000 personnes interdits : comment les clubs réagissent

Tous les rassem­ble­ments de plus de 1000 per­son­nes sont désor­mais inter­dits”. Dimanche, le min­istre de la San­té Olivi­er Véran a affir­mé le dur­cisse­ment des mesures de restric­tions face au coro­n­avirus. En France, cer­tains clubs et salles de con­certs doivent alors plan­i­fi­er un futur tou­jours aus­si flou, entre annu­la­tions, lim­i­ta­tions et coups de maître.

Nou­veau coup dur pour les clubs. Après avoir placé la jauge à 5000 per­son­nes con­cer­nant les rassem­ble­ments en milieu fer­més pour lim­iter la prop­a­ga­tion du coro­n­avirus COVID-19, les rassem­ble­ments de plus de 1000 per­son­nes devront doré­na­vant être annulés. Si les stades et autres man­i­fes­ta­tions du type salon de l’a­gri­cul­ture étaient les pre­miers visés par cette mesure, la sec­onde vient grig­not­er davan­tage du côté des clubs et des salles de con­certs. Dehors Brut à Paris, par exem­ple, peut accueil­lir 1500 per­son­nes sans compter le turn over. Depuis l’al­lo­cu­tion du min­istre des Sol­i­dar­ités et de la San­té, le club est donc obligé de se lim­iter pour ne faire ren­tr­er que “999 per­son­nes, staff com­pris”.

Par mesure d’hy­giène égale­ment, l’équipe prévoit de “favoris­er le paiement en carte ban­caire, pour lim­iter les échanges manuels”. Dans le flou, la direc­tion de Dehors Brut ignore la durée de ces restric­tions. Mal­gré tout, le club va con­tin­uer de “pay­er tout le monde, les artistes comme le staff au même prix, ce qui sera un nou­veau coup dur pour nous mais c’est tou­jours mieux que de fer­mer”, déplore le respon­s­able.

Dans la salle de con­cert Kraka­toa à Méri­gnac, où 1200 per­son­nes peu­vent être accueil­lis en temps nor­mal, plusieurs cas de fig­ure sont évo­qués par la direc­tion. Afin de “rester dans les clous pour le con­cert de Nada Surf ce soir”, le club va “couper” dans les invi­ta­tions. Le nom­bre de places va être lim­ité, pour le con­cert de Maceo Park­er, car la jauge n’a pas encore été dépassée. Pour le con­cert de Dionysos, d’ores et déjà com­plet, la date va être décalée. La tournée n’ayant pas débuté, le pro­duc­teur a décidé de la reporter pour éviter les “annu­la­tions totales” et “baisse des recettes”. Le directeur con­firme toute­fois qu’à terme, “si la sit­u­a­tion con­tin­ue, cela risque de laiss­er de gross­es traces finan­cières”.

Un coup dur économique”

Même con­stat à La Machine du Moulin Rouge, “on va ouvrir à moins de 1000 per­son­nes en réduisant la jauge” mais cela n’au­ra “pas d’im­pact sur les con­certs”. “C’est un coup dur économique” con­firme le respon­s­able de la com­mu­ni­ca­tion. Le Biki­ni à Toulouse souhaite, lui, “respecter les mesures”. Mais atten­dra “d’avoir plus d’in­for­ma­tions” pour décider si le club, pou­vant accueil­lir jusqu’à 1500 per­son­nes, doit annuler ses sets ou lim­iter le nom­bre de places.

D’autres clubs, comme Le Rex, passe entre les mailles du filet grâce à son nom­bre de places. “Pour le moment, nous ne sommes pas con­cernés. Nous restons ouverts.” Le Lieu Unique à Nantes, qui pro­pose plusieurs salles et con­fig­u­ra­tions, échappe égale­ment aux mesures. Le club ne dépasse pas la lim­ite des 1000 per­son­nes dans une con­fig­u­ra­tion debout. Le directeur du lieu con­firme : “Nous n’avons pas de con­cert en grande salle debout de prévu dans les prochains mois, donc a pri­ori, aucun souci”.

 

À lire également
Coronavirus : qu’ont prévu les clubs en France ?

 

L’ingéniosité face au virus

D’autres font preuve d’ingéniosité. La salle de con­cert parisi­enne La Cigale peut con­tenir jusqu’à 1500 spec­ta­teurs. Afin d’éviter de devoir annuler les con­certs, la société de pro­duc­tion Alias a pris une ini­tia­tive qui pour­rait se démoc­ra­tis­er. Face aux mesures de restric­tions, le groupe de rock Nada Surf se pro­duira mer­cre­di deux fois durant la même soirée à La Cigale, avec deux fois une jauge à 1000 per­son­nes. Ain­si, ils pour­ront pass­er sous la lim­ite.

Pour rap­pel, la France est le sec­ond pays le plus touché en Europe, der­rière l’I­tal­ie. Depuis fin jan­vi­er, le COVID-19 a con­t­a­m­iné plus de 1120 per­son­nes et fait 19 morts. Alors que le pas­sage au stade 3 sem­ble inéluctable, on peut s’in­ter­roger sur les con­séquences pour les clubs.

Le stade 3 “probablement inéluctable”

Same­di, Jérôme Salomon assur­ait :“Nous évolu­ons vers le stade 3 de façon pro­gres­sive, prob­a­ble­ment inéluctable”. Mais, ce “pas­sage d’un stade à l’autre n’a rien à voir avec la dan­gerosité du virus” assure le directeur général de la San­té. Le stade 3 impli­querait “tout sim­ple­ment une gra­da­tion, mais surtout une con­ti­nu­ité dans la prise en charge”. Olivi­er Véran a lui affir­mé que “les mesures à pren­dre qui pour­raient être amenées à dur­er devront tou­jours être guidées par le principe de pro­por­tion­nal­ité”.

(Vis­ité 902 fois)