©Gendarmerie d’Ille-et-Vilaine

Rave-party illégale à Lieuron : “Nous comprenons que cela puisse être choquant”

Les organ­isa­teurs de la rave-party bre­tonne qui fait scan­dale se sont exprimés dans une tri­bune pub­liée par Libéra­tion

Les organ­isa­teurs de la rave-party du nou­v­el an, ayant illé­gale­ment eu lieu à Lieu­ron en Bre­tagne, revi­en­nent sur leurs moti­va­tions à tra­vers une tri­bune sur Libéra­tion parue hier. Après 1 650 par­tic­i­pants ver­bal­isés par la police sur 2 500, des garde-à-vues, des saisies de matériel et l’in­car­céra­tion d’un des organ­isa­teurs, cette soirée fait actuelle­ment polémique en ce début d’an­née 2021 (et ce jusqu’aux États-Unis), entre manque de respon­s­abil­ité et “geste poli­tique” après “une année de tristesse, d’anxiété et de privations”.

Nous com­prenons que cela puisse être choquant.”

Leur prise de parole est claire dès le début de la tri­bune : “À toutes celles et ceux qui se deman­dent pourquoi une telle volon­té de faire la fête pour ce Nou­v­el An, la réponse tient en quelques mots : une année de tristesse, d’anxiété et de pri­va­tions.” Organ­is­er cette soirée était, pour eux, un “geste poli­tique”.

Ils pré­cisent : “Nous n’acceptons donc pas que seuls les intérêts économiques puis­sent pass­er out­re les pré­cau­tions san­i­taires, encore davan­tage lorsque le malaise créé par l’absence d’espaces de cul­ture et de socia­bil­i­sa­tion engen­dre de graves con­séquences sur la pop­u­la­tion. Nous com­prenons que cela puisse être choquant. Nous avons tous et toutes dans nos proches une per­son­ne à risque et nous tenons aus­si à les pro­téger. Mais il faut enten­dre qu’il existe aus­si des vies déséquili­brées par cet état de morosité ambiante et d’isolement con­stant.” En effet, d’après une étude menée par San­té Publique France, la san­té men­tale des Français.es s’est dégradée avec une hausse des états dépres­sifs pour l’ensemble de la pop­u­la­tion, et par­ti­c­ulière­ment chez les jeunes et les étu­di­ants (18–24 ans et les 25–34 ans).

 

À lire également
Des orga de free-party ont préféré brûler leur soundsystem que le céder à la police

 

Ils con­clu­ent avec un mes­sage d’e­spoir : “Mais ces fêtes sont un vecteur d’espoir et de cohé­sion sociale pour des cen­taines de mil­liers de jeunes, de toutes class­es et de toutes orig­ines. Elles sont ce qu’elles sont, mais elles sont surtout le reflet de toute une par­tie de notre société que nos gouvernant·e·s ne pour­ront éter­nelle­ment con­tin­uer d’ignorer. Ain­si, en ces temps si trou­bles, nous sommes fièr·e·s d’avoir pu redonner le sourire à quelques mil­liers de per­son­nes, ne serait-ce que l’instant d’un «raveil­lon» de nou­v­el an !

La tri­bune inté­grale est à lire sur Libéra­tion ici.

(Vis­ité 4 868 fois)