Ken Ishii / © D.R

Tsugi Podcast 611 : Ken Ishii, vétéran de la techno au Japon

Véri­ta­ble ambas­sadeur de la tech­no au Japon, Ken Ishii mar­que la scène élec­tron­ique depuis 28 ans de son empreinte som­bre, futur­iste et incroy­able­ment riche. Il revient avec un EP Bion­ic Jel­ly­fish, sor­ti le 21 décem­bre sur Elec­trop­i­cal Records. On en a prof­ité pour pren­dre des nou­velles et dégot­er un pod­cast exclusif. Ça par­le tech­no, nou­velle scène et méduse bionique.

La tech­no au Japon se porte très bien. Et on peut défini­tive­ment compter Ken Ishii comme l’un de ses prin­ci­paux insti­ga­teurs, con­tribu­teurs et bien­fai­teurs. Le vétéran peut se tar­guer d’avoir au comp­teur 28 années d’une car­rière riche, éclec­tique et tou­jours en avance sur son temps. Com­pos­i­teur de musique de film, de jeu-vidéo et de la céré­monie d’ou­ver­ture des jeux olympiques d’hiv­er de Nagano en 1998 (oui oui), Ken Ishii ne s’est jamais éloigné de son pre­mier amour, celui qu’il porte au genre élec­tron­ique né à Detroit dans les années 80, et en qui il puis­era une inspi­ra­tion sans fin. Son dernier EP Bion­ic Jel­ly­fish prou­ve encore une fois qu’il est maître dans le maniement d’une tech­no mil­limétrée, inci­sive et futuriste.

C’est exacte­ment ce que l’on retrou­ve dans le mix qu’il nous offre aujour­d’hui, avec quelques orig­i­nal­ités : de la musique con­crète, des rebondisse­ments et un mix pen­sé pour vous, pour l’é­coute (et le hoche­ment de tête), au casque ou avec un gros sub. Et pourquoi pas armé d’une bière, du pro­duc­teur lui-même ? Bah oui, Ken Ishii pro­duit même sa pro­pre bière depuis deux ans. Pro­duc­teur dans l’âme on vous a dit.

Parle-nous de ton mix : quelles étaient tes inten­tions ici ?

Ce mix vient avec un peu plus de rebondisse­ments et de sophis­ti­ca­tion que mes DJ sets habituels. Lorsque je joue devant une foule, cela peut être plus direct, pour faire danser les gens. Avec cette sit­u­a­tion stres­sante depuis l’an­née dernière, j’ai con­coc­té un mix pour le plaisir de l’é­coute. Ce mix est rem­pli de tech­no accom­pa­g­né d’idée nou­velle et d’ex­péri­men­ta­tions, ce que j’af­fec­tionne par­ti­c­ulière­ment dans l’essence même de ce style.

Qui sont les artistes dans ce mix ? Qui sont-ielles pour toi ?

Je suis très heureux d’in­clure la musique con­crète de Dub Tay­lor comme intro. Ce disque date de 1972 et je ne compte plus les fois où je l’ai joué dans mes sets. Ce disque est très spé­cial pour moi. Sinon Vini­cius Hon­o­rio est l’un de mes artistes tech­no préféré en ce moment. Il a un style qui se dis­tingue de n’im­porte qui et j’adore toutes ces dernières sor­ties. Je vois une pro­fonde influ­ence de la tech­no de Detroit dans la musique de Jani Ho et il l’élève grâce à son style pro­pre. Son dernier album Jika Jika est très intéres­sant. Go Hyia­ma est un vétéran tech­no du japon qui se con­cen­tre plus récem­ment sur la musique expéri­men­tal et les instal­la­tions artis­tiques. La track que j’ai choisie de lui, bien coupée, est une de ses rare pro­duc­tion tech­no après tout ce temps.

Peux-tu nous par­ler de ton EP Bion­ic Jel­ly­fish ? Quels rap­ports entretiens-tu avec Drunk­en Kong, Luca Mor­ris & Mozzy Rekorder ?

Le titre de cet EP et de son morceau éponyme m’est venu après avoir lu cette actu­al­ité. C’est une his­toire vraie, assez unique et je trou­vais que la sou­p­lesse du son dans ce morceau col­lait bien avec l’im­age et l’his­toire de la méduse. Drunk­er Kong — je les con­nais depuis plus de dix ans, ils étaient jeunes et je suis très heureux de con­stater leur suc­cès inter­na­tion­al ces dernières années. Excel­lents pro­duc­teurs et gros buveurs ! rires On traîne sou­vent ensem­ble pour boire et manger à Tokyo. Je n’ai jamais ren­con­tré Luca Mor­ris & Muzzy Reko­rder en per­son­ne mais je suiv­ais leur tra­vail, de grande qual­ité, et c’est une bonne con­nex­ion avec le label Elec­trop­i­cal. Je suis très heureux de les avoir sur cet EP.

Où te vois-tu sur l’hori­zon élec­tron­ique après 28 ans de carrière ?

Je ne saurai pas vrai­ment me plac­er… Je fais par­tie de cette scène depuis 28 ans et cer­taines per­son­nes me caté­gorisent seule­ment dans la tech­no japon­aise, ou cer­tains comme un héri­ti­er de la tech­no de Detroit. Par­fois je suis caté­gorisé en tant que pro­duc­teur de musique de film ou de jeu-vidéo aus­si. Je dis oui à tout, mais j’ai tou­jours voulu représen­ter un tout — je peux être un peu partout autant que nulle part pour rester différent.

Quelle est la suite pour toi ?

Pre­mière­ment, une con­tri­bu­tion via un track à la com­pi­la­tion d’un label philip­pin Deep­som­nia qui sor­ti­ra ce mois-ci. Puis quelques EP sur dif­férents labels. Je vais bien­tôt com­mencer la com­po­si­tion d’une bande orig­i­nale pour un film. Il est pos­si­ble que ce soit un dessin ani­mé de science-fiction. Je serai aus­si investi dans la créa­tion d’ap­pli­ca­tion de réal­ité virtuelle en tant que pro­duc­teur de musique et créa­teur. Et puis, j’aimerai bien repar­tir en tournée mais ce n’est apparem­ment pas près d’arriver…

Tracklist

01. Dub Tay­lor — Lumière (For Syn­the­sized and Con­crete Sound, Part. 2) [Sub Rosa]
02. Jani Ho — Bill’s Back­yard [Finn Audio]
03. Ken Ishii — Bion­ic Jel­ly­fish [Elec­trop­i­cal]
04. Ken Ishii — Ver­ti­cal Speed [70 Drums]
05. Nag — Ambigu­ous World [Scott Tiger]
06. Ken Ishii — Skew Lines [U/M/A/A]
07. Vini­cius Hon­o­rio — Le Boi [ARTS]
08. Vini­cius Hon­o­rio — Rock Da House [Plan­et Rhythm]
09. Jani Ho — Frozen Earth [Finn Audio]
10. DJ Rush & Eric Sneo — Body Con­trol (Trun­cate Remix) [Tron­ic]
11. Go Hiya­ma — Huis­Tu­inEnKeuken [Hue­He­lix]
12. Eddie Hale — Impuls­es [Odd Even]
13. JGar­rett — The Impos­er [RF]
14. Ken Ishii — Bion­ic Jel­ly­fish (Drunk­en Kong Remix) [Elec­trop­i­cal]
15. Teva­tron — The Walles [Metrohm]

(Vis­ité 1 271 fois)