Remedy State : la première retraite de remise en forme dédiée au DJs

Voy­ages inces­sants, soli­tude, addic­tions, manque de som­meil, stress… Der­rière l’im­age du DJ-star invité dans tous les plus grands clubs du monde se cache une réal­ité un poil moins rose. Paul Kalk­bren­ner l’évo­quait avec humour (noir) dans le film Berlin Call­ing, où un cer­tain DJ Ickarus finis­sait à l’hôpi­tal psy­chi­a­trique à cause de son mode de vie un peu trop rock­’n’roll. Mais le sujet est pour­tant très sérieux : en 2016, une étude anglaise, com­mandée par l’as­so­ci­a­tion Help Musi­cians UK, indi­quait que les musi­ciens avaient en moyen trois fois plus de risque de souf­frir de dépres­sion et d’anx­iété que le reste de la pop­u­la­tion. La même année, Avicii annonçait arrêter les con­certs pour pou­voir se con­cen­tr­er sur sa san­té physique et men­tale. Et quelques mois plus tard sor­tait le doc­u­men­taire Why We DJ — Slaves To The Rhythm, une intéres­sante plongée dans les couliss­es de cer­tains des plus pop­u­laires DJs de la planète. Seth Trox­ler, Lau­rent Gar­nier, Carl Cox, Pete Tong, Luciano ou Erick Moril­lo y évo­quaient la pas­sion pour leur méti­er bien sûr, mais aus­si ses incon­vénients, entre stress, pertes de repères et soli­tude :

La con­ver­sa­tion était lancée. Dernière avancée en date ? Rem­e­dy State, une retraite organ­isée par Ben Turn­er, 27 ans de car­rière dans la musique, ancien jour­nal­iste, aujour­d’hui man­ageur de Richie Hawtin et co-fondateur de l’Inter­na­tion­al Music Sum­mit (IMS). A des­ti­na­tion des DJs et autres acteurs de la nuit, elle aura lieu juste avant l’IMS, le grand raout des pro­fes­sion­nels de la musique élec­tron­ique se ten­ant chaque mois de mai à Ibiza. Pen­dant trois jours, les par­tic­i­pants pour­ront prof­iter de con­seils de nutri­tion­nistes et de psy­chi­a­tres, assis­ter à des cours de médi­ta­tion et de yoga, ou encore prof­iter de soins ayurvédiques, tan­dis que de nom­breuses con­férences de l’IMS se con­cen­treront sur les prob­lèmes physiques ou psy­chologiques liés aux métiers de la musique. De quoi, peut-être, finir de bris­er un tabou.

(Vis­ité 399 fois)