Skip to main content
Festival Marsatac ©FRAMEPICTURES
11 août 2021

Safer, le dispositif contre les violences sexuelles et sexistes en milieu festif

par Marie Solvignon

Un nouveau dispositif visant à réduire les violences sexuelles et sexistes en festivals va bientôt voir le jour. Safer, projet pensé par l’association Orane, qui organise le festival Marsatac, sera disponible sous différentes formes : application mobile d’alertes avec géolocalisation, stand avec une professionnelle à l’écoute, parcours en ligne et site internet. Safer fera évidemment sa première apparition au festival Marsatac les 20, 21 et 22 août à Marseille puis parcourra la France à travers d’autres évènements. Marc Brielles, en charge du développement de Safer nous raconte la genèse de ce beau projet.

 

Safer, c’est quoi ?

Safer est un dispositif qui vise à réduire les violences sexuelles et sexistes en milieu festif. Il sera déployé pour la première fois à l’occasion du festival Marsatac qui se tiendra au Parc Borély à Marseille les 20, 21 et 22 août prochains. Il s’articule autour d’une application d’alertes avec géolocalisation temporaire pour les festivalières et festivaliers, une équipe de bénévoles sensibilisé·e·s par un parcours en ligne, un site internet et un stand sur place avec une professionnelle formée à l’accueil et l’écoute. Si une personne est victime ou témoin de harcèlement sexiste ou de violences sexuelles durant le festival, elle se signale sur l’application. Une équipe de bénévoles intervient le plus rapidement possible afin de désamorcer la situation et d’ouvrir le dialogue. L’objectif est de rendre la fête plus sûre et de sensibiliser l’ensemble du public.

 

Comment vous est venue l’idée de créer ce dispositif ?

La lutte contre les violences sexuelles et sexistes était déjà une préoccupation de l’association Orane, qui organise le festival Marsatac et l’a intégrée dans sa politique de réduction des risques. En 2020, avec l’annulation du festival à cause du Covid-19, nous avons eu le temps de réfléchir à un moyen de réduire ces violences. L’étude Consentis de 2018 indiquant que 50% des femmes interrogées ont déjà été victimes de violences sexuelles ou se sont senties en insécurité dans un lieu festif, nous a poussé à agir. L’idée d’une application d’alerte et de la mise à disposition d’un outil disponible pour un grand nombre de personnes est née. Nous nous sommes associés à des acteur·rice·s engagé·e·s sur le sujet le CIDFF, Consentis et Act Right.

 

Vous allez débuter l’expérience au festival marseillais Marsatac, quels premiers résultats et retours espérez-vous obtenir ?

Nous avons hâte de voir comment le public va s’emparer de cet outil. Savoir comment les festivalières et les festivaliers vivent l’événement, s’ils se sentent plus « safe ». Mais aussi comment nos bénévoles prennent en charge les alertes, leur retour par rapport à notre MOOC (Massiv Open Online Courses, un cours en ligne de sensibilisation qui durant une heure trente). Prendre la mesure des comportements oppressifs. Allons-nous découvrir la partie immergée de l’iceberg ? Nous n’avons pas d’objectifs chiffrés, car il n’y a pas de précédent avec une application et s’il y a peu d’alertes, c’est peut-être que la mise en place du dispositif suffit à prévenir les violences en amont. Safer participe à « armer » une génération contre ces violences. Il se donne pour mission la promotion de la culture du consentement en donnant des clés de compréhension à chacun·e pendant le festival et même après au quotidien.

 

Quels sont les projets avec Safer ?

Nous souhaitons éprouver le projet sur différentes typologies de lieux et de publics. Nous allons travailler dès l’automne avec le MaMA à Paris, Nördik Impakt à Caen ou encore Bars en Trans à Rennes. Nous souhaitons pouvoir apporter les améliorations nécessaires pour mettre à la disposition de toutes les structures qui en feront la demande en 2022, un outil abouti et performant. Nous sommes toujours à la recherche de financements, c’est un beau projet qui implique des moyens techniques et humains nous remercions d’ailleurs nos partenaires d’avoir cru en nous.

Visited 53 times, 1 visit(s) today