Festival Marsatac ©FRAMEPICTURES

Safer, le dispositif contre les violences sexuelles et sexistes en milieu festif

Un nou­veau dis­posi­tif visant à réduire les vio­lences sex­uelles et sex­istes en fes­ti­vals va bien­tôt voir le jour. Safer, pro­jet pen­sé par l’association Orane, qui organ­ise le fes­ti­val Marsa­t­ac, sera disponible sous dif­férentes formes : appli­ca­tion mobile d’alertes avec géolo­cal­i­sa­tion, stand avec une pro­fes­sion­nelle à l’é­coute, par­cours en ligne et site inter­net. Safer fera évidem­ment sa pre­mière appari­tion au fes­ti­val Marsa­t­ac les 20, 21 et 22 août à Mar­seille puis par­cour­ra la France à tra­vers d’autres évène­ments. Marc Brielles, en charge du développe­ment de Safer nous racon­te la genèse de ce beau projet.

 

Safer, c’est quoi ?

Safer est un dis­posi­tif qui vise à réduire les vio­lences sex­uelles et sex­istes en milieu fes­tif. Il sera déployé pour la pre­mière fois à l’occasion du fes­ti­val Marsa­t­ac qui se tien­dra au Parc Boré­ly à Mar­seille les 20, 21 et 22 août prochains. Il s’articule autour d’une appli­ca­tion d’alertes avec géolo­cal­i­sa­tion tem­po­raire pour les fes­ti­val­ières et fes­ti­va­liers, une équipe de bénév­oles sensibilisé·e·s par un par­cours en ligne, un site inter­net et un stand sur place avec une pro­fes­sion­nelle for­mée à l’accueil et l’écoute. Si une per­son­ne est vic­time ou témoin de har­cèle­ment sex­iste ou de vio­lences sex­uelles durant le fes­ti­val, elle se sig­nale sur l’application. Une équipe de bénév­oles inter­vient le plus rapi­de­ment pos­si­ble afin de désamorcer la sit­u­a­tion et d’ouvrir le dia­logue. L’objectif est de ren­dre la fête plus sûre et de sen­si­bilis­er l’ensemble du public.

 

Com­ment vous est venue l’idée de créer ce dispositif ?

La lutte con­tre les vio­lences sex­uelles et sex­istes était déjà une préoc­cu­pa­tion de l’association Orane, qui organ­ise le fes­ti­val Marsa­t­ac et l’a inté­grée dans sa poli­tique de réduc­tion des risques. En 2020, avec l’annulation du fes­ti­val à cause du Covid-19, nous avons eu le temps de réfléchir à un moyen de réduire ces vio­lences. L’étude Con­sen­tis de 2018 indi­quant que 50% des femmes inter­rogées ont déjà été vic­times de vio­lences sex­uelles ou se sont sen­ties en insécu­rité dans un lieu fes­tif, nous a poussé à agir. L’idée d’une appli­ca­tion d’alerte et de la mise à dis­po­si­tion d’un out­il disponible pour un grand nom­bre de per­son­nes est née. Nous nous sommes asso­ciés à des acteur·rice·s engagé·e·s sur le sujet le CIDFF, Con­sen­tis et Act Right.

 

Vous allez débuter l’expérience au fes­ti­val mar­seil­lais Marsa­t­ac, quels pre­miers résul­tats et retours espérez-vous obtenir ?

Nous avons hâte de voir com­ment le pub­lic va s’emparer de cet out­il. Savoir com­ment les fes­ti­val­ières et les fes­ti­va­liers vivent l’événement, s’ils se sen­tent plus « safe ». Mais aus­si com­ment nos bénév­oles pren­nent en charge les alertes, leur retour par rap­port à notre MOOC (Mas­siv Open Online Cours­es, un cours en ligne de sen­si­bil­i­sa­tion qui durant une heure trente). Pren­dre la mesure des com­porte­ments oppres­sifs. Allons-nous décou­vrir la par­tie immergée de l’iceberg ? Nous n’avons pas d’objectifs chiffrés, car il n’y a pas de précé­dent avec une appli­ca­tion et s’il y a peu d’alertes, c’est peut-être que la mise en place du dis­posi­tif suf­fit à prévenir les vio­lences en amont. Safer par­ticipe à « armer » une généra­tion con­tre ces vio­lences. Il se donne pour mis­sion la pro­mo­tion de la cul­ture du con­sen­te­ment en don­nant des clés de com­préhen­sion à chacun·e pen­dant le fes­ti­val et même après au quotidien.

 

Quels sont les pro­jets avec Safer ?

Nous souhaitons éprou­ver le pro­jet sur dif­férentes typolo­gies de lieux et de publics. Nous allons tra­vailler dès l’automne avec le MaMA à Paris, Nördik Impakt à Caen ou encore Bars en Trans à Rennes. Nous souhaitons pou­voir apporter les amélio­ra­tions néces­saires pour met­tre à la dis­po­si­tion de toutes les struc­tures qui en fer­ont la demande en 2022, un out­il abouti et per­for­mant. Nous sommes tou­jours à la recherche de finance­ments, c’est un beau pro­jet qui implique des moyens tech­niques et humains nous remer­cions d’ailleurs nos parte­naires d’avoir cru en nous.

(Vis­ité 704 fois)