Scandale au Wanderlust : le club proposait des shots gratuits aux clientes montrant leur poitrine

Tits = shots” soit “Mon­tre moi tes seins con­tre un shot offert”. Depuis la révéla­tion d’une pho­to sur Twit­ter, le Wan­der­lust s’est attiré les foudres des médias et inter­nautes. En plus du slo­gan, l’im­age mon­tre aus­si des Polaroïds de jeunes femmes exhibant leur seins, tel un tableau de chasse.

Seule­ment quelques heures après la pub­li­ca­tion d’Anne GE, la direc­tion du Wan­der­lust, croulant sous le tir nour­ri de com­men­taires fémin­istes, s’est empressée de répon­dre qu’elle “n’é­tait pas au courant de ce tableau”, promet­tant alors des sanc­tions à l’en­con­tre des per­son­nes responsables.

Out­re la ques­tion de droit à l’im­age provo­quée par ce scan­dale, le débat fait rage en com­men­taire de la pho­to du tableau. “Que diriez-vous de laiss­er les gens tran­quilles au lieu d’en faire des vic­times imag­i­naires? Vous con­fondez fémin­isme et intolérance” peut-on lire entre les répons­es machistes (écrites en très grande majorité par des hommes) com­para­nt la sit­u­a­tion du Wan­der­lust à l’ex­hi­bi­tion de la poitrine des Femens et des cam­pagnes con­tre le can­cer du sein. A la suite de cette affaire, Anne GE a partagé de nou­velles pho­tos d’autres étab­lisse­ments pro­posant le même deal, comme le Café Oz des Grands Boule­vards ou encore le Saint des Saints à Toulouse.

Ce n’est pas la pre­mière fois qu’un club de la Cité de la Mode et du Design fait l’ob­jet d’ac­cu­sa­tions et déchaîne la colère sur les réseaux soci­aux. Déjà en sep­tem­bre 2016, le ser­vice de sécu­rité du club rooftop le Nuba (rebap­tisé “Com­mu­nion” depuis peu) était accusé d’ho­mo­pho­bie, de trans­pho­bie et de racisme (à relire ici).

(Vis­ité 6 797 fois)