Selling, la rencontre electronica de Jas Shaw (Simian Mobile Disco) et de Gold Panda

Enfin laiss­er l’in­stinct repren­dre le dessus. S’ils se sont ren­con­trés il y a déjà dix ans, les Bri­tan­niques Der­win Dick­er ‑aka Gold Pan­da- et Jas Shaw ‑du duo Simi­an Mobile Dis­co- ont atten­du longtemps avant de dévoil­er leur side-project Sell­ing. Ensem­ble, ils vien­nent de pub­li­er On Reflec­tion, un pre­mier album fringant entre elec­tron­i­ca et house, où la spon­tanéité est le maître-mot.

L’an­nonce de ce pro­jet com­mun a été accueil­lie comme une sur­prise. Pour­tant, Jas Shaw a déjà mixé deux albums de Gold Pan­da, notam­ment son pre­mier long-format Luck Shin­er. Depuis, ils jouent ensem­ble d’abord chez eux en Angleterre puis aux Etats-Unis, au Japon… Ils par­lent sou­vent de tra­vailler ensem­ble avant de franchir le pas. “Au début, Sell­ing c’é­tait juste pour le fun, une bonne excuse pour inviter Der­win à boire le thé, explique Jas. Et j’aime l’idée que le plaisir qu’on a pris ensem­ble s’entend sur l’album”. Fort de sa col­lab­o­ra­tion avec James Ford sur SMD, il retrou­ve ici un nou­v­el élan créatif avec Der­win qui expéri­mente pour la pre­mière fois le tra­vail de groupe. Ils aban­don­nent les MPC typ­iques de Gold Pan­da et les syn­thés mod­u­laires de Simi­an Mobile Dis­co pour com­pos­er avec un séquenceur Cirk­lon. Cela donne une lib­erté totale au duo, qui accouche de neuf titres portés par l’in­stinct et l’im­mé­di­at. En témoigne “Keep­ing Txme”, pre­mier extrait dévoilé. 

C’était le le 15 ou 16ème morceau qu’on a fait ensem­ble, mais le pre­mier qu’on a ter­miné rapi­de­ment et naturelle­ment, recon­naît Der­win. Après on s’est dit : c’est cool, il faut en faire plus.” Et le reste du disque s’in­scrit dans la même ambiance rêveuse, col­orée par une armée de syn­thé­tiseurs cheap au son 90’s ‑de ceux qui s’achè­tent pour 30 livres sur Ebay et qui don­nent à l’ensem­ble un grain charmant- qui nous rap­pel­lent çà et là l’al­bum de Rone Mirapo­lis. Loin des sélec­tions laborieuses de notes et de sons, Sell­ing a su s’ou­bli­er et laiss­er libre cours à ses pul­sions pour com­pos­er On Reflec­tion.

(Vis­ité 331 fois)