© Capture d'écran de l'interview fleuve par Brut

Selon Emmanuel Macron, rouvrir les clubs rapidement “serait de la folie”

Lors de l’échange dif­fusé par le média Brut entre Emmanuel Macron et des jeunes sur Snapchat same­di 5 décem­bre, le prési­dent a exclu une réou­ver­ture rapi­de des clubs.

Tant que le virus cir­cule de manière un peu intense, ce serait de la folie de faire ça”, a répon­du Emmanuel Macron quand un jeune homme l’a inter­rogé à pro­pos de la réou­ver­ture des clubs : “Quand le gou­verne­ment compte se préoc­cu­per du monde de la nuit qui est en train de tomber en ruine ? Et quand on va pou­voir ressor­tir ? Car on est lit­térale­ment en train de louper notre jeunesse, mais bon, per­son­ne n’en l’air de s’en préoc­cu­per…

On est lit­térale­ment en train de louper notre jeunesse, mais bon, per­son­ne n’en l’air de s’en préoccuper…”

On le fera au plus vite, mais tant que le virus cir­cule de manière un peu intense, ce serait de la folie de faire ça. Je vous le dis très sincère­ment. Cela va dur­er, je ne vais pas vous men­tir, encore quelques semaines voire quelques mois”, a déclaré le prési­dent, sans don­ner davan­tage de pré­ci­sions. S’il a mon­tré un sem­blant de sou­tien aux jeunes en mal de clubs, il n’a cepen­dant pas évo­qué le marasme économique du monde de la nuit : “Je sais le sac­ri­fice qu’on vous demande et à quel point c’est dur; sim­ple­ment, main­tenant ce qu’on sait de ce virus, c’est qu’il se dif­fuse quand on est dans des lieux fer­més, proches les uns des autres, et qu’on chante, on par­le fort, on mange… La boîte de nuit, quand on a dit tout ça, c’est pas le meilleur endroit.”

 

Dans une ambiance plus légère, un autre jeune homme a quant à lui posé une ques­tion sur la poten­tielle car­rière musi­cale du prési­dent : “J’aimerais savoir si vous êtes par­tant pour faire un album de rap, faire des feats avec Don­ald Trump, Angela Merkel… même avec les min­istres ?” Ce à quoi le prési­dent a répon­du : “À mon avis ça va don­ner un résul­tat bizarre, donc réfléchissez bien avant de pro­duire ce truc. Tant que je suis prési­dent, à mon avis, c’est pas le meilleur truc que j’ai à faire, après… moi je suis ouvert”.

Ce échange de questions-réponses a enreg­istré “un record d’audience his­torique sur Snapchat”, selon Brut. Avec l’in­ter­view fleuve du prési­dent réal­isé par trois jour­nal­istes et lui aus­si dif­fusé par Brut, ces entre­tiens auraient été vus “par plus de 50 % des 15/34 ans en France”.

 

Ni clubs, ni concerts debout

La semaine dernière, la min­istre de la Cul­ture Rose­lyne Bach­e­lot répondait à Kon­bi­ni à pro­pos de la reprise des con­certs debout : “Le spec­ta­cle debout a une car­ac­téris­tique, c’est, qu’on le veuille ou non, que les spec­ta­teurs s’agglutinent au pied de la scène où se pro­duisent les artistes. À ce stage, j’ai du mal à imag­in­er qu’on puisse autoris­er des spec­ta­cles debout tant qu’on n’aura pas trou­vé un vac­cin et qu’il ne sera pas large­ment dif­fusé dans le pub­lic”.

 

Roselyne Bachelot : “J’ai du mal à imaginer la reprise des spectacles debout sans vaccin”

 

Sa réponse, sim­i­laire à celle d’Em­manuel Macron sur les clubs, laisse enten­dre qu’il fau­dra encore s’armer de patience, bien que la pre­mière cam­pagne de vac­ci­na­tion pour­rait com­mencer le 4 jan­vi­er, mais d’abord seule­ment dans les Ehpad, selon une infor­ma­tion du Jour­nal du Dimanche. Il pour­rait donc y avoir plus d’am­biance dans les Ehpad que dans n’im­porte quel club et salle de spec­ta­cle en France.

(Vis­ité 738 fois)