Selon une enquête, SoundCloud n’aura plus de quoi se financer dans 50 jours

Selon une enquête de TechCrunch, un média améri­cain spé­cial­isé dans l’ac­tu­al­ité des star­tups numériques, Sound­Cloud est dans une sit­u­a­tion très insta­ble. Ce con­stat arrive une semaine seule­ment après que la plate­forme de dif­fu­sion audio en ligne a mis un terme aux con­trats de 40% de son per­son­nel à tra­vers le monde, soit 173 per­son­nes. Selon une source interne proche de TechCrunch, les fon­da­teurs Eric Wahlforss et Alex Ljung auraient admis que les licen­ciements ont seule­ment per­mis de sauver l’en­tre­prise jusqu’au qua­trième trimestre, soit pour une cinquan­taine de jours.

Un autre élé­ment dépeint une ambiance très pesante dans les bureaux de Sound­Cloud. La réu­nion du per­son­nelle du 11 juil­let a été décrite comme une “mas­ca­rade” par une autre source : “Je ne crois pas que les gens vont rester. Les bonnes per­son­nes vont par­tir. Eric [Wahlforss] a évo­qué la “famille” Sound­Cloud et il y a eu des rires. Tu as juste viré 173 per­son­nes de la famille, com­ment oses-tu par­ler de famille ?”. Voj­ta Stavik, une per­son­ne cen­sée com­mencer son job le 17 juil­let à Sound­Cloud, explique à TechCrunch qu’elle a été prév­enue dix jours avant que son con­trat ne débute, soit le 7 juil­let. Voj­ta envis­age doré­na­vant de porter plainte con­tre l’en­tre­prise, en rai­son du préavis d’un mois en cas de cas­sure du con­trat qui n’a pas été respec­té.

TechCrunch a con­tac­té Sound­Cloud qui a ren­voyé le media à la déc­la­ra­tion offi­cielle d’Alex Ljung datée du 6 juil­let. Il y annonçait les 173 licen­ciements, assur­ant que ceux-ci per­me­t­traient à l’en­tre­prise de retrou­ver le chemin de la rentabil­ité et le con­trôle de son avenir en toute indépen­dance.

U nou­v­el épisode dans le dif­fi­cile chemin de Sound­Cloud pour attein­dre un mod­èle économique sta­ble. Selon divers­es rumeurs, de nom­breuses entre­pris­es telles que Twit­ter et Spo­ti­fy ont ten­té de se posi­tion­ner en tant que poten­tiels repre­neurs par le passé.

(Vis­ité 3 882 fois)