Serge, le magazine sur la chanson française fait son grand retour… à la radio

En 2010, le pre­mier numéro de Serge Mag­a­zine paraît en kiosque. En 2020, et après huit ans d’absence, Serge renaît sous une nou­velle forme. Didi­er Var­rod, Patrice Bar­dot et Antoine Dabrows­ki ressus­ci­tent le mag­a­zine, qui devient l’émission de radio Serge l’émis­sion sur Tsu­gi Radio.

Directeur de Tsu­gi Radio, Antoine Dabrows­ki a « tou­jours cher­ché un moyen de traiter la chan­son française ». Après des dis­cus­sions avec l’an­ci­enne équipe, ils déci­dent, ensem­ble, de faire renaître de ses cen­dres le pro­jet en le mod­ernisant. Portés par le « joli sou­venir » que rap­pelle l’époque du mag­a­zine, les trois jour­nal­istes passent de la plume au micro pour ani­mer l’émission sur Tsu­gi Radio.

La seule exi­gence est qu’il faut que ce soit en français, mais on se met aucune bar­rière de style, ça peut être de la musique élec­tron­ique, du rap, de la folk, etc.”

L’émission est dif­fusée un lun­di par mois. Le retour de Serge s’est opéré le 26 févri­er dernier, avec comme invité la chanteuse Marie-Flore. Un retour qui a été salué : « On a été agréable­ment sur­pris de l’accueil bien­veil­lant des artistes, des gens du méti­er, les audi­teurs et anciens lecteurs de Serge », s’en­t­hou­si­asme Antoine Dabrows­ki. Pour le deux­ième épisode, les trois ont « tous craqué  sur Yseult ». Antoine Dabrows­ki ne tar­it pas d’éloge envers la chanteuse qui représente la « quin­tes­sence de ce que doit être la chan­son française ».

Pour la suite de Serge l’émission, Antoine Dabrows­ki espère inviter des artistes comme Vin­cent Del­erm ou « peut-être même Sheila, qu’on serait ravi d’accueillir sur Tsu­gi Radio ». Les trois col­lègues ne  s’interdisent rien, « tou­jours dans cette idée de con­vivi­al­ité et de partage ». À la dif­férence des radios général­istes, Serge l’émission offre une totale lib­erté « que ce soit dans la pro­gram­ma­tion, ce qu’on racon­te et les artistes qu’on reçoit ». « C’est chou­ette de se sen­tir très libre, de fonc­tion­ner vrai­ment qu’aux coups de cœur », sourit-il. Le principe de l’émission, à l’instar du mag­a­zine, est de traiter un large spec­tre, « la seule exi­gence est qu’il faut que ce soit en français, mais on se met aucune bar­rière de style, ça peut être de la musique élec­tron­ique, du rap, de la folk, etc. », con­firme Antoine.

La volon­té est de défendre l’émergence. Mais l’émer­gence prend aus­si son sens lorsqu’on le com­pare à ce qui s’est fait avant, cela per­met de don­ner du con­texte et de l’épaisseur aux nou­veaux artistes.”

Serge est une émis­sion dont « la volon­té est de défendre l’émergence. Mais l’émer­gence prend aus­si son sens lorsqu’on le com­pare à ce qui s’est fait avant, cela per­met de don­ner du con­texte et de l’épaisseur aux nou­veaux artistes ». Rai­son pour laque­lle l’émission tisse égale­ment des liens avec les grandes œuvres de la var­iété française, dans les années 70, 80. « Cer­tains DJ remix­ent Sheila, Véronique San­son : il y a un regain d’intérêt pour le passé alors qu’il y a quelques années, cette scène était assez mal vue », con­firme le directeur de Tsu­gi Radio.

Abonnez-vous au podcast Serge sur votre plateforme préférée

Cliquez pour voir le Face­book Live

(Vis­ité 484 fois)