SHXCXCHCXSH — SsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSs

Extrait du numéro 93 de Tsu­gi (juin 2016)

En quelques années la ten­dance s’est con­fir­mée: l’indus a bel et bien con­t­a­m­iné toutes les strates de la tech­no. Au point qu’on ne compte plus désor­mais les pro­duc­teurs qui pensent que pos­er un sim­ple drone sur un kick fera d’eux la descen­dance club­bing de Throb­bing Gris­tle. Pen­dant ce temps, les artistes jadis les plus aven­tureux se répè­tent un peu : mono­chromes étalés, tun­nels désolés, sat­u­ra­tions et jeux de tex­tures ont été artic­ulés dans toutes les com­bi­naisons pos­si­bles, mais l’étincelle se fait rare. Un des élé­ments les plus mor­dants de cette mou­vance, SHXCXCHCXSH s’en tire encore bien sur ce troisième album grouil­lant d’idées tor­dues. L’imprononçable tan­dem sué­dois met sur rails des formes aliènes coulées dans le béton, que l’on suit à longueur de titres vers des hori­zons inquié­tants. Étouf­fe­ment et para­noïa, qui com­posent la palette émo­tion­nelle de référence pour ce style de son, sont ici abor­dés avec une arid­ité et une déri­sion rafraî- chissantes. Par son énergie et sa manière de con­tourn­er les for­mules usées, ce duo rigoureuse­ment anonyme insuf­fle assez d’esprit à cette séance de manu­ten­tion en règle, là où beau­coup de leurs cama­rades nous auraient lassés en chemin. (Thomas Corlin)

SsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSsSs (Avian), sor­ti le 6 juin. 

Les deux Sué­dois présen­teront leur nou­veau live au 6b le same­di 18 juin dans le cadre du Oyé Fes­ti­val. Event Face­book

(Vis­ité 451 fois)