🔊 Shygirl, Prince Waly, Björk : les albums de la semaine

Ce lun­di on a eu dû mal à choisir à la rédac’ sur quel album chroni­quer, entre Prince Waly, Shy­girl, Björk. Alors on s’est dit pourquoi pas ne pas faire les 3 ? 3 styles rad­i­cale­ment dif­férents qui méri­tent tous un petit éloge dans nos colonnes. On vous con­seille d’en­fon­cer vos écou­teurs et de vous laiss­er bercer par les univers de ces artistes qui nous ont ébloui avec leurs nou­veaux projets.

 

Prince Waly — Moussa 

“Aucun men­songe, pas de romance, vérité, vérité.” C’est ain­si que s’ouvre le nou­v­el album de Prince Waly. Dic­té par Arthur Teboul sur fond de bat­te­ments de coeur, cet esthète des mots, fer­mait le dernier album du rappeur, BO YZ . Joli clin d’oeil. On prend les mêmes et on recom­mence. En mieux ? Le chanteur de Feu! Chat­ter­ton revient pour ouvrir ce nou­veau pro­jet qui porte en son nom, un mar­queur d’authenticité : Mous­sa, prénom de Prince Waly. “Le prince est tou­jours par­mi nous et son âme endo­lo­rie à pas mal d’histoires à vous racon­ter.” Comme nous le dévoile “Mer­cy”, l’é­toile mon­tante Prince Waly a dû s’é­clipser de l’industrie du rap pen­dant trois ans pour com­bat­tre un can­cer. Il revient, en mode “Waly­ga­tor” prêt à pren­dre sa revanche. En découle donc un album plus intimiste, dépouil­lé d’ar­ti­fices. Il garde par con­tre son tal­ent pour des pro­duc­tions tra­vail­lées, mélodiques sou­vent enchanter­ess­es. Des invités de choix et fidèles au Prince s’in­vi­tent dans les 14 morceaux : la déli­cieuse voix d’Enchan­tée Julia et de Jazzy Bazz sur “Cra$h”, sur le ryth­mé “Prob­lèmes” Luid­ji et Makala nous livre de mémorables punch­lines sur un thème indé­mod­able du rap : les femmes.

Shygirl — Nymph

Jeune pĂ©pite, mais pas ama­teure : depuis 2016, Shy­girl est Ă  la tĂŞte du label lon­donien NUXXE (se prononce “nioux­ie”) qu’elle a fondĂ© avec la Française Coucou ChloĂ© (une autre Française y est Ă©gale­ment affil­iĂ©e : Oklou). NUXXE a rapi­de­ment su faire sa place dans la scène under­ground grâce Ă  son univers unique, son elec­tron­i­ca inquié­tante et fasci­nante qui emprunte au trip-hop, au gab­ber, Ă  la pop, Ă  la trap et d’autres encore, avec en plus des rĂ©fĂ©rences aux jeux vidĂ©o. Shy­girl autant adulĂ©e par Rihan­na que par Arca, sort son pre­mier album, le tant atten­du Nymph. Pre­mière chose qui nous saute aux yeux : sa facil­itĂ© Ă  par­ler de sexe. C’est rare, surtout pour une femme. Ensuite, avec sa fusion de pop des annĂ©es 2000, d’élec­tro dis­tor­due, drum’n’bass et hip-hop, elle n’oublie jamais d’affirmer sa sen­si­bil­itĂ©. La sirène sera le 10 dĂ©cem­bre au Tri­anon de Paris. 

À LIRE AUSSI : Artiste Tsugi à suivre : Shygirl, étrange et fascinante nouvelle étoile de l’expérimentale
Björk — Fossora 

5 ans après son dernier album Utopia, Björk est de retour avec Fos­so­ra. Un nom assez Ă©nig­ma­tique qui provient latin “fos­sor” qui sig­ni­fie “per­son­ne qui fouille, creuse, cherche, dans la terre”. “C’est mon album champignon. C’est comme si je creu­sais un trou dans le sol. Cette fois-ci, je vis avec des tau­pes et je ne fais vrai­ment qu’un avec la terre”, avait expliquĂ© la musi­ci­enne de 56 ans au Guardian en aoĂ»t. Un album com­posĂ© en plein con­fine­ment, dans le cha­grin de la perte de sa mère, l’ac­tiviste envi­ron­nemen­tale Hildur RĂşna Hauks­dĂłt­tir. Un album hom­mage donc, qui se con­cen­tre sur les liens qua­si divins qu’en­tre­tient Björk avec la nature. Pour incar­n­er ses morceaux, elle a fait appel Ă  une chorale islandaise, qui donne des allures mys­tiques Ă  cet album. Les enfants de Björk sont au rendez-vous avec son fils Sin­dri dans “Ances­tress”, et sa fille ĂŤsadĂłra sur le morceau “Her Mother’s House”.

À LIRE AUSSI : 🎥 Björk dans une rave sous-marine sous champi pour le clip de “Atopos”
(Vis­itĂ© 933 fois)