Skip to main content
15 septembre 2023

Simo Cell, E-talking, Deena Abdelwahed… Les projets de la semaine

par Théo Lilin

Nouvelle livraison projets pour notre traditionnelle sélection de la semaine ! Et il y en a pour tout le monde. Avec l’absurde de Chilly Gonzales, la techno dubstep de Simo Cell, le délire psyché de E-talking…. Mais aussi Juice, Saturnia et Deena Abdelwahed : suivez le guide. 

 

Deena Abdelwahed – Jbal Rrsas

Avec Khonnar, un premier album dense et fascinant de sonorités en fusion, Deena Abdelwahed avait mis les pieds dans le plat du grand mix – si à la mode – entre musiques arabes et électronique. Elle y avait apporté son grain de sel et son esprit contestataire, tout en laissant ses compositions transpirer d’un message politique et social salvateur accompagnant la vitalité de musiques qui, dans leurs pays, résonnaient pour les gouvernements en place comme de dangereux troubles à l’ordre social (si ce n’est moral). Jbal Rrsas, son nouvel album, rend hommage à des genres populaires qui ont bercé l’enfance de Deena, comme le fazzani tunisien, le chaâbi marocain, le dabke libanais ou le récent mahraganat (une forme de trap) que le gouvernement égyptien combat avec détermination. En sept titres ramassés, agencés de sonorités industrielles et de beats assassins, de mélodies tour à tour arides et lyriques, de dialogues entre tradition et modernité, Jbal Rrsas impose sa détermination, laisse exploser sa révolte, insuffle une vitalité plus que nécessaire à des musiques encore trop mésestimées, tout en redonnant aux musiques électroniques leurs racines activistes. La preuve, s’il en était, que le nouveau Sheffield est désormais Tunis.

 

Patrick Thévenin

 

Simo Cell – Cuspide des Sirènes

On prend une grande respiration et on plonge sous l’eau, le temps de douze titres, pour un voyage aquatique surnaturel. Le DJ et producteur nantais crée son propre monde et construit Cuspide des Sirènes comme un nouveau chapitre de sa carrière. On retrouve bien les beats sagement agressifs et inflammables de son mini-album YES.DJ dans « Leave me alone«  et « Blow the conch« . Tout en injectant dans ce nouvel album une bonne dose de mystique, avec les samples de voix de « Surface/sirens«  et les beats organiques de « Rapids« . Simo Cell revient au coeur des influences qui le guident depuis ses débuts, avec un mélange soigné de techno et de dubstep tout au long du projet. Cuspide des sirènes nous emporte au fond de l’océan, et on en redemande volontiers.

 

Juice – Passionnément

Celui qui se décrit sur son compte Instagram comme « rappeur et pilote automobile professionnel » a troqué son costume du GP Explorer 2 – auquel il participait le week-end dernier – pour enfiler un costume jaune et une guitare. Juice dévoile l’ensoleillé Passionnément. La météo a changé depuis son dernier album, Pas de fleurs sans pluie, qui jonglait entre morceaux égotrip, sample de « Hotline Bling«  (« Augmente« ) et des mélo tristes. Finie la grisaille, Juice chante la liberté (« Liberta« ), plane sur des sonorités retro-pop (« Noir merveilleux« ) et enchaine les refrains de loveur sur des rythmes funk (« Le Plan« ). Lui qui nous avait habitué à inviter ses gars sûrs (Mister V, Karmen) dans ses morceaux, signe en solo un album Passionnément dansant, à l’ambiance ultra estivale – qui nous fait presque regretter que le projet ne soit pas sorti plus tôt…

 

Chilly Gonzales – French Kiss

En robe de chambre et pantoufles, Chilly Gonzales produit un slam OVNI, mélange de Philippe Katerine sous ecsta et de piano-voix dormant. L’artiste pousse ses morceaux bieeen au fond de l’absurde, et ne ménage pas les formules loufoques, servies sans craindre l’excès – et l’indigestion. Il s’entoure sur ce projet de quelques têtes extravagantes qu’on n’est pas étonné de retrouver sur le projet, à l’instar d’Arielle Dombasle ou encore Teki Latex. Si l’interlude instrumentale « Cut Dick«  permet de souffler entre deux morceaux, French Kiss séduit par son originalité mais peine à conclure au bout des onze titres.

 

Saturnia – GUM

L’un des visages du projet Tame Impala signe l’euphorisant Saturnia, son sixième album en solo. Pensé comme une bombe musicale rock, pop et folk. On est vite dérouté entre les envolées instrumentales + le solo de guitare de « Muscle Memory«  et la douceur enveloppante des guitares de « Would It Pain You To See? » deux titres plus loin. Les dix tracks nous emmènent dans un rêve imaginé par GUM, tantôt bercé par des choeurs plus que réconfortants (« Fear of Joy« ), tantôt réveillé par des grosses instru efficaces (“In a Glasshouse (With No Light)”). 

 

E-talking – The Cosmic Egg


C’est un double-dose de house psyché que délivre Manu, aka E-talking, dans ce EP de quatre titres, simple et efficace. À coups de samples vocaux délirants sur « Pads & Frogs« , ou de BPM boostés ambiance rave sur « Rise Up« , le Français E-talking issu du duo et collectif Nummer, propose un mix riche et ultra énergique. C’est un OUI.

Visited 31 times, 1 visit(s) today