Skip to main content
© Capture d'écran YouTube
4 juillet 2023

« Spirit 2.0 » : le retour flamboyant de Sampha a ravivĂ© nos espoirs 🔊

par Tsugi

Sorti le 28 juin, le single « Spirit 2.0 » annonce un futur prometteur pour Sampha. L’artiste britannique n’ayant pas sorti de projet personnel depuis 2017, deux questions popent dans notre esprit : qui es-tu Sampha, et qu’est-ce que tu mijotes ? 

« Spirit 2.0 » marque officiellement le retour de Sampha, aprĂšs six longues annĂ©es sans sortie solo. La chanson est progressive, l’instrumental se fait de en plus en plus prĂ©sent et la douce voix de Sampha vient s’y poser, expliquant de ce qui s’est passĂ© pendant ce long break. Dans « You question where I’ve been », « you » pouvant faire rĂ©fĂ©rence Ă  ses auditeurs : Sampha sait qu’on voulait son retour avec impatience. Alors il se justifie sur cette pause : « Automatic self-protection », « Travelling for hĐ”aling » (traduisez « Auto protection automatique », « Voyager pour guĂ©rir »). On a l’impression qu’il parle Ă  une personne en particulier, quelqu’un qui l’aurait sauvĂ© et qui fait attention Ă  lui, qui tient Ă  lui.

Sampha Lahai Sisay (de son vrai nom) nait Ă  Londres et apprend le piano dans sa jeunesse, commence Ă  produire dans son adolescence et Ă©tudie la musique Ă  l’Ewell Castle School : bref, il baigne dans la musique. Il se fait repĂ©rer sur Myspace par le producteur Kwes, qui l’introduit ensuite au label anglais indĂ©pendant Young -anciennement Young Turks. Passant par des featurings avec des noms aussi gros que Drake, Kanye West, Solange ou encore Kendrick Lamar, Sampha s’est implantĂ© dans la sphĂšre musicale mondiale. Son style de musique caractĂ©risĂ© par des influences soul, Ă©lectronique et R&B se retrouve dans des chansons comme « (No One Knows Me) Like the Piano », « Hold On » avec SBTRKT, « Without » ou encore « Reverse Faults ». Ce sont des exemples de son originalitĂ©, de son talent et reprĂ©sentent son Ɠuvre par sa voix pleine d’émotion et une production douce, calme et aĂ©rienne avec des paroles personnelles et touchantes, parlant de relations, de la vie en gĂ©nĂ©ral, de son point de vue. Ce qu’il fait est pur et brut.

Sampha sort son premier EP Sundanza le 21 juin 2010 sur quelques CDs, avant de le publier le 21 janvier 2014 sur Bandcamp, pour ensuite donner les revenus Ă  l’association Youth Cancer Trust -sa mĂšre est elle-mĂȘme touchĂ©e par un cancer. Il explique que le projet est une collection de ses vieilles productions, existant seulement en fichiers MP3 de mauvaise qualitĂ©. Les critiques sont positives, l’EP est dĂ©crit comme intĂ©ressant et agrĂ©able, mĂȘme si la voix semblent manquer, ou en tout cas plus effacĂ©e que dans ses autres projets.

Son second EP Dual sort le 29 juillet 2013 (eh oui, il y a dĂ©jĂ  dix ans). Les critiques restent positives et pour cause : l’EP est intĂ©ressant, on y ressent la patte de Sampha Ă  travers ses productions mais aussi la forte prĂ©sence du piano, qui est une caractĂ©ristique importante de ses chansons. Avant ce projet, il Ă©tait occupĂ© : il participait au premier album de SBTRKT, produit pour Jessie Ware et collaborait sur quelques chansons de l’album Nothing Was The Same de Drake.

Le 3 fĂ©vrier 2017, Sampha sort son premier album Process. L’album est enregistrĂ© dans des studios professionnels, alors qu’il a pour habitude d’enregistrer dans sa chambre. Il est co-produit par Rodaidh McDonald, un producteur Ă©cossais qui a Ă©galement travaillĂ© pour Adele, King Krule, Vampire Weekend ou encore Hot Chip. Sampha s’y livre, y parle de son enfance et de la perte de sa mĂšre en 2015, qui l’a Ă©normĂ©ment affectĂ©. L’album est accueilli positivement et semble toucher les auditeurs. Car Process le reprĂ©sente parfaitement : c’est Sampha, c’est lui en un album. Ce disque est un carnet d’Ă©motions, avec des textes pleins de confidences soutenus par une production forte, puissante. Si on couche tout cela sur une base Ă©lectronique jonchĂ©e de pianos, ça donne un album magnifique. Un no skip.

AprĂšs le succĂšs de l’album Process, Sampha n’a fait que des collaborations, surtout avec des rappeurs : « Desoleil (Brilliant Corners) » avec Loyle Carner, « Father Time » avec Kendrick Lamar, et plein d’autres, autant avec des artistes connus que plus confidentiels. Mais il a Ă©galement fait des concerts appelĂ©s « Satellite Business », qui ont eu lieu le 14 et 15 juin de cette annĂ©e Ă  Hackney Church Ă  Londres et ont enchaĂźnĂ© le 20, 21, 22 juin Ă  Pioneer Works Ă  Brooklyn, montrant un retour progressif sur la scĂšne, avec un dĂ©sir de nouveautĂ©, comme il le dit lui-mĂȘme : « Trouver des idĂ©es, ajuster, faire des erreurs […] Je serais avec un nouveau groupe, Ă  essayer de nouvelles choses. »

Ce retour tant anticipĂ© est chaleureusement accueilli, Pitchfork le considĂšre « meilleure nouvelle chanson » et rĂ©vĂšle que pendant ‘Satellite Business’, Sampha et son groupe ont jouĂ© des chansons classiques du rĂ©pertoir de Sampha mais Ă©galement des chansons inĂ©dites, ce qui prouve que Sampha en a sous le coude, et certainement plein de tracks dans sa besace. L’artiste Ă©tant discret sur les rĂ©seaux sociaux, il montre peu de sa vie et rĂ©vĂšle ce qui est important, aprĂšs tout : sa musique.

En une chanson, Sampha nous a replongĂ©s dans son univers, sensible et puissant, qu’on a dĂ©jĂ  trĂšs hĂąte de retrouver pour un nouveau projet. Alors un conseil : restons Ă  l’affĂ»t !

 

Melody Rampath
Visited 59 times, 1 visit(s) today