© DR

St. Vincent et Cate Lebon : les grandes dames de la pop au festival Days Off

Grandes dames de la scène musi­cale actuelle, tou­jours en quêtes d’ex­péri­men­ta­tions et de nou­veauté, St. Vin­cent et Cate Lebon sont à l’af­fiche du fes­ti­val Days Off à la Phil­har­monie de Paris, le 5 juil­let prochain. 

Voilà plus de dix ans que St. Vin­cent et Cate Lebon façon­nent la pop album après album, bras­sant les influ­ences et expéri­men­tant les sonorités. Alors, motif de joie non-dissimulée, le fes­ti­val Days Off a eu la bonne idée de les rassem­bler le 5 juil­let prochain à la Phil­har­monie. À la lec­ture de leurs deux noms côte à côte, leur réu­nion sem­ble logique. Car l’u­nivers des deux amies — et oui ! — se complètent.

La pre­mière, Annie Clark alias St. Vin­cent, se promène entre les gen­res. De la musique de film sur son sec­ond album Actor, au gospel et à la funk sur son dernier album Daddy’s Home, en pas­sant par sa col­lab­o­ra­tion avec David Byrne de Talk­ing Head, la New-yorkaise se renou­velle à chaque pro­jet, évi­tant les répéti­tions. La sec­onde flirte avec l’ex­péri­men­tal et le psy­chédélisme, ou par­fois même avec l’am­biant japon­ais. Bien que son nom de scène soit un hom­mage à Simon Le Bon, la musique de Cate Tim­o­thy n’a pas grand-chose à voir avec Duran Duran. Son dernier album Pom­peii a davan­tage des airs de David Bowie. À l’oc­ca­sion du 8 mars, St. Vin­cent a con­fié au micro de la BBC Radio 6, que son amie, Le Bon était l’artiste fémi­nine qui l’in­spi­rait le plus : “Ce que j’aime chez Cate, c’est qu’elle a un son telle­ment unique, et elle ne le force jamais”.

Autant vous dire qu’on a hâte de les voir sur scène. Tout comme le reste des artistes programmé·es par Days Off, dont on vous rap­pelle rapi­de­ment la pro­gram­ma­tion pleine de classe : Kae Tem­pest, Kings of Con­ve­nience, Goat Girl, Chilla, Vicky R, ou encore la Bri­tan­nique Celeste pour un dernier soir en beauté et en douceur. Le Days Off c’est du 2 au 13 juil­let, et toute la pro­gram­ma­tion est à retrou­ver ici.

(Vis­ité 132 fois)