©Thibault Bourdin

Direction un autre monde avec la prog hyper éclectique de Dream Nation

Une envolée au rythme des per­cus­sions galopantes de la tech­no, une sor­tie de corps aus­si cathar­tique que néces­saire sur les meilleurs sets de trance et de bass music, ça vous tente ? C’est la promesse faite par Dream Nation. Le fes­ti­val a mobil­isé les meilleurs DJs, pour vous faire quit­ter terre le temps de DJ-sets aus­si poin­tus qu’hale­tants, au départ du spot aérospa­tial du Parc des Expo­si­tions Paris-Le Bour­get les 16 et 17 septembre.

Pourquoi tomber dans la frus­tra­tion de se lim­iter à un seul genre de musique élec­tron­ique, quand on peut piocher dans tous ? Comme à son habi­tude, le fes­ti­val Dream Nation n’a pas souhaité faire de con­sen­sus pour sa neu­vième édi­tion en sep­tem­bre prochain. De la trance à la bass music en pas­sant par la tech­no, l’élec­tro et la hard music, il y en aura pour tous les goûts et pour les fans hard­core de musiques élec­tron­iques. La pro­gram­ma­tion pointue et éclec­tique ‑à con­di­tion d’aimer un min­i­mum la musique électronique- l’at­teste : la fête sera belle ! En com­pag­nie des quelque Louisah­hh, I Hate Mod­els, Manu le Malin, le crew Casu­al Gab­berz, Maud Gef­fray, Vital­ic, Rebekah, Man­drago­ra, Tala­m­as­ca, Rebe­lion et tant d’autres.

 

À lire également
On a suivi Von Bikräv une nuit à Dream Nation à Saint-Denis

 

Dream

Au total, le fes­ti­val accueillera une soix­an­taine d’artistes et près de 30.000 “dream­ers” sur le site du Bour­get avec un seul slo­gan en tête : “One Dream, One Nation”. En espérant que cette nation, aus­si utopique que chargée en bonnes musiques et en scènes splen­dides, prenne bien forme mi-septembre prochain. C’est tout ce qu’on souhaite à ce fes­ti­val qui fait le pari de l’é­clec­tisme au sein des musiques élec­tron­iques, et qui donne aus­si une large place à la Hard Music, trop sou­vent désignée comme le vilain petit canard des musiques élec­tron­iques. Alors notez la date, et rendez-vous en sep­tem­bre à Dream Nation !

(Vis­ité 374 fois)