À droite Elvis Presley et à gauche Tame Impala © GPA Photo Archive © Abby Gillardi

🔊 Tame Impala en feat avec Elvis ? C’est chelou, mais on vous explique tout

Bon, on a peut-être un peu exagéré… Fraîche­ment sor­ti dans les salles obscures, le film biographique sur Elvis Pres­ley logique­ment nom­mé Elvis, s’est vu accom­pa­g­n­er d’une bande-son au cast­ing à la hau­teur de la car­rière du King. Par­mi les artistes à avoir revis­ité l’œu­vre de la légende du rock outre-Atlantique… un cer­tain Kevin Park­er.

Kevin Park­er, mieux con­nu sous le nom de Tame Impala, a retra­vail­lé un clas­sique par­mi les clas­siques d’Elvis Pres­ley, “Edge of Real­i­ty”. Ce remix s’in­sère dans le cadre de la sor­tie du film Elvis, en salle depuis le 22 juin dernier. L’idée était auda­cieuse pour Park­er, plus habitué à plac­er sa voix flot­tante et légère sur des instru­men­tales pop aux bass­es ron­des et aux mélodies envoutantes. Mal­gré tout, l’Aus­tralien sem­ble être par­venu à ses fins : redonner un coup de peps’ à cet hymne rock n’roll des années 1970, sans le priv­er de sa sub­stance. La voix de croon­er et les mélodies rock du King y sont mais avec plus de pro­fondeurs et de tex­tures. Le BPM a quant à lui été accéléré, et Kevin Park­er a doté le morceau d’un solo de gui­tare qu’on aurait pu retrou­ver à tous les coups lors d’un con­cert d’Elvis en plein con­texte de guerre du Vietnam.

 

Ă€ lire Ă©galement
đź‘€ Diana Ross x Tame Impala : c’est quoi cette collaboration de fou ?

 

Si les influ­ences rock de Tame Impala sont indé­ni­ables, on n’au­rait tout de mĂŞme pas par­iĂ© sur une telle recette. D’au­tant plus qu’on peut enten­dre les deux voix des deux chanteurs sur le morceau. Le tra­vail de remix a Ă©tĂ© ron­de­ment menĂ© par Kevin Park­er, don­nant lieu Ă  un genre de fea­tur­ing aus­si inat­ten­du que swing. Mar­iĂ©e Ă  une nou­velle mĂ©lodie psy­chĂ©dĂ©lique signĂ©e Tame Impala, la voix d’Elvis pour­rait presque rap­pel­er celle d’un cer­tain Jim Mor­ri­son chez les Doors… On s’est embal­lĂ©s ? Peut-ĂŞtre. En tout cas, le morceau vaut le dĂ©tour. Soyez curieux !

(Vis­itĂ© 411 fois)