The Chemical Brothers, NTM, Her et Bagarre au festival Lunallena de Juan-les-Pins

Une pro­gram­ma­tion archi-propre et vue sur la mer sous la “pleine lune”. Porté par le quo­ti­di­en Nice-Matin dans une volon­té de diver­si­fi­er l’of­fres des fes­ti­vals dans une région qui penche tra­di­tion­nelle­ment vers le jazz, le fes­ti­val Lunal­lena débar­que à Juan-les-Pins pour une édi­tion de feu. Avec notam­ment une date unique en France des Chem­i­cal Broth­ers, le jeu­di 26 juil­let.

Le con­cept de Lunal­lena se situe à la ren­con­tre du con­cert et du fes­ti­val : huit artistes triés sur le volet sur deux jours, avec chaque soir une tête d’af­fiche qui joue un live com­plet d’1h30. Un peu d’élec­tro, de pop et de rap dans ce monde de jazz. Et même du street art cette année, puisque les artistes Patrick Moya, Reaone et Spazm Atri­aseront présents pour pos­er fresque et graf­fi­tis… Côté musique, d’abord des vis­ages locaux à l’af­fiche : LuneA­pache, des textes en français sur des com­pos pop-rock psy­chédéliques assez planantes, à mi-chemin entre Pri­mal Scream et Eti­enne Daho, mais aus­si le rappeur Kaotik 747, plutôt chau­vin au vu de son amour pour l’OGC Nice et de ses titres “Nis­sa” ou “Sans arme ni haine ni vio­lence” (en référence au casse d’Al­bert Spag­gia­ri à la Société Générale de Nice en 1976). Suiv­ront des artistes habitués aux fes­ti­vals : préparez-vous à la fougue sex­uelle de Bagarre, à la soul sen­suelle de Her et aux reg­gae­men améri­cains SOJA (pour “Sol­diers Of Jah Army”). Et puisqu’on ne peut si facile­ment rompre le lien que la région tisse avec le jazz, venez danser devant Lucky Chops, un ensem­ble de cuiv­res adepte des repris­es pop ultra-festives (dans la même verve que Meute), qu’on avait déjà pu voir à La Défense Jazz Fes­ti­val.

Surtout, le fes­ti­val offre deux têtes d’af­fiche mon­strueuses. The Chem­i­cal Broth­ers, défer­lante élec­tron­ique insti­ga­trice de la vague big beat, entre house, tech­no et hip-hop. Le duo mythique de Man­ches­ter jouera au Lunal­lena sa seule date de l’été en France, une exclu sur l’an­née en région PACA, ce jeu­di 26. Et pour ceux qui “ne voient le hip-hop qu’avec des sam­ples de pop”, NTM revien­dra don­ner une bonne grosse piqûre de rap­pel avec du rap old-school, une énergie grasse et libéra­trice.

Alors rendez-vous fin juil­let à Juan-les-Pins pour deux jours de musique les pieds dans le sable au Lunal­lena fes­it­val.

Plus d’in­fos sur leur page Face­book

(Vis­ité 494 fois)