Crédit : Léa Tourdat

The Driver, S3A, Shlømo… : Les insolAntes reviennent pour animer votre rentrée

Trois ans, ça se fête. Les 6 et 7 sep­tem­bre prochains, le fes­ti­val Les insolAntes revient pour ani­mer votre ren­trée. Et cette année, démé­nage­ment express. Angoulême fut un lieu mémorable, mais les fes­ti­va­liers devront désor­mais se ren­dre à  l’Ab­baye de La Couronne, en Char­ente. Cadre bucol­ique pour une pro­gram­ma­tion élec­trique (et éclec­tique).

En effet, l’évène­ment se veut touche-à-tout, con­juguant musique élec­tron­ique, vidéo, danse, théâtre et même cirque mod­erne dans une ambiance bon-enfant et décalée. Le jeune fes­ti­val, ayant émergé en 2017 en par­tie grâce au crowd­fund­ing, pro­pose comme les années précé­dentes un line-up de très grande qual­ité. Les insolAntes sauce 2019, ce sera d’abord un beau rendez-vous élec­tron­ique  : The Dri­ver, alias du mythique Manu Le Malin ; la tech­no nerveuse de Charles Fenck­ler, et celle plus abyssale de Shlø­mo ; un set de house ensoleil­lé signé S3A . Des artistes plus con­fi­den­tiels comme Mez­erg, le pro­duc­teur Wal­ly Stryk, Macadam Croc­o­dile et leurs lives hybrides, les rockeurs Bewil­ders ou le col­lec­tif d’An­goulême L’En­fant Sauvage seront aus­si de la par­tie. Mais c’est la pop qui est égale­ment mise à l’hon­neur, avec les grooves funky de Leop­ard DaVin­ci, le croon­er du label Pain Sur­pris­es Basile di Man­s­ki, l’ex-Concorde Clé­ment Frois­sart ou encore le mys­térieux duo Omar Jr.

Plus qu’un sim­ple fes­ti­val, Les InsolAntes est en out­re un pro­jet “cul­turel et sol­idaire” porté par  l’association A Portée de Mains, qui tra­vaille sur l’interculturalité, l’é­d­u­ca­tion ain­si que de l’aide aux réfugiés. Les fonds col­lec­tés lors des précé­dentes édi­tions ont par exem­ple déjà per­mis la con­struc­tion d’un cen­tre de san­té en République Démoc­ra­tique du Con­go et l’ou­ver­ture de salles de classe. 

A la vue d’une affiche aus­si alléchante et d’un cadre des plus sym­pa­thiques et sol­idaires, il sem­ble dif­fi­cile de se refuser un petit week-end en camp­ing ; de quoi con­clure son été dans les meilleures con­di­tions. 

Si vous voulez pren­dre vos bil­lets, ça se passe ici !

(Vis­ité 871 fois)