Capture d'Ă©cran de "Xavier Lozano Playing a Flute Made From a Street Barricade", sur Sound Art Museum

👀 Tous les sons les plus bizarres ont maintenant leur propre “musée digital” sur Instagram

Voilà de quoi scroller. Le compte Insta­gram sound.art.museum recense les pro­jets de musi­ciens DIY à tra­vers la planète, met­tant en avant les vidéos d’in­stru­ments impro­visés, d’expérimentations sonores et autres syn­thé­tiseurs pro­to­types. Et c’est fascinant.

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par sound art muse­um (@sound.art.museum)

Un ven­ti­la­teur recon­ver­ti en instru­ment de musique, un disque vinyle en glace ou encore le pont de Brook­lyn trans­for­mé en harpe : toutes ces expéri­men­ta­tions dingues sont visionnables sur la page Insta­gram sound.art.museum. On pour­rait pass­er des heures à regarder les dis­posi­tifs sonores incon­grus recen­sés dans ce musée virtuel. La page a rapi­de­ment fait le tour du monde de la musique élec­tron­ique, suiv­ie par des noms illus­tres de la scène française comme notam­ment Eti­enne Jaumet, Jean-Benoît Dunck­el de Air ou Mol­e­cule, faisant la fierté de son créa­teur, François Barbe.

 

Ă€ lire Ă©galement
Cet hilarant groupe Facebook sur ces petites manies que les DJs ont

 

Fon­da­teur de la boîte de pro­duc­tion sonore MEN AT WORK, ce pas­sion­né de musique et plus générale­ment de son se définit comme un “audio nerd”. Col­lec­tion­neur “boulim­ique” de CD – un for­mat qu’il espère un jour voir revenir à la mode –, lui-même bidouille le son quo­ti­di­en­nement dans le cadre pro­fes­sion­nel, mais aus­si pour son plaisir per­son­nel sur Able­ton Live “qui chauffe quo­ti­di­en­nement”. Plutôt que de partager ses créa­tions, il préfère “expéri­menter, enreg­istr­er les matières sonores” et mal­gré les tracks qui s’empilent sur son disque dur, n’a pas encore trou­vé un pro­jet qui mérit­erait d’être partagé. Il explique ain­si : “Il y a deux types de sur­feurs : celui qui fait des com­péti­tions et celui qui surfe tous les soirs avec ses potes devant chez lui. Je fais par­tie de la deux­ième caté­gorie.”

“L’en­goue­ment autour de sound.art.museum me con­forte dans l’idée que cette forme d’ex­pres­sion artis­tique plaît énor­mé­ment.”

C’est lors du pre­mier con­fine­ment que l’idĂ©e du compte Sound Art Muse­um lui vient : “Je voulais met­tre le son et les artistes sonores en avant dans un musĂ©e virtuel. Les arts sonores sont très mĂ©con­nus alors qu’il y a beau­coup d’artistes super crĂ©at­ifs partout dans le monde.” Le pro­jet est un suc­cès, puisque la page compte au 30 mars plus de 17 000 abon­nĂ©s : “L’en­goue­ment autour de sound.art.museum me con­forte dans l’idĂ©e que cette forme d’ex­pres­sion artis­tique plaĂ®t Ă©nor­mé­ment, mĂŞme aux non aver­tis !” Pour la suite du pro­jet, son crĂ©a­teur a vu les choses en grand, avec une expo­si­tion physique Ă  Paris qui “avance plutĂ´t très bien”, dès que la sit­u­a­tion le per­me­t­tra bien sĂ»r. On a hâte d’aller voir ça en vrai.

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par sound art muse­um (@sound.art.museum)

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par sound art muse­um (@sound.art.museum)

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par sound art muse­um (@sound.art.museum)

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par sound art muse­um (@sound.art.museum)

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par sound art muse­um (@sound.art.museum)

(Vis­itĂ© 391 fois)