Skip to main content
11 mai 2020

Tout ce qu’il faut avoir écouté pendant le confinement

par Arthus Vaillant

Face à la problématique du confinement, des artistes se mobilisent pour offrir à leur public de nouvelles fournées de disques inédits, pendant que d’autres sortent des œuvres adaptées à la situation, certaines pleines de sérénité, d’autres pour vous faire pousser les meubles. Voici ce que la rédaction a vu passer ces derniers jours.

Amateurs et amatrices de musique, rassurez-vous ! Malgré la pandémie et le confinement, la musique n’est pas prête de s’arrêter de jouer. Certes, la plupart des festivals, concerts ou clubs ont  dû annuler leurs dates pour les mois de mars et avril, mais les artistes s’organisent pour apporter à leur public des nouveautés. Des raves virtuelles aux mixes spécial confinement, les artistes regorgent d’inventivité (poussés en cela par Tsugi avec notre festival). Certains vont même jusqu’à produire des projets spécialement pour cette période atypique.

Update : 11 mai 2020

  • Redécouvrir la terre avec Agoria

OneHome est une organisation pour la prévention de l’environnement. Depuis le 10 avril, sur son compte Facebook et Instagram, une vidéo quotidienne est publiée. Ces vidéos montrent la planète Terre dans son ensemble, à base d’images produites par un satellite de la NASA situé à environ 1.5 million de kilomètres. « Voir une vidéo chaque jour de la Terre en entier pourrait permettre d’éveiller une conscience planétaire collective », expliquait Jean-Pierre Goux, fondateur du projet, à France Soir. Pour donner corps à cette expérience, l’organisation s’est associée au compositeur et producteur français Agoria. Le mercredi 6 mai, l’artiste a ainsi publié une bande-son d’ambient éthéré, une nouvelle entrée de musique à l’image pour le lyonnais, après les films Go FastLucky ou le documentaire Vapewave de Jan Kounen.

  • Le projet surprise de Boys Noize sur Twitch

Dans les derniers jours du mois d’avril, entièrement passé en confinement, le DJ allemand Boys Noize a livré un projet surprise, STRICTLY BVNKER VOL. 1 – The Lockdown Sessions, enregistré en direct lors de sessions sur la plateforme Twitch. De la techno sombre à l’acid, le projet reste dans la lignée des projets survoltés de l’Allemand.

  • Le voyage auditif de BONJOUR L’AMBIANCE !

Au Burkina Faso, au Nouveau-Mexique, en Laponie ou au Brésil : le projet BONJOUR L’AMBIANCE invite le public à pouvoir se mettre dans l’ambiance d’un voyage auditif aux quatre coins du monde. Les sons ont été collectés lors de voyages ou documentaires réalisés par le photographe et journaliste Arnaud Contreras, à l’origine du projet, mais aussi Isadora Dartial (de Nova) ou le journaliste Mehdi Ahoudig. L’argent collecté par la vente du projet sera reversé au profit de la Fondation de France.

  • La House Rennaise vient en aide aux personnes démunies

Le 8 mai dernier, dix artistes rennais ont sorti une compilation logiquement nommée La House Rennaise Vol.1 Balade à travers la ville. Ce projet se concentre autour de deux objectifs : mettre à l’honneur la scène house rennaise et venir en aide aux personnes démunies. Pour ce faire, les DJ Blutch, Evenn ou Nemour ont réuni un ensemble de titres qui sent bon le soleil et l’été qui approche. Les profits iront à l’association d’aide aux migrants Utopia 56.

  • Un album de quatre heures des Dandy Warhols

Le groupe The Dandy Warhols sait faire plaisir à son public. Le 2 avril, l groupe prodige de la pop psychédélique a sorti un album de dix titres… qui dure presque quatre heures ! Un album d’électro-pop « idéal pour les longues heures d’isolement que nous connaissons actuellement » assure le groupe. Le nom du projet Tafelmuzik Means More When You’re Alone fait référence à la tafelmusik (ou « musique de table »), sorte d’ancêtre germanique de la muzak né au 16è siècle accompagnant les banquets, et qui fascine le chanteur du groupe. En résulte un album basé sur de longues sessions improvisées enregistrées en 2010, à peine retravaillées, plus psychédélique que jamais. À noter qu’un dollar par vente sera versé à Sweet Relief Musicians Fund, un organisme en faveur des musiciens.

  • Le projet Quarantime de Yxng Bane

Le rappeur de l’Est-Londonien revient enfin avec un nouvel album après HBK sorti en 2018. L’artiste, qui tire son nom du méchant masqué de Batman, ne pouvait choisir meilleur moment pour revenir aux affaires. Le 1er mai, Yxng Bane a sorti Quarantime: The Lost Files, un projet varié, bien loin de la drill qui séduit la plupart de ses compatriotes. Sur les 14 titres, le rappeur mélange en effet afrobeat et mélodie autotunée avec des collaborations locales comme K-Trap, Kojo Funds ou M Huncho.

  • La version deluxe de STILL

Près d’un an après STILL, son premier album, TOBi a envoyé la version deluxe du projet avec STILL+ le 30 avril dernier. Le rappeur a ajouté cinq titres dont trois remixes réalisés avec The Game pour le remix du morceau soul « City Blues », mais aussi Haviah Mighty, Shad, Jazz Carter et Ejji Smith sur « Toronto Remix » ainsi que Kemba sur « 180 (Remix) ». Le Nigérien-Canadien illumine encore ses productions groove et soul avec son timbre de voix et son authenticité, qui le rendent irrésistible.

  • Le projet survitaminé de MarcelDune

Le confinement ne vous donne pas envie de sauter partout, de danser n’importe comment et de retrouver une ambiance de club au plus vite ? L’électro expérimentale de MarcelDune, du label SUMAC fondé par DJ Plead, y arrivera assurément. La DJ grecque a sorti ce 4 mai son premier EP TRNC, un projet de quatre titres remplis d’énergie. De quoi transformer votre chambre en dancefloor.

  • Les frères Eno enfin réunis

Le premier projet commun des deux frères. Le 20 mars, le créateur de l’ambient, Brian Eno, sortait un album cosigné avec son jeune frère Roger. Un travail qui avait commencé en 2005, où Brian transforme les pièces de piano aériennes de Roger en une ambient pure et éthérée. Pour accompagner le disque et documenter le confinement, les frères Eno ont d’ailleurs proposé à leur public d’envoyer leurs propres vidéos afin d’illustrer les titres de l’album.

  • La compilation MESH en faveur de Médecins Sans Frontières

Initiée par Normadic RecordingsMESH est une compilation de quatre titres d’électro expérimentale dont le but est de recueillir des fonds pour Médecins Sans Frontières. Afin de « mettre à profit la créativité de gens partout dans le monde », ce projet est collaboratif. Chaque artiste, amateur ou professionnel, peut envoyer ses créations, visuelles et sonores, puis, le musicien français Roscius s’occupe du mix. Le premier maxi, sorti le 1er mai regroupe entre autres Vicky Sometani, Ralph Pelleymounter, Will, Paul Dagorne ou Rondo Mo tandis qu’un second volume arrive « d’un jour à l’autre » confirme le collectif.

  • La Quarantine Sonic Squad à la rescousse des plus démunis

« UN TOIT, UN DROIT » tel est le slogan de l’association Droit au logement. La communauté de musiciens réunis sous la bannière de Quarantine Sonic Squad l’a bien entendu. Ces artistes ont sorti une compil de 47 titres allant de l’expérimental punk lugubre de DZN à l’élecro-pop éthérée de Totem, pour la bonne cause.  Le projet DAL de Vivre a pour but de financer l’association dans ce contexte de pandémie, qui rend la situation des sans abris encore plus difficile.

  • La compilation solidaire envers les artistes de No Suit

« Ces gens nous rendent joyeux sur le dancefloor, ils nous inspirent quotidiennement, ils sont nos amis. » Face à la situation sanitaire, le label allemand No Suit Records s’est mobilisé pour apporter son aide aux artistes touchés par la crise. En résulte une compilation digitale In Search of Hope sur laquelle « chaque artiste sera payé équitablement ». Le disque comporte 18 titres, entre ambient, minimale et expérimental, où l’on retrouve des DJs comme Cabasa, Rabih Beaini ou Scaarlet.

  • L’album live de wiL

On va commencer à croire que la nostalgie est inséparable du rock. Après Radiohead ou Pink Floyd, c’est au tour de Wil Mimnaugh de partager ses archives concerts. Le 1er mai dernier, le rockeur canadien a sorti un album live de 12 titres. Comme son nom l’indique, le projet Live at the Blue Frog est tiré d’un show au Blue Frog, une salle de concert à White Rock au Canada. Il y a interprété des titres comme « Both Hands », sorti sur l’album du même nom de 2004 ou « If You Want Me Too », présent sur l’album In This Together paru en 2010. Sa folk-rock émouvante mêlée à l’ambiance détendue de la salle fournissent un bon anti-stress pour cette période.

  • 13 artistes unis pour aider le milieu hospitalier

Pour aider le milieu hospitalier durant le confinement, le label Excuse my french et le studio de création Les 2R ont créé « Système D ». Le titre, qui regroupe treize artistes, est sorti le 5 mai. Sur une prod de Jumo et LigOne, avec les arrangements de Cut Killer, DJ Netik et LigOne, sept chanteurs, principalement rappeurs, posent leur couplet. Dans l’ordre, STAV, Eklips Doux Breuvage, Demi-Portion, Hippocampe Fou et Elias Wallace tandis que Tim Dup et George Ka s’occupent du refrain. Un morceau enjoué et un clip ingénieux et superbement réalisé qui met en avant la débrouille des artistes et labels pour la réalisation de ce projet. La totalité des fonds seront reversés à l’AP-HP et les Hôpitaux de Paris-France.

  • La voyage spirituel d’Acid Arab

Le groupe d’électro-orientale donne de ses nouvelles depuis la sortie de Jdid en 2019. Les membres d’Acid Arab ont préparé une playlist de 40 titres sur Spotify. Judicieusement nommée « Acid Arab Fi Dar » (que l’on peut traduire par « Acid Arab à la maison »), elle contient au total, 3h21 d’écoute « pour méditer, se prélasser, nager dans le beau … ou s’endormir » selon Guido Minisky, moitié du duo. Au programme : musiques orientales, dont « Ya zair l’mkam » de Rabah Driassa ou le raï de Cheb Mami sur « Douha Alia », mais également de l’ambient avec Komodo Kolektif, l’electro expérimentale de Lena Platonos ou l’étonnant et très actuel « Vampirella » de The System, sorti en 1983. Bref, de quoi bien détendre son esprit.

  • La semaine folle de TDE

Anthony Fiffith, fondateur de l’impressionnant label Top Dawg Entertainment (TDE) fêtait son anniversaire le 20 avril. Comme cadeau, durant une semaine, un des artistes de son label sortait un titre exclusif chaque jour, avec le hashtag #TDEFANAPPRECIATIONWEEK. Le rappeur old-school Ab-Soul avait débuté cette semaine avec le titre « Dangerookipawaa Freestyle ». Zacari a enchaîné avec deux morceaux « Edamame » et « This Woman’s Work ». Le 22 avril, ensuite, marqua le retour très attendu du rappeur Isaiah Rashad avec « Why Worry », qui n’avait plus rien sorti en solo depuis 2016. Par ailleurs, le label TDE n’est pas seulement un label de rap, Zacari, SZA et SiR étant là pour le prouver. Ce dernier a sorti le titre « Rapper Weed » en featuring avec Boogie pour le quatrième jour de célébration. Si tout le monde espérait Kendrick Lamar, c’est finalement le rappeur Reason qui a clôt cette semaine de sortie avec le titre loufoque « Might not make it ». Cette semaine pourrait malgré tout annoncer le retour aux affaires de la star du label iconique de la West Coast, fondé en 2004.

  • Madonna rajeunie par MNNQNS

Sur leur compte Facebook, les membres du groupe MNNQNS ont annoncé la création d’une série hebdomadaire de reprises durant le confinement. Comme entrée en matière, les rockeurs ont donné un coup de jeune au titre « Material Girl » de Madonna en transformant le morceau en titre d’indus pop. Déjà présent sur la compilation Sick Sad World (voir ci-dessous), où les rouennais avaient fait la cover de « Kiss From A Rose » de Seal, MNNQNS prépare de nouvelles choses cette semaine. La série de cover « Flesh & Bones » revient mercredi, a annoncé le groupe sur son compte Facebook, sans donner pour le moment d’indication sur le titre qu’ils maltraiteront.

  • Les géniales reprises de Nirvana par Post Malone et Travis Barker

Toujours dans le registre rock et cover, Post Malone et trois autres artistes ont superbement repris des titres de Nirvana durant un direct d’un peu moins d’une heure et demie sur YouTube. Il était accompagné de Travis Barker, du groupe Blink-182, à la batterie, Brian Lee à la basse et Nick Mac à la guitare. Comme de nombreux artistes, Post Malone a associé cet événement en direct à la bonne cause, en créant une collecte de fonds qui sera reversée à la Fondation des Nations Unies. Les quatre artistes ont joué au total 15 titres dont “Frances Farmer Will Have Her Revenge on Seattle”, “Lounge Act”, “On A Plain” et “Heart-Shaped Box”.

  • La compilation des talents toulousains

Le 20 mars dernier, le collectif Pétrole a lancé un appel à projet le 20 mars à destination des artistes toulousain. 90 artistes locaux ont participé, pour 140 titres et onze heures de musique. De là est né, le 20 avril dernier, la compilation Quarantaine, mettant à l’honneur la scène locale. Cette dernière regroupe pas moins de 40 morceaux, tous produits par des artistes venus de la ville rose. Le projet compte autant de reprises de tubes – dont une version 2-step de « J’aime bien » de Josman – que de pistes originales. La compilation est gratuite et disponible sur Bandcamp ou Soundcloud.

  • La playlist de nouveaux talents par Pharell Williams

A l’instar de la compilation précédente, Soundcloud et Pharrell Williams souhaitent eux aussi mettre en lumière la scène musicale émergente. La plateforme de diffusion et le collectif créatif i am OTHER, créé par l’interprète de « Happy », se sont associés pour la création du projet « Presents: i am OTHER, Volume 1 », qui sortira le mois prochain. Il prend la forme d’une playlist dont les titres seront exclusivement choisis par Pharrell Williams, et disponibles sur la plateforme. Chaque artiste peut participer au concours en utilisant le hashtag #SCxiamOTHER. Seuls dix artistes auront la chance d’être sélectionnés sur ce projet ; ils pourront alors obtenir un financement de « fonds pour les créateurs » par Soundcloud, d’une valeur de dix millions de dollars. Les bénéfices du projet seront reversés à Sweet Relief et Help Musicians, en soutien aux musiciens en difficulté.

  • Le morceau féministe d’Iñigo Montoya

En samplant le morceau contestataire féministe « Un violador en tu camino », créé par le collectif chilien Las Tesis, le duo Iñigo Montoya a souhaité « rendre hommage à ce mouvement pour l’égalité des sexes ». Sur leur compte Facebook les Français avouent avoir été « particulièrement touchés par ces milliers de femmes, bandeau noir sur les yeux, chantant à l’unisson ce texte poignant ». Le morceau, sorti le 24 avril, ajoute une touche d’électro à la puissance des slogans, ainsi qu’au discours de Simone de Beauvoir, à la fin du track. Les bénéfices seront reversés en intégralité à la Maison des femmes de Saint-Denis, en soutien aux victimes de violences conjugales. Une bonne action en ces temps de confinement pendant lequel une augmentation de plus de 30% des signalements de ces violences a été rapportée par Marlène Schiappa le 30 mars dernier.

  • James Blake – You’re So Precious

Le chanteur britannique est très actif sur Instagram depuis le début du confinement. Chaque lundi, il propose des lives où il interprète d’anciens titres, des covers d’autres artistes mais aussi des inédits. Le compositeur avait ainsi chanté un extrait d’un titre inconnu du public lors de la session du 20 avril. Ce n’est plus le cas désormais puisque « You’re So Precious » est disponible sur les plateformes de streaming depuis le 24 avril. Le britannique revient ainsi plus d’un an après l’excellent Assure Form qui lui avait valu une nomination aux Grammy Awards. Le titre débute avec des notes de piano et des effets sonores très marqués et inhabituels ; mais si la recette est différente, la réussite est toujours la même.

  • L’EP spécial confinement de Romeo Elvis

Après Chocolat,sorti en 2019, Romeo Elvis prépare son second album. Pour faire patienter son public avant cela, il a sorti l’EP Maison le 24 avril dernier (enregistré juste avant le confinement). Le slogan « #StreamonsMaison à la maison », idéal pour partager les mesures de confinement, était tout trouvé. Sur ce cinq titres, le rappeur belge a toujours la même énergie, notamment sur « Trop chaud » et il s’est même payé le luxe d’avoir un invité de marque sur le projet : Michel Drucker, félicitant le rappeur dans un message vocal à la fin de « Vinci », le dernier morceau de l’EP. Une version en vinyle est prévue pour le 17 juillet prochain.

  • Les riches archives de Savoir Faire

Le label Savoir Faire a parcouru ses archives pendant la période de confinement pour proposer un titre quotidien d’un des artistes signés sur le label. « L’idée ici est de vous faire découvrir ou redécouvrir des sons anciens mais aussi nouveaux qui sont passés par Savoir Faire. » Savoir Faire est notamment en charge du management d’artistes comme Bon Gamin ou Gesaffelstein. Depuis trois semaines, on peut retrouver dans la liste « Je ne suis qu’un homme » d’Ichon, « Disponible » de Club Cheval ou « Running Away » de Jasmïn.

  • La superbe live session de Blu Samu

  • La compilation SICK SAD WORD Anti-Covid Covers Vol.1

Le 15 avril dernier, un regroupement d’artistes participait à la sortie de la compilation SICK SAD WORLD Anti-Covers Vol.1. Le nom est tiré d’une émission de télé de la fin des années 90/début années 2000 et ce n’est pas anodin car elle consiste en 42 titres reprises improbables de tubes de cette période par de nombreux groupes de rock français. On y retrouve MNNQNS reprenant Seal, Bryan’s Magic Tears s’appropriant Placebo ou les grunge TH Da Freak s’amusant avec Beyoncé. « Barbie Girl » d’Aqua devient un hymne post-punk à la Marilyn Manson, « L’Agitateur » de Jean-Pascal passe à la sauce punk, et même le générique de Fort Boyard est transformé en surf rock par les Agamemnonz. Mais cette compilation n’est pas qu’une blague, comme l’explique le collectif : « Cette compilation a pour but de récupérer des dons pour les plus démuni.e.s en ce temps de crise : les personnes sans-abris et les plus exposées au virus ». Plus de 4000 euros ont été récoltés sur la cagnotte Leetchi.

  • La compilation WorldWideWindow

Le label italien Enisslab, le collectif artistique Sbagliato et le projet de musique improvisée Circle of Live se sont réunis autour d’une compilation de 56 titres par autant de DJ, nommée WorldWideWindow, uniquement disponible sur Bandcamp pour un temps limité. Parmi eux, Marco Shuttle, Luigi Tozzi, Rødhåd ou Donato Dozzy. Pour participer à la lutte contre la pandémie, les ventes seront reversées à la Croix Rouge. Pour Neel, leader d’Enisslab, « Dans cette situation, nous avons tous besoin de veiller les uns sur les autres, et ce projet est un début ».

  • Lockdown boogie mixtape de Breakbot

Le 26 mars, Breakbot sortait le titre « Be Mine Tonight ». Pour accompagner la sortie de son premier single après presque deux ans d’absence, le DJ français a publié le 15 avril un mix entre boogie et disco de 50 minutes où l’on retrouve Cerrone, Chaka Khan ou I Want to Thank You d’Alicia Myers. Son nouveau titre « Be Mine Tonight » y est également, tandis que « The Only Reason » de Yuksek (récemment clippé), auquel il a participé, clôt le mix. Ce n’est pas la seule actualité pour Breakbot puisqu’un clip en animation est actuellement en préparation par le studio Wizz, qui avait aussi produit celui de « Baby I’m Yours ».

  • La Quarantine FM de Dr. Rubinstein

Installée à Berlin et habituée du Berghain, la DJ Dr. Rubinstein  a créé le 14 avril dernier sa chaîne YouTube. La DJ, influencée par la rave, y mixe des productions empruntés à l’acid ou la techno dark. Chaque semaine, l’Allemande se filme dans son salon en train de mixer.

  • The Quarantine Playlist de DJ Neptune et Teni

Avec Rema, Teni est l’une des étoiles montantes de la scène nigériane. La chanteuse a conquis le monde entier avec les tubes afro-pop « Case », « Askamaya » ou « Power Rangers ». Après la sortie de Billionnaire EP en 2019, la chanteuse revient avec un EP spécial quarantaine en collaboration avec son compatriote DJ Neptune. The Quarantine Playlist est un projet de quatre titres sorti sur le label Dr Dolor Entertainment.

  • La bonne initiative de Disco Halal

Pas d’album ou compilation pour le label israélien Disco Halal, mais une bonne action qui mérite d’être soulignée. Le DJ et producteur Moscoman, fondateur du label, a dévoilé un fonds de secours créé par Disco Halal, dans le but d’aider la scène électronique underground durant cette période compliquée. « Au fil du temps, les dégâts deviennent de plus en plus criants et l’avenir de plus en plus incertain. En conséquence, nous avons décidé de créer un fonds de secours nous permettant d’apporter un soutien financier à ceux qui en ont besoin » explique le communiqué du label.

  • Virus de Leto

L’ancien membre du duo PSO Thug a fait son petit bonhomme de chemin depuis qu’il s’est lancé en solo. Après les mixtapes Trapstar I et II, le rappeur parisien Leto a sorti son troisième disque solo le 17 avril, au titre parfaitement actuel : Virus. Un EP de 5 titres où il a invité des pointures du milieu comme Ninho, Zed du groupe 13 block ou PLK. L’interprète de « Jusqu’à la mort » s’essaye à la drill, style saturé et violent venu de Chicago, qui contamine le rap français après avoir conquis Londres. Ce projet est une sorte de mise en bouche pour faire patienter son public durant la quarantaine avant la sortie de son premier album.

  • La compilation d’ambient de Molécule avec toute la scène électronique française

La musique aussi peut être solidaire. Si certains musiciens font directement des dons aux hôpitaux durant le confinement, d’autres ont opté pour une solution qui ravira autant leurs fans qu’elle aidera les différentes organisations qui luttent contre la pandémie. Molécule a ainsi regroupé plusieurs artistes sur la compilation ambient Music For Containment, qui sort le 8 avril. Le producteur electronica a invité 33 artistes français de différents horizons dont Alex Gopher, Apollo Noir, Bertand Burgalat, Dominique Dalcan, Étienne Jaumet, Flavien Berger, Malik Djoudi, Nosfell, Radiomentale, Rebeka Warrior, Sayem, Soundwalk Collective ou Yan Wagner. Les bénéfices de cette compilation seront reversés à la Fondation de France. « Notre corps est confiné mais notre cerveau lui est ouvert, il peut imaginer l’infini, il peut ouvrir les fenêtres intérieures sur des espaces où ça respire vraiment », analyse le chanteur Arthur H, également présent, dans une note d’intention.

  • TEK + CARE, la grande réunion de la scène rave française

« Music against virus« . Voilà le slogan de la gigantesque compilation de 59 titres publiée le 4 avril sur Bandcamp par le collectif TEK + CARE, réunissant DJ et labels de la scène rave. On y retrouve notamment Manu Le Malin, Umwelt ou Radium. Cette initiative, est basée sur les dons du public afin de reverser les fonds collectés à Médecins Sans Frontières, qui lutte contre le virus. La compilation est disponible dans sa version intégrale de 59 titres, mais d’autres configurations existent. Des packs spécialisés acidcore, hardcore/industrial, techno/electro et warehouse/acidrave sont également disponibles.

  • Anything Goes, la compilation d’edit de disco pour la bonne cause

L’idée de compilation caritative a fait le tour des artistes du monde entier. Les artistes du monde entier derrière le projets d’edits house/disco Anything Goes s’en sont emparés à leur manière, pour soutenir l’Italie, premier pays d’Europe à avoir subi de plein fouet l’épidémie. Pour cette compilation, où l’on retrouve des artistes comme Soul Clap, Boombass, Moscoman, 2manydjs, Bill Brewster, Kapote Toy Tonics, les bénéfices seront reversés au fonds d’urgence du département italien de la protection civile. Pour soutenir l’initiative, la compilation est en vente sur le compte Bandcamp de Rollover Milano Records, label milanais à l’origine du projet.

Une nouvelle compilation, cette fois à destination de l’Angleterre. À Bristol, plus précisément, les artistes jouent le jeu de la solidarité, avec THE ARK Charity Compilation Album. Au-delà du mouvement solidaire, le disque est aussi une preuve de la vitalité créative de la ville de naissance du trip-hop. Tournant essentiellement autour de multiples facettes du rock (punk, psyché, garage, pop, post-rock…), l’album accueille aussi des musiciens de hip-hop et de folk. À noter la présence de Beak, groupe de post-punk monté par l’ex-batteur de Portishead, et de the Plainviews, avec deux membres d’Idles, dernière pépite punk issue de Bristol. Pour ce projet, les bénéfices vont à Quartet Community Charity, une oeuvre de charité basée à l’Ouest de l’Angleterre, en faveur des personnes impactées par le virus.

Après l’annonce de son retour au sein des Red Hot Chili Peppers en décembre dernier, John Frusciante n’a pas perdu de temps. Depuis le confinement, le guitariste fait partie de ces artistes qui n’ont pas peur de l’impossibilité des ventes physiques et de la légère chute du streaming en produisant de la musique malgré tout. À cette occasion, il livre Look Down, See Us, un EP de quatre titres, sorti sur son label Evar Records, sous son alias Trickfinger. La suite devrait arriver vite pour l’artiste qui prépare deux albums pour 2020. Le premier, She Smiles Because She Presses the Button, est prévu pour le 3 juin prochain.

  • Un album non-ambient de la moitié du duo ambient Ligovskoï, Nicolas Azonov

Le confinement, c’est l’occasion de se retrouver seul face à soi-même. Cette situation, Nicolas Azonov, moitié du duo Ligovskoï, en a profité pour s’ouvrir musicalement en solo avec son album May Queen. « Je me suis dit : c’est le moment ou jamais pour sortir un peu de l’ambient. Avec ce type d’album fait tout seul, je peux complètement me laisser aller. C’était l’occasion pour moi de partir sur des sentiers différents, sur des collages, du free jazz des textures plus électroniques ». Le DJ s’est notamment inspiré de l’imagerie fleurie et païenne du film d’horreur Midsommar d’Ari Aster, sorti en 2019.

À écouter sur ce site

  • La compilation caritative PLUR du génial label Lobster Theremin

Pour d’autres, cette situation précaire pour faire de la musique est également un moyen de se raccrocher à la nostalgie de leur début. « Cela ressemblait beaucoup aux premiers jours de Lobster Theremin, quand j’avais très peu de temps et que je voulais en faire beaucoup », relève Jimmy Asquith, gérant ce label anglais. Le DJ s’est dit « très excité » à l’idée de diriger la compilation de 45 titres PLUR, car c’est un projet qui « pourrait délivrer un message positif et qui unirait tout le monde autour de la musique ». Jun Kamoda, Throwing Snow ou IMOGEN, entre autres, sont présents sur la compil. Asquith s’est associé à deux œuvres caritatives pour ce projet : Mind et Shelter, l’une concernant la santé mentale, l’autre les sans-abris. « Les deux représentent des causes qui vont faire face à des défis importants en ces temps incertains, je voulais donc les aider en leur apportant notre soutien. »

  • Des unrealased du duo techno KAS:ST

Pour KAS:ST, ce n’est ni la nostalgie ou l’expérimentation qui ont poussé le duo à sortir l’album Unreleased tracks. Le duo, à l’origine du label Flyance Records, rapporte avoir reçu de nombreux messages de la part de leurs fans. En réponse à l’attente et à la période, le groupe a sélectionné, comme le nom du projet l’indique, une liste de six morceaux jamais sortis. KAS:ST a choisi ses morceaux les plus émotionnels afin de « donner la possibilité aux personnes de s’évader, de voyager malgré le confinement ». L’album est disponible en téléchargement gratuit depuis le 23 mars.

  • Deux albums d’ambient gratuits de Nine Inch Nails

Un album spécial confinement, c’est bien, deux, c’est mieux. Le 26 mars, Trent Reznor, leader historique de Nine Inch Nails, poste un message sur son compte Twitter. La surprise est de taille, lui et son compère Atticus Ross, compositeurs oscarisés de la bande-son de The Social Network, annoncent la sortie de Ghosts V : Together et Ghosts VI : Locusts, gratuitement sur le site du groupe. 12 ans après Ghosts I-IV, le groupe poursuit sa série de disques instrumentaux ambient, chacun avec une ambiance bien particulière. Le premier, optimiste et lumineux (en tout cas, comparé aux standards du groupe) veut accompagner les moments où tout va bien. Le second, torturé et angoissé, fait office de catharsis dans les moments les plus difficiles. « Alors que les nouvelles se font de plus en plus sinistres à chaque instant, nous nous retrouvons à balancer frénétiquement entre un sentiment d’espoir et des moments de pur désespoir – changeant parfois d’une minute à l’autre. (…) Faire ces titres nous a aidés à nous sentir mieux, et nous sommes contents de les partager » déclare le duo.

  • Un nouvel album surprise de Nils Frahm pour le Piano Day

Le 28 mars, c’était le Piano Day, journée de célébration de l’instrument aux touches noires et blanches. L’occasion pour Nils Frahm, créateur de l’événement, de livrer un nouvel album, nommé Empty, composé de huit pistes minimalistes et apaisantes. Ce disque servait au départ de bande-son à un court-métrage expérimental du même nom, où le pianiste occupe le rôle principal. Composés en 2012, peu avant l’album Screws, ces titres inachevés ont été mis de côté jusqu’à aujourd’hui. « J’ai pensé que c’était le bon moment pour partager ces berceuses avec vous. J’espère qu’elles vous aideront à rester fort et calme durant ces jours de solitude » déclare l’artiste sur son site.

  • Bongo Joe’s All Time Favorites : Reissues

Un temps d’arrêt forcé est aussi un bon moment pour dresser un bilan. À l’occasion de la journée du 20 mars, où Bandcamp renonçait à sa part sur les disques vendus, le label suisse Les Disques Bongo Joe publiait deux compilations réunissant le meilleur de ses sorties depuis ses débuts en 2015. La première, Bongo Joe’s All Time Favorites : Reissues regroupait les titres oubliés republiés à l’occasion de diverses compilations et rééditions, avec Alain Peters ou des artistes de synthwave espagnols, ainsi qu’un avant-goût d’une mystérieuse réédition à venir de rock psychédélique moyen-oriental entêtant. La seconde, Bongo Joe’s All Time Favorites : Now se concentre sur les nouveautés publiées. On y retrouve ses plus belles pépites, notamment venues de Turquie, avec les incontournables Altin Gün, Derya Yıldırım & Grup Şimşek , ou l’electro moite de Lalar. On y trouve également un excellent titre de Cyril Cyril, groupe formé par Cyril Yeterian, gérant du label. Une excellente carte de visite pour ce label.

Visited 88 times, 1 visit(s) today