Tricky, Arnaud Rebotini et KOKOKO ! sont à l’affiche du festival Rush à Rouen

A chaque année son thème : après une édi­tion 2017 s’intéressant à l’exil, la fournée 2018 du fes­ti­val Rush s’intéressera au vau­dou et à la transe. Kamoulox ? Pas du tout ! A chaque édi­tion, les organ­isa­teurs du Rush s’allient à un artiste pour choisir un sujet trans­ver­sal à l’événement, sorte de fil rouge de toutes les con­férences et pro­jec­tions qui ani­meront Rouen du 1er au 3 juin. Après Hin­di Zahra et Bertrand Belin, c’était au tour du com­pos­i­teur, gui­tariste et chanteur Rodolphe Burg­er, fon­da­teur de feu le groupe Kat Ono­ma, ayant tra­vail­lé avec Jacques Higelin, Françoise Hardy ou Alain Bashung — sacré CV“Choisir la transe, c’est point­er un élé­ment con­sub­stantiel à la musique et rap­pel­er qu’elle est avant tout une pra­tique vivante, qui vise à nous bous­culer, nous faire en quelque sorte ‘sor­tir de nous‐mêmesa‐t‐il expliqué. L’abandon de soi sera donc au cen­tre de cette édi­tion sur la presqu’île de Rouen, ancien site indus­triel où se stock­ait du char­bon et main­tenant ren­du à la nature.

Mais que les plus terre‐à‐terre se ras­surent, il y aura aus­si de quoi faire côté con­certs ! Dès le ven­dre­di 1er juin, ce sera le césarisé Arnaud Rebo­ti­ni qui vien­dra faire vibr­er les foules en com­pag­nie de ses machines tout comme Jeanne Added et son rock dark. Si une envie de voy­ager se fait sen­tir, Bombi­no et son rock touareg vous emmèneront au cœur du désert tan­dis que Las Pirañas vireront plutôt vers le psy­chédélisme made in Colom­bie. Le périple con­tin­ue avec la tech­no de KOKOKO!, débar­quée tout droit de Kin­shasa — ici oubliez l’ordinateur à la pomme cro­quée pour laiss­er place à une bat­terie fab­riquée à par­tir d’un grille‐pain.

 

Le lende­main, ce sera au tour du par­rain Rodolphe Burg­er de pren­dre ses quartiers sur la presqu’île accom­pa­g­né de ses invités mys­tères. On retrou­vera égale­ment en tête d’affiche de la journée le maître du trip‐hop Tricky. On n’oubliera pas de citer le duo Sab­ri­na & Saman­tha (com­posé d’un mem­bre de Bot’Ox et un mem­bre de Poni Hoax), ni les Parisiens d’Il est Vilaine. Le pas de danse sera aus­si req­uis lors du con­cert d’Ammar 808 and the Maghreb pour un moment entre musique tra­di­tion­nelle nord‐africaine et élec­tro. Cette journée fes­tive con­tin­uera avec l’acid-folk d’Ella Athaun,  la vio­loniste améri­caine Sudan Archives et le multi‐instrumentiste Fan­tazio. Le dimanche 3 juin, cha­cun pour­ra se laiss­er aller aux sons grunge et folk de Ty Segall & The Free­dom Band mais aus­si avec le rock’n’roll de Rev­erend Beat­man tan­dis que les fans de ban­jos seront servis lors du pas­sage de The Dead Broth­ers. La nou­velle sig­na­ture de Sub Pop, Moan­ing, sera égale­ment de la par­tie. N’hésitez pas à faire le plein de décou­vertes à l’occasion des lives d’Impossibe, Par­quet et Moon Gogo. Entrez dans la transe !

Retrou­vez toutes les infor­ma­tions sur le site du fes­ti­val.

 

(Vis­ité 361 fois)