🗞 Tsugi 139 : Aux origines de Daft Punk, disponible partout

par Tsugi

Tsu­gi 139, aux orig­ines de Daft Punk, disponible en kiosque et à la com­mande en ligne. Édi­to et sommaire.

Les semaines ont passé. L’émotion n’est pas retombée. Comme si la séparation des Daft Punk mar­quait la fin de quelque chose. Oui, mais de quoi ? Définitivement le pas­sage à l’âge adulte pour celles et ceux qui ont eu 20 ans dans les années 1990 ? Il serait temps. Non, cette fin de carrière douche surtout le fol espoir de la foule immense qui fan­tas­mait le retour sur scène de Thomas et Guy-Man. Parce que leur incroy­able tournée de 2006–2007, celle dite de « la pyra­mide », a sur­volté les sens des spec­ta­teurs qui ont assisté au show, mais a encore plus cul­tivé au fil des années le désir de voir ou revoir Daft Punk sur scène. À notre con­nais­sance, le phénomène est unique dans la musique actuelle. Ce n’est peut‑être pas un hasard si ce numéro, qua­si entièrement dévolu aux deux héros de ce qui a été la french touch, s’arrête juste­ment après ces folles années. Parce que cette série de con­certs les a vus bas­culer définitivement, et peut‑être bien mal­gré eux, comme on pour­ra le con­stater à la lec­ture des inter­views d’époque, du côté du grand show­biz cir­cus à l’américaine, qui trou­vera évidemment son apothéose dans la kyrielle d’invités du pharaonique Ran­dom Access Mem­o­ries, et sa chute finale avec l’interprétation en live de « Get Lucky » aux Gram­my Awards de 2014 avec Ste­vie Won­der en spécial guest, devant un parterre réunissant le tout-Hollywood. On ne va pas se le cacher, ce Daft Punk-là ne nous a jamais vrai­ment intéressés. Parce que leur his­toire n’était plus dev­enue la nôtre. Au con­traire de leurs débuts, où quelques-uns d’entre nous vivaient à leurs côtés l’explosion de la musique électronique française avec des étoiles (qui n’étaient pas celles de Sun­set Boule­vard) dans les yeux. Ce Tsu­gi très spécial veut avant tout témoigner de cela, d’un temps baigné par une cer­taine inno­cence, où l’on n’avait pas forcément besoin de pass­er par le fil­tre d’un man­ag­er américain pour com­mu­ni­quer avec des habi­tants du XVI­I­Ie arrondisse­ment de Paris. C’est pour cela que grâce aux mag­nifiques pho­tos, sou­vent inédites, de Philippe Lévy, nous avons voulu leur ren­dre un hom­mage à notre façon. En por­tant un regard ten­dre sur les débuts d’un duo qui a révolutionné l’univers de la musique con­tem­po­raine en seule­ment qua­tre albums. En quelque sorte, on vous présente l’histoire de « nos » Daft Punk.

Patrice Bar­dot

SOMMAIRE

  • TĂ©moignages : label man­ag­er, DA, Pedro Win­ter, Dave Clarke, Éti­enne Jaumet
 ils tĂ©moignent.
  • Port­fo­lio : les pho­tos de la pre­miĂšre appari­tion live des Daft Punk aux États-Unis, restĂ©es inĂ©dites jusqu’à ce jour.
  • Des inter­views archives : “Dans le fond, nous ne con­sid­érons pas que ce qu’on fait est de la tech­no, c’est plus musical.”
  • La face cachĂ©e de la pyra­mide Alive de Daft Punk.
  • Ren­con­tre : Daft World, le plus grand fan auto­proclamĂ© des Daft Punk.
  • Une nuit sur un bateau-mouche avec Eddy De Pret­to.
  • Inter­view : My Bloody Valen­tine par JD Beauvallet.
  • Les inspi­ra­tions de
 La Femme.
  • La pas­sion de
 Saycet.
  • DĂ©bat : Mod­e­se­lek­tor.

Tsugi 139, en kiosque et Ă  la commande en ligne ici

 

(Vis­itĂ© 2 760 fois)