Skip to main content
2 avril 2021

🗞 Tsugi 139 : Aux origines de Daft Punk, disponible partout

par Tsugi

Tsugi 139, aux origines de Daft Punk, disponible en kiosque et à la commande en ligne. Édito et sommaire.

Les semaines ont passé. L’émotion n’est pas retombée. Comme si la séparation des Daft Punk marquait la fin de quelque chose. Oui, mais de quoi ? Définitivement le passage à l’âge adulte pour celles et ceux qui ont eu 20 ans dans les années 1990 ? Il serait temps. Non, cette fin de carrière douche surtout le fol espoir de la foule immense qui fantasmait le retour sur scène de Thomas et Guy-Man. Parce que leur incroyable tournée de 2006-2007, celle dite de « la pyramide », a survolté les sens des spectateurs qui ont assisté au show, mais a encore plus cultivé au fil des années le désir de voir ou revoir Daft Punk sur scène. À notre connaissance, le phénomène est unique dans la musique actuelle. Ce n’est peut-être pas un hasard si ce numéro, quasi entièrement dévolu aux deux héros de ce qui a été la french touch, s’arrête justement après ces folles années. Parce que cette série de concerts les a vus basculer définitivement, et peut-être bien malgré eux, comme on pourra le constater à la lecture des interviews d’époque, du côté du grand showbiz circus à l’américaine, qui trouvera évidemment son apothéose dans la kyrielle d’invités du pharaonique Random Access Memories, et sa chute finale avec l’interprétation en live de « Get Lucky » aux Grammy Awards de 2014 avec Stevie Wonder en spécial guest, devant un parterre réunissant le tout-Hollywood. On ne va pas se le cacher, ce Daft Punk-là ne nous a jamais vraiment intéressés. Parce que leur histoire n’était plus devenue la nôtre. Au contraire de leurs débuts, où quelques-uns d’entre nous vivaient à leurs côtés l’explosion de la musique électronique française avec des étoiles (qui n’étaient pas celles de Sunset Boulevard) dans les yeux. Ce Tsugi très spécial veut avant tout témoigner de cela, d’un temps baigné par une certaine innocence, où l’on n’avait pas forcément besoin de passer par le filtre d’un manager américain pour communiquer avec des habitants du XVIIIe arrondissement de Paris. C’est pour cela que grâce aux magnifiques photos, souvent inédites, de Philippe Lévy, nous avons voulu leur rendre un hommage à notre façon. En portant un regard tendre sur les débuts d’un duo qui a révolutionné l’univers de la musique contemporaine en seulement quatre albums. En quelque sorte, on vous présente l’histoire de « nos » Daft Punk.

Patrice Bardot

SOMMAIRE

  • TĂ©moignages : label manager, DA, Pedro Winter, Dave Clarke, Étienne Jaumet… ils tĂ©moignent.
  • Portfolio : les photos de la premiĂšre apparition live des Daft Punk aux États-Unis, restĂ©es inĂ©dites jusqu’Ă  ce jour.
  • Des interviews archives : « Dans le fond, nous ne considĂ©rons pas que ce qu’on fait est de la techno, c’est plus musical. »
  • La face cachĂ©e de la pyramide Alive de Daft Punk.
  • Rencontre : Daft World, le plus grand fan autoproclamĂ© des Daft Punk.
  • Une nuit sur un bateau-mouche avec Eddy De Pretto.
  • Interview : My Bloody Valentine par JD Beauvallet.
  • Les inspirations de… La Femme.
  • La passion de… Saycet.
  • DĂ©bat : Modeselektor.

Tsugi 139, en kiosque et Ă  la commande en ligne ici

 

Visited 134 times, 1 visit(s) today