Skip to main content
7 février 2022

🗞 Tsugi 147, la folle histoire des radios musicales : 5 radios mythiques

par Tsugi

Locale, nationale, libre, étrangère, généraliste ou spécialisée, une radio se distingue souvent par sa couleur musicale, l’originalité de ses formats et la fidélité de ses auditeurs. Et certaines stations sont plus marquantes que d’autres. Exemples.

Retrouvez cet article en intégralité dans le Tsugi 147 : Radio Activity, La folle histoire des radios musicales : des pirates aux webradios, disponible maintenant en kiosque et à la commande en ligne.

 

Merci Tonton d’avoir libéré les ondes en 1981. Cela a permis l’éclosion, non seulement à Paris, mais surtout en province, d’une kyrielle de radios grâce auxquelles ont pu pousser les scènes musicales locales. Fondée par les collectifs lyonnais Faits Divers System et Frigo et dirigée par Jean-Claude Chuzeville, à l’origine photographe, la station, située dans une villa du VIIe arrondissement, incarne la radio rock culture et libre. Son aura allait bien au-delà d’entre Rhône et Saône, surfant parfaitement sur cette sorte de Movida lyonnaise vécue entre 1975 et 1985. De Starshooter à Carte de séjour en résumé.

 

  • Radio 7 

Un peu comme TV6, Radio 7 restera éternellement jeune, comme le public à qui cette éphémère station de Radio France s’adressait, car elle fut fermée l’année même de son septième anniversaire. Créée à l’époque où la radio et la télévision française étaient encore un monopole d’État et où il n’existait que très peu de radios pirates, Radio 7 (la septième station de Radio France) a été conçue en 1980 pour s’adresser aux jeunes générations. La musique y tient un rôle naturellement important, au moment où la scène des Daho, Rita Mitsouko et Bashung explose. C’est sur cet ancêtre du Mouv’ que Christophe Dechavanne, qui a été jeune un jour, a débuté, mais c’est surtout là que Sidney fut le premier à diffuser du rap. Radio 7 fut fermée en 1987 pour faire de la place à France.

 

La plus défricheuse des radios françaises, qui a tout au long de son histoire misé sur des musiques alors « émergentes » : hip-hop, world music (renommée sono mondiale), musique électronique (Laurent Garnier y a très tôt animé une émission hebdomadaire)… La station créée en 1981 par Jean-François Bizot d’Actuel sur les cendres des locales Radio Verte et Radio Ivre a toujours eu une programmation pointue et curieuse, portée par des animateurs de haut vol. Et si les Parisiens ont longtemps été les seuls à en profiter, la station qui fait partie du même groupe que Les Inrocks est aujourd’hui diffusée sur vingt-neuf fréquences en France (et bien entendu en ligne).

 

Même si cette radio new-yorkaise se lance en 1958, c’est en 1966 qu’elle prend son élan en misant sur la pop music, et la première année sur un casting de DJs 100 % féminin. À partir de la décennie suivante, sa programmation aventureuse mixant space-rock, rock progressif, new age ou disco détonne dans l’univers très formaté des radios US. Elle fut la première à diffuser massivement Springsteen à une époque où il n’était pas encore le Boss. Les concerts de Mink DeVille, Police ou Joe Jackson retransmis en direct depuis le Bottom Line ont écrit sa légende. Cette orientation 100% musique n’a pas survécu au XXIe siècle, où elle a muté en généraliste à prédominance « talk ».

 

  •  La Voix du Lézard

Son cri n’a retenti que trois ans, de janvier 1983 à mars 1986, mais cela a suffi à en faire la radio emblématique de la new wave en France. Ou plutôt à Paris parce que c’était une radio libre, comme on disait à l’époque, mais locale. Même si elle utilisait un émetteur dépassant largement la puissance autorisée, ce qui lui valut d’être retirée de l’antenne durant deux semaines en 1984, La Voix du lézard n’est culte que pour les résidents d’Île-de- France. Au moment où la pub a été autorisée à l’antenne, son fondateur, l’ambitieux Pierre Bélanger, qui souhaitait monter un réseau national, a préféré tourner le dos au rock pour miser sur un autre univers musical, plus « jeune », quand La Voix du lézard est devenue Skyrock en 1986, avant de se tourner vers le rap et le R&B dix ans plus tard. Un pari risqué, mais qui s’est révélé visionnaire.

Retrouvez 5 autres radios mythiques dans le Tsugi 147 : Radio Activity, La folle histoire des radios musicales : des pirates aux webradios disponible maintenant en kiosque et à la commande en ligne.

Tsugi 147

Visited 28 times, 1 visit(s) today