©DR

🗞 Tsugi 147, la folle histoire des radios musicales : 5 radios mythiques

par Tsugi

Locale, nationale, libre, étrangère, généraliste ou spécialisée, une radio se dis­tingue sou­vent par sa couleur musi­cale, l’originalité de ses for­mats et la fidélité de ses audi­teurs. Et cer­taines sta­tions sont plus mar­quantes que d’autres. Exemples.

Retrou­vez cet arti­cle en inté­gral­itĂ© dans le Tsu­gi 147 : Radio Activ­i­ty, La folle his­toire des radios musi­cales : des pirates aux webra­dios, disponible main­tenant en kiosque et Ă  la com­mande en ligne.

 

Mer­ci Ton­ton d’avoir libéré les ondes en 1981. Cela a per­mis l’éclosion, non seule­ment à Paris, mais surtout en province, d’une kyrielle de radios grâce aux­quelles ont pu pouss­er les scènes musi­cales locales. Fondée par les col­lec­tifs lyon­nais Faits Divers Sys­tem et Fri­go et dirigée par Jean-Claude Chuzeville, à l’origine pho­tographe, la sta­tion, située dans une vil­la du VIIe arrondisse­ment, incar­ne la radio rock cul­ture et libre. Son aura allait bien au-delà d’entre Rhône et Saône, sur­fant par­faite­ment sur cette sorte de Movi­da lyon­naise vécue entre 1975 et 1985. De Starshoot­er à Carte de séjour en résumé.

 

  • Radio 7 

Un peu comme TV6, Radio 7 restera éternellement jeune, comme le pub­lic à qui cette éphémère sta­tion de Radio France s’adressait, car elle fut fermée l’année même de son septième anniver­saire. Créée à l’époque où la radio et la télévision française étaient encore un mono­pole d’État et où il n’existait que très peu de radios pirates, Radio 7 (la septième sta­tion de Radio France) a été conçue en 1980 pour s’adresser aux jeunes générations. La musique y tient un rôle naturelle­ment impor­tant, au moment où la scène des Daho, Rita Mit­souko et Bashung explose. C’est sur cet ancêtre du Mouv’ que Christophe Decha­vanne, qui a été jeune un jour, a débuté, mais c’est surtout là que Sid­ney fut le pre­mier à dif­fuser du rap. Radio 7 fut fermée en 1987 pour faire de la place à France.

 

La plus défricheuse des radios françaises, qui a tout au long de son his­toire misé sur des musiques alors « émergentes » : hip-hop, world music (renommée sono mon­di­ale), musique électronique (Lau­rent Gar­nier y a très tôt ani­mé une émission heb­do­madaire)
 La sta­tion créée en 1981 par Jean-François Bizot d’Actuel sur les cen­dres des locales Radio Verte et Radio Ivre a tou­jours eu une pro­gram­ma­tion pointue et curieuse, portée par des ani­ma­teurs de haut vol. Et si les Parisiens ont longtemps été les seuls à en prof­iter, la sta­tion qui fait par­tie du même groupe que Les Inrocks est aujourd’hui diffusée sur vingt-neuf fréquences en France (et bien enten­du en ligne).

 

Même si cette radio new-yorkaise se lance en 1958, c’est en 1966 qu’elle prend son élan en mis­ant sur la pop music, et la première année sur un cast­ing de DJs 100 % féminin. À par­tir de la décennie suiv­ante, sa pro­gram­ma­tion aven­tureuse mix­ant space-rock, rock pro­gres­sif, new age ou dis­co détonne dans l’univers très for­maté des radios US. Elle fut la première à dif­fuser mas­sive­ment Spring­steen à une époque où il n’était pas encore le Boss. Les con­certs de Mink DeV­ille, Police ou Joe Jack­son retrans­mis en direct depuis le Bot­tom Line ont écrit sa légende. Cette ori­en­ta­tion 100% musique n’a pas survécu au XXIe siècle, où elle a muté en généraliste à prédominance « talk Â».

 

  •  La Voix du LĂ©zard

Son cri n’a reten­ti que trois ans, de jan­vi­er 1983 à mars 1986, mais cela a suf­fi à en faire la radio emblématique de la new wave en France. Ou plutôt à Paris parce que c’était une radio libre, comme on dis­ait à l’époque, mais locale. Même si elle util­i­sait un émetteur dépassant large­ment la puis­sance autorisée, ce qui lui val­ut d’être retirée de l’antenne durant deux semaines en 1984, La Voix du lézard n’est culte que pour les résidents d’Île-de- France. Au moment où la pub a été autorisée à l’antenne, son fon­da­teur, l’ambitieux Pierre Bélanger, qui souhaitait mon­ter un réseau nation­al, a préféré tourn­er le dos au rock pour miser sur un autre univers musi­cal, plus « jeune », quand La Voix du lézard est dev­enue Sky­rock en 1986, avant de se tourn­er vers le rap et le R&B dix ans plus tard. Un pari risqué, mais qui s’est révélé visionnaire.

❏

Retrouvez 5 autres radios mythiques dans le Tsugi 147 : Radio Activity, La folle histoire des radios musicales : des pirates aux webradios disponible maintenant en kiosque et Ă  la commande en ligne.

Tsugi 147

(Vis­itĂ© 420 fois)