Crédit : Thomas Saminada

Tsugi Daily : Calling Marian, Silly Boy Blue, Aamourocean… le festival MaMA annonce ses premiers noms

Chaque matin, Tsu­gi Dai­ly fait le point sur les petites infos mar­rantes, idiotes ou au con­traire vitales que vous auriez pu louper la veille. A picor­er sans mod­éra­tion !

Calling Marian, Silly Boy Blue, Aamourocean… le festival MaMA annonce ses premiers noms

Rendez‐vous à Pigalle. Pour souf­fler ses dix bou­gies, le MaMA inve­sti­ra encore une fois toutes les salles mythiques du quarti­er Pigalle‐Montmartre pour un fes­ti­val 100% urbain. Comme tou­jours, la place belle est faite aux pro­duc­teurs émer­gents et aux petits artistes pleins de tal­ent, à com­mencer par Sil­ly Boy Blue. Propul­sée par sa vic­toire aux Inouïs du Print­emps de Bourges 2019, la jeune chanteuse séduit avec ses mélodies empreintes de mélan­col­ie et sa voix brisée. A ses côtés, on retrou­vera égale­ment l’acid d’Aamourocean et de Call­ing Mar­i­an, l’électro pop de OH MU ou encore les textes crus de CORPS et de Sein.

Un nouvel EP rétro et planant pour Stand Wise

5 nou­veaux titres oniriques à l’esthétique furieuse­ment rétro : voici ce que nous livre le duo parisien Stand Wise avec son nou­v­el EP Flight Sim­u­la­tor, intro­duit le mois dernier par le clip DIY de “Bill Mur­ray”, qui n’est pas sans rap­pel­er des accents de New Wave bri­tan­nique. Les deux com­pères mélan­gent les références pop à une savante recherche de musi­cal­ité, comme le mon­trent leurs pro­duc­tions chi­adées. De belles tex­tures avec des syn­thés tan­tôt planants tan­tôt désuets, des per­cus­sions élec­tron­iques rem­plies de reverb enrobent des chan­sons groovy et sen­suelles, revendi­quant cha­cune une iden­tité pro­pre ; des leads kitschs de “Samouraï 2.0” aux ryth­miques presque trap de “Pho­togra­phie toi”, Stand Wise s’affirme dans une jolie palette sonore qui sem­ble conçue pour muer à loisir.


 Un clip S.F. pour “Goodbye Yesterday” de Maud Geffray

Quelques accords de cordes, un arpé­gia­teur entê­tant, des petites cloches célestes pour envelop­per une voix loin­taine ; voici les ingré­di­ents d’une syn­th­wave mélan­col­ique, signée Maud Gef­fray. Dans son nou­veau clip d’animation réal­isé par Michel Donzé, la moitié de Scratch Mas­sive nous emmène dans une ville futur­iste et dystopique où se suc­cè­dent cours­es de moto, expédi­tions souter­raines et explo­sions bar­i­olées façon Mass Effect. Un joli morceau pour pren­dre la route et oubli­er le passé ; “Adieu hier”.

(Vis­ité 177 fois)