Tsugi Daily : le clip à l’ancienne des Black Eyed Peas, les sorties de route de Muse…

Chaque matin, Tsu­gi Dai­ly fait le point sur les petites infos mar­rantes, idiotes ou au con­traire vitales que vous auriez pu louper la veille. A picor­er sans mod­éra­tion !

Muse sombre dans “The Dark Side”

Dou­ble acci­dent de par­cours pour Matthew & the Bel­lamys. Après qu’Ama­zon a lais­sé fuiter la pochette et la track­list du nou­v­el album Sim­u­la­tion The­o­ry prévu pour novem­bre, Muse a pub­lié le clip de “Dark Side”. Dans la lignée de “Dig Down”, “Thought Con­ta­gion” et “Some­thing Human”, le groupe con­tin­ue ses épopées futur­istes et s’en­gouf­fre défini­tive­ment dans la vague syn­th­wave… Sans grand suc­cès. Un titre à nou­veau sans saveur, à peine rat­trapé par un clip bour­ré d’ef­fets spé­ci­aux. Si vous êtes fan de Muse depuis leurs débuts, préparez-vous à leur dire adieu.

Retour gagnant pour Black Eyed Peas avec un clip en deux parties

Retour vers le futur. Huit ans après The Begin­ning, les Black Eyed Peas s’ap­prê­tent à faire leur grand retour… Sans Fer­gie, pour un nou­v­el album qui devrait s’in­ti­t­uler Mas­ters Of the Sun. Le trio mar­que un vibrant retour aux sources avec le titre “Con­stant” et un clip en deux par­ties. Un son hip-hop à l’an­ci­enne qui prône la pen­sée pos­i­tive, la déter­mi­na­tion et la paix. A la moitié du clip, le morceau prend une tour­nure élec­tron­ique et le tem­po s’ac­célère… Tout cela nous donne une forte envie de break­er. Surtout quand la voix de Jes­si­ca Reynoso ‑déjà présente sur “Ring The Alarm”- vient se pos­er comme une douce cerise sur un gâteau déjà bien riche. Va-t-on enfin pou­voir réé­couter Black Eyed Peas sans se cacher?

Marie Davidson annonce un nouvel album, Working Class Woman

Après un an passé à Berlin, il est l’heure du bilan pour Marie David­son. Dans ce qua­trième album prévu pour le 5 octo­bre chez Nin­ja Tune, la Mon­tréalaise par­lera unique­ment de ses expéri­ences de Work­ing Class Woman et d’elle-même. Le pre­mier sin­gle “So Right” pro­pose une pro­gres­sion habile. Les lignes de basse sac­cadées et con­stantes, voire robo­t­iques, font écho aux paroles énervées (“You wan­na know how I get away with every­thing? I work all the fuck­ing time”) avant un final qui brille par des touch­es de syn­thé placées à la per­fec­tion.

(Vis­ité 1 031 fois)