Tsugi Podcast 586 : IMOGEN

Dernière sen­sa­tion de la scène bri­tan­nique et rési­dente du club Fab­ric et de la radio NTS, IMOGEN s’est illus­trée en duo avec Ben Pest sur la dernière com­pi­la­tion de Lob­ster Theremin, PLUR, avec le titre “Octur­nal”. Parce qu’elle est l’une des DJs les plus promet­teuses de la scène élec­tron­ique anglaise actuelle, nous lui avons demandé un mix exclusif pour mieux la découvrir.

En par­lant avec d’autres artistes, cer­tains racon­taient que la quar­an­taine leur a per­mis de décou­vrir et tester de nou­velles expéri­ences musi­cales. Qu’en est-il pour toi ? 

Je m’adapte en com­posant de la musique qui n’est pas aus­si ori­en­tée club que mes autres chan­sons. Être con­finée me per­met aus­si écouter plus d’album.

Qu’est-ce qui t’as amené à la musique élec­tron­ique et à la mixer ?

J’habitais à Southamp­ton et je sor­tais là-bas quand j’étais encore très jeune, beau­coup de mes amis fai­saient de la musique et j’avais plein d’idée à ressor­tir. J’ai donc appris à pro­duire de la musique moi-même, puis je suis par­tie étudi­er à Lon­dres à l’âge de 16 ans. C’est à par­tir du moment où j’ai démé­nagé dans cette ville que tout s’est accéléré.

L’un de tes pre­miers gigs était dans la salle Säule au Berghain de Berlin, qui est la salle expéri­men­tale du club. Com­ment ce lieu mythique t’as impacté et a influ­encé ta con­cep­tion de la musique ?

C’é­tait vrai­ment génial parce que c’était mon pre­mier gig à l’étranger. À Säule, j’ai joué dif­férents styles de musiques parce que c’est très libre, à la dif­férence de la salle prin­ci­pale et du Panora­ma Bar. L’am­biance avec la foule très ouverte le per­met. Ça reste à ce jour l’un de mes shows préférés.

Tu dis­ais dans une inter­view : “J’ai été influ­encée par des per­son­nes comme Bjar­ki ou Paula Tem­ple […] parce qu’elles avaient un con­cept der­rière leur musique”. Quel est le tien ? 

Je pense que ça dépend un peu du con­texte. Par exem­ple, en ce moment je suis assez inspirée parce qu’on est dans une crise et on ne peut pas sor­tir de chez soi. Je ne peux pas m’exprimer en mix­ant devant un pub­lic, donc je m’in­spire des élé­ments qui m’en­toure, sur ce que je vois à la télé et les choses qui m’af­fectent néga­tive­ment comme le change­ment cli­ma­tique ou com­ment je me sens sur le moment.

Récem­ment tu as par­ticipé à la com­pi­la­tion PLUR de Lob­ster Theremin avec le titre “Octur­nal”. Com­ment ça s’est fait et qu’est-ce que tu en retiens ?

J’ai fait la chan­son avec un ami à moi, Ben Pest. On a fait un EP ensem­ble et on a décidé de la met­tre dans la com­pi­la­tion parce que les recettes vont à des œuvres de char­ité et aux artistes en dif­fi­culté à cause de la situation.

Qu’est-ce que ça fait d’être rési­dente du club Fab­ric à Lon­dres, qui d’ailleurs n’est pas passé loin de la fer­me­ture défini­tive en 2016 ?

C’est génial ! Cela fai­sait des années que je rêvais de jouer dans ce club. Mais je n’avais pas encore 19 ans. Heureuse­ment, ils ont changé les règles [il fal­lait aupar­a­vant avoir min­i­mum 19 ans pour jouer dans ce club, ndlr] ! Dès que j’ai com­mencé à jouer là-bas, ils m’ont directe­ment demandé d’être rési­dente. C’était très sym­pa et on s’en­tend bien. Aujour­d’hui, je leur apporte des artistes avec lesquels j’aimerais jouer, ils sont très ouverts à ce genre de choses.

Track­list du podcast
1. The Fear Ratio — A406
2. ADJ — Cel­lu­lar Transmissions
3. Djed­jotron­ic — Glob­al Survelliance
4. Ben Pest — The Fuzz
5. The Advent — Sta­sis V2
6. Cis­co Fer­re­ria — Wom­ans Scent (Hertz Remix)
7. Radioac­tive Man — Night Bus to Nowhere
8. Serge Greyzel — In Between
9. Deap­mash — Warfare
10. Mar­shall Maters A.K.A Marc Arcdi­pane — Hus­tler For Life (JASSS Remix)
11. Kon­tian — Spit­ting Blood
12. Nitzer Ebb — Join In The Chant (Slam Remix)
13. Michael Burkat — Novelty
14. IMOGEN & Ben Pest — Henry
15. Cadans — Uncuttable
16. Rove Ranger — Secrets We Kept
17. Invex­is — Calypso
18. Joe Farr — Slayer
19. Clouds — Opera 2001
20. The Advent — L.U
21. Robo­drum — Nightmare
22. Jokasti & Nek — Grained

(Vis­ité 896 fois)