Skip to main content
©Capture d'écran YouTube
7 février 2022

💭 Un album, un film, un livre : les inspirations d’Uèle Lamore

par Patrice BARDOT

Jusqu’à son premier maxi en 2020, Uèle Lamore brillait dans l’ombre comme arrangeuse, productrice de musiques à l’image, et même cheffe d’orchestre. Mais ce coup d’essai réussi lui a donné l’envie de définitivement passer dans la lumière. Résultat : Loom, un album éclaté, organique et électronique, majoritairement instrumental, offrant la vision futuriste d’une artiste exploratrice qui sera en concert le 9 mars à la Gaité Lyrique à Paris.

Article issu du Tsugi 147 : Radio Activity, La folle histoire des radios musicales : des pirates aux webradios disponible maintenant en kiosque et à la commande en ligne.

 

  • L’album
    Miles Davis, Sketches of Spain (1960)

Peut-être mon musicien préféré. Le découvrir via son album Kind Of Blue m’a fait sortir du rock et a changé mon état d’esprit sur beaucoup de choses. Ce n’était pas du tout le cliché du jazz que j’avais en tête, en mode « freefusion ». Comme j’avais adoré ce disque, j’ai commencé à digger ce qu’il avait sorti. Je suis tombée donc sur cet album magnifique où il retravaille de la musique classique espagnole. C’est très beau. Immédiatement, tu as l’impression d’être en Espagne. Par la suite, je trouve qu’il n’a fait que suivre le mouvement de la musique amplifiée, alors qu’avant c’était lui qui donnait le tempo et inventait les styles.

 

  • Le film
    Katsuhiro Ōtomo,
    Akira (1991)

Un chef-d’œuvre de l’animation où il y a beaucoup d’innovations. Par exemple, c’est le premier film où ils font remuer la bouche des personnages. Même si on n’est pas dans le délire manga animé, c’est à voir. La BO qui a été faite par un collectif de musiciens et de scientifiques de Tokyo est complètement dingue avec l’utilisation d’un gamelan (orchestre traditionnel indonésien, ndr). L’histoire est bizarre, même si tu peux la résumer simplement. J’aime bien les choses qui ont une identité forte mais que tu ne peux pas définir en quelques mots.

 

  • Le livre
    Karel Čapek, La Guerre des salamandres (1936)

C’est un roman satirique, entre la science-fiction et l’humour noir. L’histoire de salamandres qui font la taille d’enfants de 5 ou 6 ans et qui sortent un jour de l’océan. Elles peuvent parler et les humains les utilisent comme bêtes de foire. Elles deviennent même des esclaves dans des usines pour construire des voitures. Mais elles se rebellent et notre monde est sous l’emprise des salamandres. Ce livre est la métaphore de mille et une choses. Un délire du début jusqu’à la fin.

 

  • Son disque
    Loom (XXIM RECORDS/SONY MUSIC)

Loom - Uèle LamoreJ’avais finalisé des maquettes il y a deux ans et demi, mais c’était très différent. Cela n’a rien à voir avec le résultat final. C’était plus axé musique minimaliste, et « intellectualisante ». C’est resté dans le disque dur. Quand Sony m’a approchée, j’ai réécouté et je me suis dit : « C’est nul, personne ne va comprendre à part moi. » Je l’ai donc totalement repris pour réaliser un album qui soit accessible à tout le monde. Avec comme objectif, qu’importe la culture musicale d’où tu viens, qu’il y ait au moins un titre dans lequel tu te retrouves. Comme j’ignore si j’en referai un autre, j’ai voulu y aller à fond dans les choix artistiques. J’ai pris beaucoup de plaisir à le faire à trois avec un bassiste et un ingé son en mode DIY, même si le fait d’être sur une major nous a permis d’enregistrer des cordes. Mon premier maxi m’a réconciliée avec mon côté production. Plus jeune, on m’avait toujours dit que ce que je faisais était bizarre, que je n’écrivais pas de bons morceaux, que cela ne marcherait jamais. On m’a limite dégoûtée de composer, ce qui m’a d’autant plus convaincue de le faire.

Retrouvez plus d’articles dans le  Tsugi 147 : Radio Activity, La folle histoire des radios musicales : des pirates aux webradios disponible maintenant en kiosque et à la commande en ligne.

Tsugi 147

Visited 20 times, 1 visit(s) today