Capture d'écran du teaser de l'EP d'N-Ergy

Un mystérieux artiste réussit à mélanger techno et trap ensemble

Le 10 jan­vi­er, un nou­veau disque a fait son appari­tion dans le cat­a­logue du label français Glob­al Warm­ing. Sur le papi­er, on hausse les sour­cils : l’artiste s’appelle N‑Ergy et l’EP en porte le nom égale­ment, il n’a jamais rien sor­ti aupar­a­vant et on ne trou­ve aucune infor­ma­tion sur Inter­net, si ce n’est qu’il s’habille en orange et veut mélanger tech­no et trap (d’après la descrip­tion Sound­Cloud de son EP). Tech­no et trap, mis­sion impos­si­ble ? On lui laisse tout de même une chance, et à l’écoute, mir­a­cle : le mélange marche bien. Très bien même. Les bass­es lour­des de la trap se mêlent avec sub­til­ité au hi-hat de la tech­no, les tem­pos se croisent avec élé­gance, et une touche d’ambient rend le tout atmo­sphérique sans jamais per­dre en den­sité ni en inten­sité. Qui est ce N‑Ergy, et com­ment a‑t-il réus­si son coup ? Nous avons con­tac­té le label qui nous l’a passé au télé­phone.

Assez vite, on apprend qu’il ne sort pas totale­ment de nulle part : il avoue être DJ de tech­no et house à Paris depuis quelques années, sans vouloir en dire plus. Mais en par­al­lèle, le rap le tra­vaille depuis longtemps : “J’ai tou­jours écouté du rap” raconte-t-il, “et ça fait qua­tre, cinq ans que j’en pro­duis des instru jamais pub­liées. J’ai tou­jours voulu inté­gr­er le rap à mon iden­tité musi­cale.” Puis un jour, notre DJ décide de sauter le pas : “Il y a deux ans, j’ai voulu mélanger les choses que j’aime le plus, à savoir la house et la tech­no d’un côté, puis le rap actuel, hyper nova­teur, de l’autre.”

Mais mélanger deux styles ne se fait pas si facile­ment : il faut de gros efforts pour ne pas tomber dans la car­i­ca­ture, et deux ans n’ont pas été de trop pour affin­er la for­mule. “J’avais plein d’idées. C’est une chose de faire le pont entre rap et tech­no, mais c’en est une autre de bien le faire son­ner. J’ai mis du temps à trou­ver la bonne recette.” Crois­er les boucles entê­tantes de la tech­no avec ce côté “très direct et expres­sif, voire extrême de la trap”, souligne-t-il, le défi était de taille. “Il y a une énergie com­mune dans ces deux gen­res musi­caux, il faut juste la pouss­er à l’extrême. La tech­no que je fai­sais jusque-là était très influ­encée par le son des années 90 – c’est à ça qu’on se réfère tous – et on a ten­dance à refaire ce qui a déjà été fait. Per­son­nelle­ment, je n’arrive pas à être vrai­ment nova­teur quand je pro­duis de la house ou de la tech­no, en tout cas, je n’en suis pas entière­ment sat­is­fait. Alors qu’en la mélangeant au rap d’aujourd’hui, hyper actuel et qui n’a rien à voir avec les codes des années 90, là ça me plaît.”

Il y a une énergie com­mune dans ces deux gen­res musi­caux, il faut juste la pouss­er à l’extrême.”

Et c’est bien là toute la force de ce pro­jet : se démar­quer au sein d’une scène house française dont on peut par­fois regret­ter une cer­taine uni­for­mité, un manque de risque. Lucide sur cela, N‑Ergy voit les esprits s’ouvrir : “Je vois de plus en plus d’artistes de la scène élec­tron­ique kif­fer le rap et en jouer en club. Il y en a qui expéri­mentent, qui ne se met­tent pas les mêmes lim­ites qu’avant.” Pour sûr que cet EP devrait être de nou­velles muni­tions pour ces artistes qui, comme N‑Ergy, regar­dent au-delà de l’hori­zon du futur de la musique.

Écouter l’EP sur votre plate­forme de stream­ing favorite

(Vis­ité 32 743 fois)