Varg vient de lâcher un album entre techno, IDM et Rap

Pas de grandes annonces, pas de cam­pagne mas­sive de pro­mo­tion, une sor­tie le jeu­di plutôt que le ven­dre­di … Varg ne fait décidé­ment rien comme les autres. Le pro­duc­teur sué­dois révèle aujour­d’hui Evanes­cence, son nou­v­el album pub­lié sur le label danois Posh Iso­la­tion. Pro­lifique, le musi­cien en est déjà à sa deux­ième sor­tie de l’an­née, après son mini-disque de deux titres Lime­stone Island paru en tout début de mois dans le cadre de son duo FLORA com­posé avec AnnaMeli­na.

Mais cette fois, l’artiste surtout con­nu pour ses pro­duc­tions tech­no prend le soin de vari­er les styles. “Love Let­ter”, le titre intro­duc­tif, fixe le ton d’en­trée de jeu avec de l’am­bi­ent som­bre et désor­don­née. Revenant à une tech­no pro­fonde plus clas­sique — bien que tou­jours expéri­men­tale — sur “A Burst of Cupids Arrows Cut­ting Through The Air, Putting Fire To The Sky”, il fait ensuite inter­venir une série de fea­tur­ings. Du rap d’abord, avec Bladee. Mis ensem­ble, les deux com­pa­tri­otes offrent un morceau authen­tique­ment cloud rap, ten­dance Yung Lean. Plus loin, Varg joint ses forces à celles de Coucou Chloé. Résul­tat cette fois-ci : une IDM intense, au-dessus de laque­lle la musi­ci­enne française livre un “love poem”.

Dans un entre­tien avec Res­i­dent Advi­sor, Varg expli­quait ne plus être un grand fan de tech­no et ne pas avoir l’im­pres­sion que le genre avançait, l’as­sim­i­lant à “un ham­ster dans une roue”. Et si la déc­la­ra­tion peut éton­ner de la part de cet artiste qui s’est fait con­naître à tra­vers ce style, il sem­ble, avec cet album, com­mencer à s’en écarter pro­gres­sive­ment.

(Vis­ité 414 fois)