Vidéo : En 1997, le roster de Matador s’invitait dans une émission pour enfants

En 1997, l’un des labels iconiques de l’indie-rock améri­cain des années 90, Mata­dor, sor­tait une com­pi­la­tion inti­t­ulée What’s Up accom­pa­g­née d’une VHS des plus fameuses. Un peu moins d’une demi-heure dans un univers par­al­lèle, où l’on peut voir Bill Bog­gs, déten­teur de 4 Emmy Awards, ani­mer une émis­sion pour enfants. 

Jusqu’i­ci rien de trop anor­mal, jusqu’à ce que l’on retrou­ve en plateau Rail­road Jerk, le gui­tariste de Yo La Ten­go Ira Kaplan, ain­si que Liz Phair. Ce cast­ing par­fait présente à tra­vers dif­férents sketchs, plus ou moins sérieux, les dif­férentes étapes néces­saires à l’élab­o­ra­tion d’un album. Sans oubli­er Mr. Bull, la mas­cotte ensanglan­tée et assez per­tur­bante du label qui a cer­taine­ment trau­ma­tisé quelques enfants en plateau, tout comme l’ex­pli­ca­tion extrême­ment détail­lée fournie par Patrick Amory (directeur général de Mata­dor) sur le pres­sage d’un vinyle.

Un bon bol de nos­tal­gie pas vrai­ment dans les habi­tudes du label améri­cain mais qui vient accom­pa­g­n­er la sor­tie d’une nou­velle aile de leur site. Inti­t­ulée This Day In Mata­dor His­to­ry, cette caté­gorie per­met de con­sul­ter sous la forme d’un cal­en­dri­er les albums ayant mar­qués l’his­toire du label depuis ses débuts en 1989. De quoi rep­longer dans les cat­a­logues de Cat Pow­er, Pave­ment, Mog­wai, Guid­ed By Voic­es ou des petits nou­veaux comme Iceage. 

Encore mieux qu’une vidéo, voici un grand dis­cours de Ger­ard Cosloy, co-fondateur du label : “Ce n’est pas que les fon­da­teurs et copro­pré­taires de Mata­dor n’ont aucun intérêt con­cer­nant l’his­toire de la musique. Ni qu’ils sont allergiques à la nos­tal­gie. Ou même qu’ils sont telle­ment obsédés par le futur, ou, qu’ils préférent être jugés sur leur pro­duc­tion actuelle. Non, la triste vérité de cette sit­u­a­tion est que nous avons telle­ment abimés nos cerveaux et oreilles, que l’on ne se sou­vient plus des moments mar­quants dans l’his­toire de Mata­dor. Vous pensez que je rigole ? Quel autre label de cette dimen­sion ignor­erait com­pléte­ment son vingt-cinquième anniver­saire ain­si que l’ar­gent facile et l’auto-congratulation qui l’ac­com­pa­g­nent ? C’est exacte­ment le genre de gaffes qui ne seraient pas arrivées si l’on avait pris le temps de class­er l’his­toire de Mata­dor sous la forme d’un site/calendrier. Après 27 ans, on fait enfin les choses comme il faut. Profitez-en (et gardez en tête que tout ce que l’on fait main­tenant est 1000% mieux).”

(Vis­ité 40 fois)