Vous l’avez bien regardé ? Yves Tumor est peut-être le nouveau visage de la pop

Chronique de Heav­en To A Tor­tured Man d’Yves Tumor, sor­ti le 2 avril sur Warp.

Art­work de Heav­en For A Tor­tured Mind.

Amu­sant revire­ment que celui qu’a opéré en quelques années sur la scène indépen­dante Yves Tumor, afro-américain exilé à Turin. Un temps proche de Non World­wide, com­man­do ter­ror­iste de néo-indus colo­nial et queer, l’artiste enchaî­nait alors les albums de noise, d’ambient ou d’Inter­net wave et mar­tyri­sait son pub­lic dans des hap­pen­ings stri­dents proches de ceux d’Arca ou Chi­no Amo­bi. Une fois signé sur Warp, le voilà trans­for­mé en Prince de l’ère Band­camp, arpen­tant les fes­ti­vals dans une for­mule karaoké seul en scène type John Maus, avec une rib­am­belle de tubes funk-pop à la cein­ture. Typ­ique d’une flu­id­ité bien de son temps, cette con­ver­sion éblouit par son panache comme par sa non­cha­lance, et se con­firme sur son qua­trième album en tant qu’Yves Tumor.

Heav­en For A Tor­tured Mind est donc cet album de Bloc Par­ty avec Lenny Kravitz au chant et les Dust Broth­ers à la prod, et s’en sort bien à ce titre. L’exercice est effi­cace, exé­cuté avec sen­su­al­ité et espiè­g­lerie, et fait sou­vent mouche : le trio d’ouverture péta­rade sans relâche (dont “Gospel For A New Cen­tu­ry”, peut-être un clin d’œil à Kanye West), tout comme “Dream Palette” ou le plus badin “Straw­ber­ry Priv­i­lege”. Pour laiss­er tout ça respir­er, des morceaux comme “Kerosene” et “Has­dallen Lights” com­posent un ver­sant plus down­tem­po et lover à souhait. Seuls pas de côté du lot, les effets de sus­pen­sion du bien nom­mé “Folie Imposée” rap­pel­lent qu’Yves Tumor n’a pas fait que de la musique com­pat­i­ble avec des syn­chros de pub.

On peine par instants à repér­er la valeur ajoutée de Sean Bowie (son vrai nom) à la pop music mod­erne, surtout dans un reg­istre déjà sat­uré (le funk élec­tron­ique truf­fé de sam­ples), mais le fait est que l’es­sai est bel et bien trans­for­mé. Si Heav­en For A Tor­tured Mind laisse par­fois autant de traces qu’un album de Beck, il devrait néan­moins parachev­er son exfil­tra­tion de la niche expéri­men­tale vers une zone pop où on ne l’at­tendait pas de prime abord, et s’offrir au pub­lic de Vil­lette Sonique où il est pro­gram­mé, cette fois-ci avec un back­ing band.

Artiste : Yves Tumor
Album : Heav­en For A Tor­tured Mind
Label : Warp Records
Date de sor­tie : 03/04/2020
Band­camp

(Vis­ité 822 fois)