Wareika — The Magic Number

Extrait du numéro 90 de Tsu­gi (mars 2016)

Le Boléro de Rav­el ver­sion club­bing, voilà une promesse qui n’augurait rien de bon. Sans évo­quer le ter­rain miné que con­stitue tou­jours la relec­ture élec­tron­ique d’un mon­u­ment du clas­sique, que peut-on apporter de plus à l’une des plus belles mon­tées de l’histoire de la musique ? Pas grand-chose, en défini­tive, même si Warei­ka s’est mon­tré extrême­ment pré­cau­tion­neux au moment de s’attaquer au bal­let de Rav­el, avec une réin­ter­pré­ta­tion hyp­no­tique tout en finesse et sans faute de goût. Tant mieux, car il est dif­fi­cile d’ignorer ce Boléro à la sauce tech­no alle­mande, solide­ment plan­té au milieu de ce troisième album, du long de ses qua­torze min­utes. Le reste du disque ne manque pas moins de sub­til­ité. Tex­tures planantes et coton­neuses, bass­es amples et chaloupées, ryth­miques ron­des, ça déroule tout en douceur, entre tech­no et dub, et c’est très agréable. Ça ne sur­pren­dra sans doute pas ceux qui suiv­ent le trio ham­bour­geois, passé chez Per­lon, Tartelet et Cir­cus Com­pa­ny. Mais comme ils sont peu nom­breux, on se per­me­t­tra de le rap­pel­er. (Gérome Darmendrail)

The Mag­ic Num­ber (Vision­quest), sor­ti le 18 mars.

(Vis­ité 99 fois)