Skip to main content
Couverture du magazine WAD
13 février 2020

« You Are My High » de Demon : l’histoire du clip le plus chaud de la French touch

par Tsugi

C’est peut-être le clip le plus torride de l’histoire de la musique électronique française. Pourtant, on ne pourrait pas faire plus simple.

Deux bouches, filmées en gros plan, qui s’embrassent à pleine langue pendant plus de deux minutes. Sorti en 2000 et signé Demon vs Heartbreaker, “You Are My High” a immédiatement marqué les esprits grâce à cette vidéo, qui a connu un parcours étonnant. Pour commencer, Heartbreaker n’existe pas : il est une pure invention de Demon. Celui-ci – Jérémy Mondon de son vrai nom – venait de sortir son premier album chez Sony Music, Midnight Funk, s’inscrivant de plain-pied dans le courant de la French touch tout en s’inspirant du hip-hop.

Comme il l’expliquait aux Inrockuptibles en 2018, il voulait alors produire un titre pour être joué au climax de ses sets en live. Il sample ainsi le titre “You Are My High” du Gap Band pour en tirer ce titre house du même nom ; le pari est gagnant : c’est un grand succès commercial, l’amenant ensuite à remixer Daft Punk, Mr. Oizo ou Etienne de Crécy. Le destin n’a pas prolongé sa carrière où, par la suite, il s’est reconverti comme producteur de rap (notamment pour Booba ou La Rumeur), mais son tube reste emblématique d’une époque où la France était le centre du monde de la musique. Son clip y est bien sûr pour beaucoup.

Draghixa, l’une des deux langues du clip

L’idée derrière celui-ci, inspirée d’une couverture du magazine américain WAD, paraît évidente : un french kiss pour accompagner un titre de French touch. La bouche féminine est celle de Draghixa : d’origine croate, elle menait à ce moment une carrière d’actrice pornographique au côté du producteur Marc Dorcel, remportant même en 1995 un Hot d’Or (récompense disparue depuis) de la meilleure actrice européenne pour le film Le Parfum de Mathilde.

« Pour elle, c’était facile mais tu voyais que c’était compliqué pour le mec. Il était un peu en train de tomber amoureux en direct. »

Au moment du tournage, elle était déjà apparue dans des clips comme celui du titre « Cours Vite » de Silmarils en 1999, aux côtés d’autres stars du X. Elle avait même sorti en 1996 son propre single, “Dream”, dont les paroles reprennent les fameux vers de Verlaine : “Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant” (des mots qui prennent ainsi un sens beaucoup plus tendancieux). L’homme, lui, c’est Hakim, un mannequin alors âgé de 18 ans, qui avait déjà croisé Draghixa.

On ne voulait pas que ce soit sexy” raconte Demon à Mixmag en 2017. “On voulait quelque chose qui faisait plus art contemporain, plus Andy Warhol”. Le clip est donc tourné sur pellicule, et toutes les lumières déplacées à la main par les techniciens. De plus, pour briser le cliché de l’homme dominant, Draghixa est montée sur un tabouret, se plaçant à la hauteur d’Hakim pour guider la scène. Il faut du temps pour régler le moindre problème de position, ou tout bêtement de filet de bave : sept prises sont donc nécessaires : “Pour elle, c’était facile mais tu voyais que c’était compliqué pour le mec” s’amuse Demon, toujours pour Mixmag. “Il était un peu en train de tomber amoureux en direct.” Par ailleurs, l’image finale étant au ralenti, le titre est passé en accéléré sur le plateau pour rester synchronisé, et pour que les deux acteurs puissent progressivement monter en intensité.

« On voulait juste un bisou qui donne envie de faire des bisous. »

Une fois terminé, le clip est ensuite diffusé sur M6, et les réactions ne se font pas attendre : des associations de mères catholiques se plaignent, et l’affaire finit devant le CSA. La polémique amène une énorme visibilité au titre, sans en entraver la portée : “Au final, il a été autorisé et passait à n’importe quelle heure de la journée” poursuit Demon, interviewé en 2015 par le webzine Metamusique. En effet, comment interdire un baiser à la télévision sans interdire la majorité des films et séries ? Jouant sur cette ambiguïté, à la fois soft et érotique, le clip devient culte. “Des gens me racontent qu’ils se sont mariés sur cette musique” conclut Demon pour Mixmag. “D’autres me disent qu’ils ont chopé leur première nana ou leur premier mec sur ce morceau”.

 

À lire également
Agar Agar a repris le tube 90’s « You Are My High » de Demon

 

Preuve s’il en est que le titre est emblématique de son époque, le groupe Agar Agar avait repris ce titre en 2017 pour accompagner un épisode de la série documentaire d’Arte Touche Française. On peut aussi entendre le titre de Demon dans le film Play, avec Max Boublil, sorti en 2019 et dont l’action se situe en partie au début des années 2000.

Encore aujourd’hui, le clip conserve toute sa sensualité grâce à la simplicité de son dispositif.

Visited 1 490 times, 3 visit(s) today