Skip to main content
8 avril 2024

10 tracks/chansons parfaits pour savourer l’éclipse

par Olivia Beaussier

Aujourd’hui va se passer un des événements cosmiques les plus importants de l’année : l’éclipse solaire totale. En métropole on ne verra pas grand-chose, mais vous pourrez toujours la regarder en direct depuis le site de la NASA. Pour fêter ça, on a préparé un petit top 10 des musiques qui parlent d’éclipse, de soleil, de lune, de cosmos (certifié sans Trenet). Alors, peut-être qu’on ne verra rien, mais au moins on aura de la bonne musique !

 

Bonnie Tyler – « Total Eclipse of the Heart »

Comment ne pas commencer par ce classique des années 1980 ? Le plus gros tube de la voix rauque -mais si juste- de Bonnie Tyler. Entre « falling in love » et « falling appart », l’éclipse représente cette dualité qui habite la chanteuse. Malheureusement pas de fin heureuse pour Bonnie : cette histoire d’amour se finira en éclipse solaire totale, plongée dans le noir complet.

Fred again.., Romy & HAAi – « Lights Out »

Pour cette collaboration, qu’on n’avait pas vu venir mais qui fonctionne à merveille, les trois DJs-producteurs Fred again.., Romy et HAAi avaient bien l’intention de nous faire danser. Avec « Lights Out », on rentre dans la nuit, dans une discothèque où la soirée commence à peine. Les lumières s’éteignent, le soleil fait place à la lune.

 

 

Total Eclipse – « The Furance »

Comment parler d’éclipse sans parler des monstres de la trance que sont Total Eclipse ? Dans leur album Violent Relaxation, qui porte très bien son nom, on a choisi le track qui passe de rythmes effrénés à bien ralentis. Cette petite onde trance qui s’agite dans le fond, elle, ne ralentit pas. Petit à petit ekke se fait de plus en plus forte, pour au final totalement éclipser le reste.

 

Pink Floyd – « Eclipse »

L’entièreté de The Dark Side Of The Moon pourrait être dans ce billet-article, tellement le titre et les thèmes de cet album semblent à propos. Mais si on doit en choisir une, ce sera la chanson finale « Eclipse ». Cette dernière vient calmer les cris et hurlements de ce concert céleste, livré par Pink Floyd. Le côté sombre de la lune est maintenant éclairé par le soleil, et la face normalement éclairée devient sombre pour nous. Les chanteurs concluent par : « Tout ce qui est sous le soleil fonctionne/Mais le soleil est éclipsé par la lune »

Pour les amateurs et amatrices, on vous conseille de l’écouter à la suite de « Brain Damage« .

Love Decade – « When The Morning Comes »

Pour certains, la fête s’arrête quand la lumière revient ; pour d’autres, elle ne fait que commencer. C’est en tout cas le cas pour le groupe anglais Love Decade. Un peu de groove et de house qui sonne bien 90’s pour le retour du soleil. On est dans le thème !

 

Bonnie Banane – « La Lune & Le Soleil »

Comme à son habitude, Bonnie Banane emmène tout en métaphore et en poésie, dans un petit jeu entre la lune et le soleil, inévitable personnification des deux astres. Les deux se cachent, se tournent autour, se désirent mais jamais ne se croisent. Dans cette éclipse se passera alors, peut-être, l’impossible.

Notre interview de Bonnie Banane est à retrouver dans le Tsugi 169 !

David Bowie – « Moonage Daydream »

Alors oui, on aurait pu mettre « Space Oddity » ou « Starman« , mais on a voulu faire moins ‘convenu’. Pas de panique, David Bowie nous emmène toujours dans son univers spatial, la tête dans les nuages. Entre déclarations d’amour et envie de liberté, les échos de sa voix se lient aux sons de la guitare électrique. De quoi nous envoyer dans l’espace, littéralement.

 

José Padilla – « Day One »

Et si l’éclipse était une forme de recommencement ? Beaucoup de gens y voient un grand moment spirituel, et les théories de cultes fusent de partout. Alors, pourquoi ne pas partir sur un track de José Padilla, plein de Balearic Sound bien 80’s. Pour l’anecdote, la DJ-productrice Paramida décrit ce track comme « un de ses préférés au monde« . Rien que ça.

 

Nia Archives – « Sunrise Bang Ur Head Against Tha Wall »

Pour cette éclipse, vous prendrez bien un peu de drum’n’bass ? Un track signé Nia Archives qui célèbre le soleil. Mais pas n’importe lequel. Celui après une soirée, où, enfermé dans une boite sombre pendant des heures, le retour à la réalité et à la lumière naturelle ne se fait pas dans le plus grand des calmes.

 

Justice – « Let There Be Light »

Quand l’éclipse touche à sa fin, le soleil revient. Alors quoi de mieux que « Let There Be Light » de Justice. Issue de leur incontournable album , cette chanson fait référence aux jeux de lumières du club qui s’allument pour plonger les fêtards dans la folie de la nuit. Mais impossible de passer à côté de la petite référence biblique – quand Justice demande « que la lumière soit« . Et la lumière fut.

Visited 375 times, 1 visit(s) today