Skip to main content
30 juillet 2018

💿 25 ans cette annĂ©e : « Moon Safari », indĂ©modable premier album de Air

par Corentin Fraisse

1998 a vu naĂźtre nombre de succĂšs planĂ©taires. Non, on ne parle pas du premier sacre des Bleus le 12 juillet. Ici on parlera musique, avec les albums marquants qui ont façonnĂ© l’annĂ©e 1998. Parmi eux Moon Safari, tonitruant premier album de musique Ă©lectronique downtempo, du duo formĂ© par Jean-BenoĂźt Dunckel et Nicolas Godin aka Air. Tsugi vous propose un retour sur cet album mythique, aussi reposant que sophistiquĂ©, enregistrĂ© entre un home studio de Montmartre et les studios londoniens d’Abbey Road.

Jean-BenoĂźt et Nicolas grandissent avec des coeurs de rockeurs, Ă©coutant Pink Floyd dans leurs chambres d’ados parisiens, en rĂȘvant de carriĂšre internationale et de rock Ă  guitares. Quand leur label d’alors (ils ne sont pas encore majeurs) veut les faire chanter en français, les Versaillais s’Ă©cartent un temps de la musique pour se consacrer aux Ă©tudes. Architecture pour l’un, maths et physique pour l’autre… Et doucement mais sĂ»rement, Paris commence Ă  rĂ©sonner sous les coups d’une nouvelle scĂšne Ă©lectronique repoussant codes et frontiĂšres, qui sera bientĂŽt portĂ©e par un disque majeur : Homework de Daft Punk. DĂšs lors plus de complĂšxe pour Jean-BenoĂźt et Nicolas. Ils savent qu’une carriĂšre mondiale tout en Ă©tant français, c’est dĂ©sormais possible : fin 1997, ils terminent l’enregistrement de Moon Safari, le tout premier album de Air.

Quelques mois aprĂšs l’EP Sexy Boy oĂč le duo s’offrait la voix de Madame Françoise Hardy sur le titre « Jeanne », le premier LP de Air sort le 19 janvier 1998 chez Virgin… Dix perles Ă©lectroniques downtempo pour un album rĂ©fĂ©rence. Il s’ouvre sur « La femme d’argent », un premier morceau instrumental et plutĂŽt long (7 minutes) : pari assez risquĂ© Ă  l’Ă©poque, mais merveilleusement tenu. Dans une interviewĂ©e donnĂ©e Ă  Reverb, Nicolas Godin explique que ce titre ne pouvait se placer qu’au dĂ©but ou Ă  la toute fin de l’album, et qu’il a dĂ» se battre avec le label pour que « Sexy Boy » ne soit pas le morceau d’ouverture. Parce qu’il faut imposer ses choix dĂšs le dĂ©but. Il faut dire que Moon Safari est le premier album de deux quasi-trentenaires, moins malĂ©ables que de jeunes artistes. Ils prouvent directement leur maturitĂ© sur leur deuxiĂšme morceau : le fameux « Sexy Boy », hymne Ă  la sensualitĂ© avec ce son instantanĂ©ment iconique, une basse ronflante pleine d’effets et une douce voix susurrĂ©e.

Sous leurs allures de premiers de la classe, Jean-BenoĂźt Dunckel et Nicolas Godin ne forment pas un duo de DJs hautains mais plutĂŽt un groupe pop, simple et humble comme dans « populaire ». Ils ont apportĂ© Ă  la musique Ă©lectronique française son aspect grand public, sans jamais perdre en Ă©lĂ©gance, comme un clin d’oeil permanent aux compositions de Ferrer, Polnareff et Gainsbourg. Air a d’ailleurs longtemps cherchĂ© Ă  copier le son inimitable de la basse sur le titre « Melody » de Serge Gainsbourg, avant de se rĂ©signer Ă  acheter exactement le mĂȘme modĂšle. Quand on a le soucis du dĂ©tail…

Air a cherchĂ© Ă  reproduire des sons rĂ©tro tout au long de Moon Safari. Selon Godin, toute l’alchimie de l’album repose sur le mĂ©lange entre son piano Fender Rhodes, « des riffs de basse et des nappes de Solina string ensemble. Et pour lier le tout, des vagues de synthĂ©s monophoniques passĂ©es dans des delays analogiques […] sans oublier le vocoder Korg DVP1« . Une explication un brin technique il est vrai, mais qui a le mĂ©rite de traduire l’approche scientifique et mĂ©thodique du duo pour composer l’album. On reprend trĂšs vite ce safari lunaire en planant sur « All I Need » et la voix de Beth Hirsch -qui reviendra sur « You Make It Easy »- n’y est clairement pas pour rien… En se laissant guider par la basse et les violons de « Talisman », par les voix dĂ©clicieusement vocodĂ©es sur « Kelly Watch The Stars » et « Remember », trĂšs proches des premiers pas de Stevie Wonder Ă  la talk-box… Et c’est sur « Le voyage de PĂ©nĂ©lope » que s’achĂšve le nĂŽtre, avec un titre en douceur rempli d’effets Ă  base de pĂ©dales wah-wah sur chaque attaque des claviers et de cuivres langoureux.

Moon Safari s’est rapidement imposĂ© comme une rĂ©fĂ©rence, non seulement de la French Touch mais surtout de toute la musique downtempo. Recueil de ballades vaporeuses et de constructions savantes, assemblĂ©es en dix morceaux d’une simplicitĂ© pure, Moon Safari n’aurait pas pu trouver meilleur nom : « Safari » Ă  cause de ses sonoritĂ©s transplanĂ©taires qui nous invitent dans un zoo musical, et « Moon » pour son cĂŽtĂ© planant. Cet album devenu mythique, vendu Ă  2 millions d’exemplaires et plusieurs fois rĂ©Ă©ditĂ©, ralentit le tempo pour permettre Ă  l’auditeur d’analyser charque parcelle de sons dissĂ©minĂ©e dans les mĂ©lodies et atteindre une plĂ©nitude certaine. 1998 marque enfin le retour du siĂšcle des lumiĂšres en France mais dĂ©veloppement durable oblige, on le fait avec des LEDs. DĂ©ployer moins d’Ă©nergie pour rayonner plus loin.

Et si vous ĂȘtes plutĂŽt Deezer :

Visited 181 times, 1 visit(s) today