Dream Nation 2018

3 jours, 8 scènes : Dream Nation est de retour en septembre pour faire trembler Paris

Vous enten­dez ? C’est le retour des bass­es. En cinq édi­tions, c’est devenu tra­di­tion­nel : à mi-septembre, Dream Nation pose ses enceintes durant trois jours pour pro­pos­er un évène­ment haut en couleurs, rassem­blant les Docks de Paris et la Gare des Mines sous la ban­nière des musiques élec­tron­iques. Le fes­ti­val sera donc présent pour une six­ième fois, du ven­dre­di 20 au dimanche 22 sep­tem­bre, et sem­ble bien décidé à tout emporter sur son pas­sage. La fête s’of­fre un élar­gisse­ment de taille : ce seront pas moins de huit scènes qui inve­stiront les entre­pôts des mag­a­sins généraux, pour y accueil­lir plus de 18 000 fes­ti­va­liers ama­teurs de tech­no, bass music, trance et hard­beat.

Pour suc­céder à l’édi­tion 2018, les par­tic­i­pants pour­ront compter sur une flopée d’artistes élec­tron­iques. La scène tech­no rassem­blera des grands noms européens : les anglais Shift­ed et Luke Slater sous son alias Plan­e­tary Assault Sys­tems, l’allemand Johannes Heil, le néer­landais Kei­th Car­nal et deux fiers représen­tants de la scène française, Zadig et Elec­tric Res­cue. L’arène bass music réu­ni­ra notam­ment plusieurs acteurs impor­tants de la dub­step et drum and bass nord-américaines comme Down­link ou 12th Plan­et. Pour la trance, on pour­ra compter, entre autres, sur le duo israélien Infect­ed Mush­room pour un live exclusif. D’autres artistes majeurs du genre seront aus­si présents comme Major7, Bliss et Rit­mo. Quant à la scène hard­core, elle sera rem­plie par le maître incon­testé du hard­style, le Néer­landais Rad­i­cal Redemp­tion, et d’autres représen­tants comme Rebe­lion, Mal­ice ou X‑Pander. Cette scène accueillera égale­ment deux français recon­nus, avec le french­core de Bil­lX et le hard­core indus­triel de Tieum. Un week-end qui s’an­nonce des plus reposants…

Pour la pro­gram­ma­tion com­plète et la bil­let­terie, rendez-vous sur le site de Dream Nation ! Et pour patien­ter jusqu’en sep­tem­bre, on se refait l’after­movie 2018 :

(Vis­ité 795 fois)