Skip to main content
Le Tresor en 2016 ©Michael Mayer
8 octobre 2021

🔊 30 ans du Tresor : cette compile monstre de 52 tracks des plus gros artistes techno du monde

par Nicolas Bresson

Pour cĂ©lĂ©brer ses 30 ans d’existence, le lĂ©gendaire label du tout aussi lĂ©gendaire club berlinois Tresor a sorti le 1er octobre une compilation de 52 tracks des plus gros artistes techno du monde, dont la plupart sont inĂ©dits.

Chronique issue du Tsugi 144 : Voyage sur la planÚte ambient, disponible en kiosque et à la commande en ligne.

Il fallait bien que cela arrive un jour. VoilĂ  que les plus anciens labels Ă©lectroniques europĂ©ens cĂ©lĂšbrent leurs trente annĂ©es d’existence. Des maisons toujours en activitĂ© qui ont su traverser les modes, les disparitions en sĂ©rie de leurs homologues et des distributeurs de vinyles ou encore les changements d’habitude de consommation. Ces « dinosaures » s’appellent – entre autres – R&S, Soma, Ninja Tune ou Warp. Mais s’il est un label qui plus que les autres n’a jamais dĂ©viĂ© de sa ligne de conduite originelle, c’est bien Tresor. Avec comme postulat de dĂ©part la crĂ©ation d’une passerelle techno « Berlin-Detroit ». Ce qui fait aussi sa singularitĂ© est son affiliation avec le club du mĂȘme nom, qui – mĂȘme aprĂšs sa relocalisation en 2007 – demeure l’un des centres nĂ©vralgiques de la scĂšne berlinoise. Si le Berghain en constitue dĂ©sormais l’incontournable cathĂ©drale oĂč sont cĂ©lĂ©brĂ©es de grandes messes paĂŻennes, le Tresor – sous-sol claustrophobique d’oĂč Ă©mane un kick massif et incessant – en est bien le cƓur organique Ă  la remarquable constance.

Pour cet anniversaire, le label/club nous propose donc un bel et copieux objet sous la forme d’un coffret de 12 vinyles – 52 titres. Un truc de collectionneur, c’est vrai, mais qui est aussi disponible en digital pour les simples curieux. On y retrouve les piliers qui ont fait les grandes heures de la structure dans les 90s comme Juan Atkins, la regrettĂ©e K-Hand, Porter Ricks, Maurizio, Surgeon, James Ruskin, Robert Hood, Blake Baxter, Daniel Bell, Drexciya ou TV Victor. S’il y a quelques classiques – « Game Form » de Joey Beltram ou « Late Night » de Jeff Mills – la plupart des morceaux proposĂ©s ici sont inĂ©dits. On croise des artistes plus contemporains comme Helena Hauff, Function ou Donato Dozzy. Et des talents en devenir tels Huey Mnemonic, Afrodeutsche ou Tygapaw, dont les productions n’ont rien Ă  envier Ă  celles de leurs glorieux aĂźnĂ©s. Et pour ceux qui auraient peur de faire une indigestion de techno 4/4, la moitiĂ© de la sĂ©lection est en fait constituĂ©e de piĂšces ambient, IDM et Ă©lectro. À Ă©couter d’une traite
 ou pas.

tresor

Retrouvez plus de chroniques dans le Tsugi 144 : Voyage sur la planÚte ambient, disponible en kiosque et à la commande en ligne

Cliquez pour commander

Visited 104 times, 2 visit(s) today